Tag Archives: Syrie

Civitas fait un bide en soutien aux chrétiens d’Orient

D’après nos informations, Civitas, qui avait pourtant annoncé une montée nationale avec organisation de transports par cars, n’a réuni que 250 personnes pour sa manifestation en soutien aux chrétiens d’Orient samedi dernier, dont un bon tiers de partisans de Bachar Al-Assad emmenés par leur porte-parole Omran Alkhatib, qui a défilé en tête du cortège. Cette manifestation a néanmoins été suivie par plusieurs personnalités : des ex du Front national (Marie d’Herbais, Jany Le Pen, Alexandre Simonnot), Thibault De Chassey du Renouveau français, Florian Rouanet de l’association des Amis de Pierre Sidos (successeure de l’Oeuvre française), Elie Hatem (Action française, FN), Bernard Seiller (vice-président du Mouvement pour la France). Alain Escada, secrétaire général de Civitas, était en outre entouré de Marion Sigaut et du père Michel Lelong (défenseur de Maurice Papon). La manifestation a entre autres été couverte par Vincent Lapierre d’ERTV et par L’Agence Info libre. Détail amusant : si le site du Parti de la France 31 a parlé lui de plusieurs centaines de manifestants, ce qui est déjà très exagéré, ce nombre est devenu “plusieurs milliers” sous la plume des rédacteurs de Synthèse nationale qui le relaient (cliquer sur les images pour agrandir).

2015-06-26_pdf31_civitas2015-06-26_synthèsenationale_civitas

Rappelons que Alkhatib et Hatem ont également été aperçus à Bruxelles le 23 mai dernier en compagnie de Jean Bricmont et de Bahar Kimyongür lors d’un rassemblement “pour la paix au Yémen”.

Les louvoiements de Bruno Drweski entre le PCF et l’extrême droite

On retrouve le nom de Bruno Drweski dans de très nombreuses initiatives anti-impérialistes. Personnage discret, cet universitaire n’en entretient pas moins un important réseau d’influence tant à gauche (et notamment auprès de militants communistes) qu’à l’extrême droite. Non content de théoriser le confusionnisme politique, il le met en pratique.

Le fin mot de la conférence sur le Yémen du 29 avril dernier

Le 29 avril dernier, un mystérieux Collectif français pour la Liberté des Peuples avait annoncé la tenue d’une conférence sur le Yémen avec Alain Gresh, qui avait démenti sa présence la veille. Qu’à cela ne tienne, la conférence a tout de même eu lieu, en présence de Bruno Drweski, vieux routier de l’anti-impérialisme campiste, de Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France et contributeur du Réseau Voltaire ainsi que d’Ayssar Midani, militante pro-Assad des plus actives et intervenante auprès de plusieurs médias d’extrême droite (Cercle des Volontaires, Egalité et Réconciliation). Rappelons que la conférence était animée par Sayeed Imededdin Hamrouni, un proche du régime iranien. Encore une fois, il s’agissait pour tous ces gens de prendre prétexte du conflit au Yémen pour afficher leur soutien à des régimes autoritaires comme celui de l’Iran ou de la Syrie, sous couvert d’anti-impérialisme. Le Yémen est en effet devenu le nouveau champ de bataille où s’affrontent indirectement les puissances impérialistes régionales, que ce soit l’Iran (qui soutient les insurgés houthistes) ou l’Arabie saoudite (qui soutient le gouvernement), deux régimes aussi peu enviables l’un que l’autre. Et pendant ce temps-là, ce sont les populations qui trinquent

drewski-yemen-1

Camp de Yarmouk : Syriens et Palestiniens unis contre la dictature

Vendredi dernier se tenait à Paris une manifestation contre le massacre des réfugiés palestiniens du camp de Yarmouk, situé en Syrie. Puisque les soutiens de Bachar Al-Assad tentent de faire passer ce dictateur pour un allié des Palestiniens, certains n’ont pas manqué d’appeler à ce rassemblement, tels Le Cercle des Volontaires dans son agenda ou Ginette Skandrani sur Facebook. Manque de chance pour eux : il se trouve que se sont justement les troupes d’Assad qui bombardent le camp de Yarmouk depuis le début du conflit. Du coup, si de rares soutiens du dictateur syrien ont tenté de se montrer sur le parvis du Trocadéro, ils sont vite repartis, écœurés, en voyant la forêt de drapeaux palestiniens et de l’opposition démocratique syrienne et en entendant les discours des organisateurs qui ont souligné à plusieurs reprises que Bachar Al-Assad n’était pas l’ami des Palestiniens. A noter qu’en Palestine même la solidarité s’organise avec les habitants du camp, désormais également pris sous le feu de l’Etat islamique.

