Tag Archives: Vincent Vauclin

A l’appel du Siel, l’extrême droite s’est réunie hier à Paris pour soutenir Viktor Orbán

Hier après-midi, le Siel (Souveraineté Indépendance et Libertés), une formation d’extrême droite, a réuni environ 200 personnes devant l’ambassade de Hongrie pour soutenir la politique xénophobe du gouvernement de ce pays, dirigé par Viktor Orbán. Sur une petite tribune bordée d’une banderole “Les nôtres avant les autres”, se sont tenus des discours de Karim Ouchikh (président du Siel), de Christian Vanneste (RPF), de Charles Beigbeder, de Frédéric Pichon (vice-président du Siel), de François Billot de Lochner (Liberté politique). L’essayiste Roland Hureaux en a profité pour se féliciter de l’intervention russe en Syrie. La présence de l’écrivain Renaud Camus, de Pierre Cassen ou de Christine Tasin a également été relevée sur certains comptes Twitter et dans la presse, tandis qu’une allocution du journaliste Christian Combaz a été lue. Dans la foule, plusieurs membres de La Dissidence, dont Vincent Vauclin, avaient répondu présents, mais aussi Electre, l’actrice porno d’extrême droite. Cliquer sur les images pour les agrandir :DSC_0025_01_bisCSC_0026_bisLe 24 septembre dernier, le Siel avait déjà organisé une manifestation qui avait réuni plusieurs centaines de personnes devant l’ambassade d’Allemagne contre la politique d’accueil des migrants annoncée par Angela Merkel, lors de laquelle étaient apparemment aussi présents des membres de Riposte laïque et une équipe de TV Libertés. Lors de de ce rassemblement, le cirque tzigane Romanès situé juste en face avait vu son entrée bloquée et ses membres avaient dû supporter de nombreuses insultes anti-Rroms. C’est pourquoi hier, une cinquantaine de personnes se sont réunies à son appel pour le soutenir, alors qu’il subit par ailleurs régulièrement depuis plusieurs semaines les foudres d’associations de riverains ainsi que des dégradations et vols de matériel. Le 27 novembre prochain, le Siel organisera encore un rassemblement à Bordeaux   avec Riposte laïque, Résistance républicaine et Vigilance halal. Soulignons que le Siel est un parti membre du Rassemblement Bleu Marine, et démontre à lui seul que cette coalition de formations gravitant autour du FN n’a aucun scrupule à accueillir et à côtoyer des militants radicaux. Par contre-coup, cela démontre que contrairement à ce que ne cessent de répéter ses stratèges en communication mais aussi de nombreux analystes extérieurs, non, le FN n’a pas “changé”. Enfin, notons que parallèlement, Génération identitaire a encore occupé hier le toit d’un centre d’hébergement pour migrants à Triel-sur-Seine (Yvelines), tandis que  des militants de Terre et Peuple et de la Ligue du Midi ont défilé à Perpignan, en marge d’une manifestation en faveur de la langue catalane organisée par des formations de gauche et séparés d’elles par un cordon de policiers. Pendant ce temps, le mouvement belge Nation manifestait contre les migrants à Mouscron (Belgique), tandis que Carl Lang et Thomas Joly tenaient une conférence de presse à Pouilly-en-Auxois (Cote-d’Or) après l’interdiction de la manifestation du Parti de la France. Consulter notre recensement des événements d’extrême droite prévus ce mois-ci.

On a retrouvé François Belliot (ReOpen911, Réseau Voltaire)

Le site d’extrême droite Boulevard Voltaire, fondé par Robert Ménard, compte un nouveau contributeur depuis août : François Belliot, ancien militant de ReOpen911 (voir aussi ici), animateur d’un Observatoire des mensonges d’État, collaborateur du Réseau Voltaire, dont on retrouve aussi les textes sur le site de Silvia Cattori Arrêt sur Info, qui a accordé en 2014 une interview au Cercle des Volontaires en compagnie de la négationniste Maria Poumier et signé la pétition du Comité Valmy pour la sortie de la France de l’Otan. Le 2 octobre, le Boulevard Voltaire a aussi publié une contribution de Vincent Vauclin, fondateur de la Dissidence française, qui y est présenté comme « écrivain » et qui y collabore depuis 2013.

2015-10-23_blvdvoltaire_belliot

Retour sur “Tel Aviv sur Seine” et “Gaza Plage”