Syriens et Palestiniens côte-à-côte contre la dictature (nous avons floutés les visages des manifestants pour des raisons de sécurité).
Syriens et Palestiniens côte-à-côte contre la dictature (nous avons flouté les visages des manifestants pour des raisons de sécurité). (Photo Soliranparis)

Les petits fours du Cercle des Volontaires

Le Cercle des Volontaires ( CDV) vient de lancer ce 14 mars une nouvelle émission, qui se veut “populaire” et a pour but de répondre aux Dîners du Siècle : les “dîners du Cercle”. Le concept : l’animateur du CDV Raphaël Berland interviewe dans un grand appartement à la décoration savamment étudiée (cocarde tricolore sur la cheminée, dans l’angle de la caméra) des personnalités autour d’une collection de petits fours. Premières invitées : la négationniste María Poumier et Farida Belghoul, militante anti-« théorie du genre”. Le thème : “la charlification (sic) des enfants”, parce que “les enfants sont victimes de propagande, via des dessin-animés diffusés plusieurs fois par jour sur France Télévision. Les enfants sont victimes de propagande, via des dessin-animés diffusés plusieurs fois par jour sur France Télévision. Ces dessin-animés abordent des thèmes graves, comme le 11 septembre, le terrorisme ou encore l’antisémitisme.” Ça déménage ! Prochaine émission : le conflit en Syrie, avec Bassam Tahhan et le colonel Alain Corvez, deux férus de “géopolitique” régulièrement relayés par des médias et organisations d’extrême droite, conspirationnistes et/ou confusionnistes. Ça promet !

2015-03-16_dînerducercle

Ce samedi, manifestations de soutien au peuple syrien dans toute la France

Affiche_Syrie_LibertéSouria Houria, association réunissant des opposants syriens en exil en France, donne la liste des manifestations et rassemblements prévus tout au long du mois de mars en soutien à la lutte du peuple syrien contre les tyrannies de Bachar Al-Assad et de Daesh. A Paris, le rendez-vous est fixé ce samedi 14 mars à 15 heures place de la République et le cortège se dirigera vers l’Hôtel de Ville. Au bout de quatre ans de lutte, les combattants de la liberté sont de plus en plus isolés, pris entre le feu du régime et celui du rouleau compresseur djihadiste, et ce dans l’indifférence de plus en plus générale de la communauté internationale. Alors que certains députés français (dont l’UMP Jacques Myard qui est soutenu par son parti et le PS Gérard Bapt qui lui pourrait être sanctionné par le sien) sont allés récemment en Syrie dans le but de renouer des liens avec Bachar Al-Assad et ses affidés pour combattre Daesh, les abandonnant à leur sort, il est important de montrer notre soutien aux Syriens, ainsi qu’à tous les peuples qui dans la région luttent pour leur survie et leur liberté.

Le retour de la Mère Mariam-Agnès de la Croix

2015-03-05_meyssan_delacroix_clap36On n’en entendait plus parler depuis de nombreux mois, mais la Mère Mariam-Agnès de la Croix, propagandiste du régime de Bachar Al-Assad proche de Thierry Meyssan (voir ici, , , et ), refait de  nouveau parler d’elle. Le très droitier Jacques Myard témoigne ainsi dans un communiqué publié le 27 février dernier au retour d’un voyage à Damas avec trois autres députés pour rencontrer le dictateur syrien, l’avoir croisée “de manière inopinée, dans le hall de l’’hôtel”. Coïncidence ou pas, la soeur sera demain en visite à Paris pour une conférence sur “La réalité de la situation en Syrie” dont le rendez-vous est relayé par l’ensemble de la fachosphère, incluant notamment Egalité et Réconciliation et Civitas. La salle qui doit l’accueillir appartient à l’Association immobilière de l’Ecole militaire (Asiem). Elle reçoit d’ordinaire des colloques à caractère commercial, mais à déjà été le théâtre de meetings d’extrême droite, à l’image d’une conférence de Béatrice Bourges, présidente du Printemps français, le 14 octobre dernier à l’invitation du Cercle Histoire, Culture et Patrimoine ou d’une conférence de Laurent Ozon à l’invitation du Forum Polémia le 26 novembre 2013.

Mise à jour, 29 mars 2015 : à la tribune de cette conférence, Maître Elie Hatem, Mère Agnès-Mariam de la Croix, Omran Alkhatib, président du Rassemblement pour la Syrie, et Alain Escada, président de Civitas, organisateurs de cette soirée. (Source : Medias-Presse-Info)
Mise à jour, 29 mars 2015 : A la tribune de cette conférence, Elie Hatem (FN), Mère Agnès-Mariam de la Croix, Omran Alkhatib, président du Rassemblement pour la Syrie, et Alain Escada, président de Civitas, organisateurs de cette soirée. (Source : Medias-Presse.info)

Un bien étrange colloque à l’Assemblée nationale

Le jeudi 11 décembre 2014, l’Académie géopolitique de Paris a réuni à l’Assemblée nationale Jacques Cheminade, un représentant de la secte Moon, un représentant de l’Action française un représentant du gouvernement Poutine, des partisans du régime de Bachar Al-Assad ou encore l’ambassadeur d’Iran à Paris. A l’origine de cette intrusion au Palais Bourbon : le député UMP Jacques Myard, connu pour son soutien au régime syrien. Le site Streetpress, qui était présent sur les lieux, dresse le portrait de ces étranges invités et rend compte de la haute teneur des débats qui se sont déroulés ce jour-là sous les ors de la République. Par le passé, l’Académie géopolitique de Paris avait déjà convié à l’Assemblée nationale ou au Sénat entre autres la négationniste Maria Poumier (le 22 novembre 2012) et le journaliste d’extrême droite Jean-Michel Vernochet (le 3 juillet et le 7 octobre derniers), ainsi que l’ex-ambassadeur de France à Téhéran François Nicoullaud et l’économiste Thierry Coville, tous deux considérés par une grande partie de l’opposition iranienne comme des soutiens plus ou moins affichés au régime.

Interview de Bachar Al-Assad : Le Grand Soir vole au secours de Paris Match

Le site confusionniste Legrandsoir.info, qui en d’autres circonstances n’aurait pas de mots assez durs pour critiquer le type de presse que représente Paris Match, a choisi, une fois n’est pas coutume, de prendre avant-hier le parti de l’hebdomadaire à scandales. La raison : ce dernier est vertement critiqué pour avoir longuement et complaisamment interviewé le président syrien, Bachar Al-Assad. Le Grand Soir (LGS), qui lui-même affiche une ligne de défense du régime baassiste au nom de l’anti-impérialisme, ne pouvait donc que rejoindre Paris Match dans sa tentative de réhabilitation du dictateur criminel. L’article reproduit par LGS est une tribune du grand reporter Jacques-Marie Bourget parue le 8 décembre dans la rubrique “Le Plus” du site de L’Obs, dans laquelle ce dernier rappelle avoir du lui-même au cour de sa carrière “donner la parole à des monstres, au nom du droit à ceux-ci de s’exprimer.” Comme si la propagande bachariste n’était pas déjà suffisamment présente sur le web et dans les médias, au détriment de la parole de ses victimes !

Pierre Piccinin touche le fond

Décrédibilisé par ses analyses contradictoires et ses déclarations péremptoires sur le conflit syrien, le journaliste belge Pierre Piccinin da Prata, un temps proche des réseaux soutenant Bachar Al-Assad et qui continue aujourd’hui encore de nier la responsabilité du gouvernement syrien dans le massacre de la Goutha et accuse l’Armée syrienne libre (ASL) de l’avoir livré aux islamistes, semble réduit au pires extrémités pour faire parler de lui. C’est ainsi qu’il a participé aujourd’hui à l’émission voyeuriste de France 2 “Toute une histoire” autour du thème “Ils ont été séquestrés”. Comme à son habitude, cette émission a mis dans le même panier des situations n’ayant rien à voir : celle de Piccinin pris en otage par un groupe islamiste en Syrie, celle d’un riche collectionneur de vin agressé par des cambrioleurs, celle d’un vigile salarié de la Banque de France séquestré par des voleurs avec sa famille et celle d’une femme victime de violences conjugales et interdite de sortie pendant dix ans par son compagnon. Mettre sur le même plan des crimes crapuleux avec des crimes sexistes et des crimes de guerre, n’est-ce pas contribuer à nier la spécificité des deux dernières catégories ? Une vision navrante, apparemment cautionnée par Pierre Piccinin au nom de la promotion de son ego. Mais de sa part, plus rien ne nous étonne…