Toujours en ce mois d’août, la mairie de Paris a choisi d’honorer, à travers la ville de Tel-Aviv, l’État d’Israël, un an après l’opération meurtrière menée contre Gaza. La sécurité de l’événement, baptisé « Tel Aviv sur Seine », était selon plusieurs médias assurée en partie par la Ligue de Défense juive (LDJ), un groupuscule ultra-nationaliste juif d’extrême droite. S’il était légitime de protester contre la tenue de cet événement visant à promouvoir un État colonialiste, il est dommage cependant qu’une nouvelle fois, la mobilisation à gauche se soit faite à la remorque de l’association Europalestine, pourtant connue pour l’ambiguïté de son discours « antisioniste », pour ses sympathies pour le Hamas, pour sa proximité avec la galaxie Dieudonné et pour son soutien, sous prétexte de lutte contre la LDJ, à des gens comme Jonathan Moadab ou Ginette Skandrani. A cette occasion, un représentant de cette association a d’ailleurs déclaré, selon le quotidien de gauche israélien Haaretz cité par Courrier International, que Tel Aviv sur Seine était organisé « parce que les Juifs contrôlent les politiques français ». Sans surprise, ce rassemblement qui portait le nom de « Gaza Plage » a été filmé par Le Cercle des Volontaires, qui y a entre autres interviewé Wikicrate des Citoyens constituants. Ce dernier a d’ailleurs pris la parole à la tribune, aux côtés de Mgr Gaillot, des avocats Jean-Louis Chalanset (avocat de George Ibrahim Abdallah) et Gilles Devers ainsi que d’Olivia Zemor. Le Parti des Indigènes de la République et les Désobéissants de Xavier Renou étaient aussi de la partie. Dans le même temps, le groupuscule néo-fasciste La Dissidence française de Vincent Vauclin a également mené sa propre opération de protestation sur les quais de Seine, en compagnie du Mouvement populaire Nouvelle Aurore (MPNA). Ensemble, les deux groupuscules, qui ont déployé une grande banderole « La France contre la République » afin de dénoncer « La république des partis, des loges et des lobbies » et de « défi[er] ouvertement le Régime cosmopolite qui ne représente ni la France, ni les Français » n’ont toutefois réuni qu’une dizaine de militants, dont l’un arborait un t-shirt faisant la promotion du salut nazi. Ils ont vite été arrêtés par la police pour un bref contrôle d’identité.

La fine bande de La Dissidence française, qui se définit comme l'"avant-garde de l’insurrection qui vient", lors de son action contre Tel Aviv sur Seine. (Source : /la-dissidence.org. Cliquer pour agrandir)
La fine bande de La Dissidence française, qui se définit comme l’ “avant-garde de l’insurrection qui vient”, lors de son action contre Tel Aviv sur Seine. (Source : /la-dissidence.org. Cliquer pour agrandir)

Retour sur les manifestations d’extrême droite des 9 et 10 mai

Le collectif antifasciste La Horde a publié il y a trois jours un compte-rendu détaillé des manifestations d’extrême droite des 9 et 10 mai derniers. Le 9, environ 150 personnes, dont une bonne partie de gudards, se sont retrouvées lors de l’hommage à Sébastien Deyzieux. Le lendemain matin, lors de l’hommage à Jeanne d’Arc, la valse était menée d’un côté par les amis de Pierre Sidos, fondateur de l’Oeuvre française et de l’autre par l’Action française. Côté Sidos, une dizaine de militants de La Dissidence française de Vincent Vauclin et une quinzaine de membres du Parti de la France étaient aussi présents. Lors de sa prise de Parole, Yvan Benedetti a exprimé sa sympathie envers Jean-Marie Le Pen. Comme le relate La Horde, “certaines têtes, bien en vue ce 10 mai, comme Epona et Elie Hatem évoqués plus haut, étaient également bien visibles dans le cortège du Front national la semaine dernière, preuve s’il en était besoin que Marine Le Pen est bien plus tolérante à l’égard des nostalgiques de Vichy qu’elle le prétend. Mais l’ombre du FN planait également l’après-midi sur le cortège de Civitas…” En effet, ce dernier, qui a regroupé 400 à 1000 personnes, a été accompagné par Jany Le Pen. Marion Sigaut y a aussi délivré une de ses indispensables leçons d’« histoire ».

“A noter toutefois une erreur de casting au cours de la journée : la présence d’Alexandre Gitakos nous a effectivement surpris. Lui qui se revendique ultra-libéral, atlantiste et sioniste a dès son arrivée cherché à tout prix à saluer son amie Laura Lussaud, militante de l’OF, précédemment citée. Comment un soutien inconditionnel de l’État hébreu peut-il se retrouver au milieu d’antisémites notoires, et se sentir proche d’une militante qui quelques heures plus tôt beuglait avec ses camarades « Israël assassin, américains complices » ? […] Gitakos nous avait déjà habitué à ses grands, très grands écarts idéologiques, lorsqu’au début des années 2010, il faisait des allers-retours entre l’UNI, le Gud et France-Israël, l’association de Gilles William Goldnadel !”

Et La Horde de conclure :

“Ce week-end a donc été l’occasion de faire le bilan de santé des groupes à la droite du FN. Les trois premiers événements du week-end (Forum de l’Europe, manif pour Deyzieu et l’hommage à Jeanne d’Arc de l’œuvre française) n’ont guère rassemblé qu’une grosse centaine de personnes : le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y avait pas foule. Seuls les nationaux-catholiques ont encore la capacité de mettre un millier de gens dans la rue, ce qui est à la fois trop et bien peu comparativement à ce qu’ils pouvaient espérer tirer des mobilisations contre le mariage pour tous des années 2013-2014.”