Tag Archives: Rémi Fraisse

Etudiant en botanique et militant écologiste assassiné le 26 octobre 2014 par un tir de grenade offensive en provenance des gendarmes mobiles, lors d’une manifestation contre le barrage de Sivens dans le Tarn.

Paris : le Mouvement du 14-Juillet s’incruste sur un hommage à Rémi Fraisse

Les derniers survivants du Mouvement du 14-Juillet ont fait plusieurs apparitions dans des rassemblements récents à Paris, notamment le 17 octobre pour la Palestine, rassemblement au cours duquel Bohort Mignolet a pris la parole, ou le 25 lors d’un hommage à Rémi Fraisse. Cliquer pour agrandir (on reconnaît Bohort Mignolet à gauche de la photo avec un masque de Guy Fawkes, et juste à côté Marianne Gabriella portant une bure) :

2015-11-06_m14_fraisse

Manuel Valls pousse les députés PS à applaudir en mémoire de Charles Pasqua

Alors que les députés des Républicains ont lancé avant-hier une standing ovation pour Charles Pasqua, ceux du Parti socialiste ont dans un premier temps refusé de le rejoindre. Une offense pour Manuel Valls, qui s’est aussitôt levé, s’est mis à applaudir en incitant ses collègues hésitants à faire de même (voir ici et ). Rejoint bon gré mal gré par les bancs de la gauche, le ministre de l’Intérieur s’est ensuite fendu d’un petit discours appelant à “honorer la mémoire” d’“un des plus jeunes résistants de notre pays”, alors que l’Elysée s’est lui contenté de son côté d’un communiqué laconique publié douze heures après l’annonce du décès. Il est à noter qu’il y a quelques mois, les mêmes députés avaient refusé d’observer une minute de silence en hommage à Rémi Fraisse. Face au concert de louanges quasi-unanimes qui agite la classe politique française depuis le décès de Charles Pasqua, notons le communiqué détonnant du NPA qui salue la “mort d’un pourri” et rappelle les aspects les plus sombres de la carrière de l’ancien ministre de l’Intérieur, dont l’image restera associée à des lois répressives notamment à l’encontre des migrants et à la mort de Malik Oussekine.

Face à la répression, solidarité avec les médias libres !

solidarité_iaataUne personne soupçonnée d’être administratrice du site d’information anti-autoritaire toulousain IAATA.info est poursuivie pour par la justice pour « provocation publique à la commission d’un délit ou d’un crime », une procédure d’une importance inédite contre un média militant. Elle est convoquée au tribunal le 29 juin prochain et risque jusqu’à cinq ans de prison et 45 000 € d’amende, la peine la plus grave pour une affaire qui ressort du droit de la presse. A titre de comparaison, l’apologie de crime contre l’humanité est punie de la même peine. Le communiqué de soutien précise :

“Cette poursuite serait liée à la publication d’un compte-rendu de la manif du 21 février 2015 à Toulouse. Cette manifestation était organisée un an après la manifestation nantaise contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où 3 personnes avaient été éborgnées par des tirs de flashball. Elle avait pour mot d’ordre « Contre les violences policières et en soutien aux ZAD ».

L’article en question propose quelques pistes de résistance contre les techniques de maintien de l’ordre employées par la police. Ce sont ces mêmes techniques qui ont conduit à la mort de Rémi Fraisse le 26 octobre 2014 et qui entrainent la mutilation de nombreuses personnes, dans les manifestations et dans les quartiers populaires.

Rappelons que, suite à la mort de Rémi, rien qu’à Toulouse sur l’ensemble des manifestations de novembre ce sont près de 60 personnes qui ont déjà été poursuivies et 4 sont encore en prison.

Rappelons aussi que la police tue une dizaine de personnes chaque année. […]

Un grand nombre de personnes se battent depuis plusieurs années contre la police et sa violence. […]

Les pratiques d’automedias sont d’autant plus importantes aujourd’hui que la police continue à mutiler et à tuer dans l’impunité. Il est inacceptable d’être poursuivi-e et arrêté-e pour « provocation publique à la commission d’un délit ou d’un crime », lorsqu’on appelle à se défendre face aux violences policières.

Depuis toujours, les mouvements sociaux et les personnes en lutte se réapproprient des medias pour permettre la diffusion de l’information alternative, la coordination dans les luttes, l’émergence d’une voix autre que celle des medias dominants. IAATA.info en est un exemple parmi d’autres.

A l’heure où l’État vote de nouvelles lois antiterroristes et la loi sur le renseignement, à l’heure où la liberté d’expression paraît n’appartenir qu’à certain-e-s, à l’heure où la justice relance l’affaire de Tarnac, à l’heure où les tribunaux poursuivent Le Jura Libertaire, il faut avoir une position claire.

Attaquer l’un d’entre nous, c’est nous attaquer tou-te-s !
Solidarité avec les médias libres et avec tous les réprimé-e-s !”

Nous tenons nous aussi à exprimer notre soutien tant à IAATA qu’au Jura libertaire.

Solidarité avec Gaëtan, condamné à de la prison ferme pour sa participation à une manifestation en hommage à Rémi Fraisse

Nous exprimons notre solidarité avec Gaëtan, militant toulousain du NPA et de Solidaires Etudiant-e-s condamné il y a quelques jours à deux mois de prison ferme pour avoir participé à une manifestation en hommage à Rémi Fraisse en décembre dernier. Cette condamnation en appel est plus lourde qu’en première instance, à cause du “maintien d’un chef d’accusation qui avait été refusé lors du premier jugement, celui de violences volontaires contre un agent de police, qui est un coup monté de toutes pièces”, selon le NPA. Voir aussi ci-joint le communiqué de Solidaires Etudiant-e-s.

Wikipedia refuse un article consacré à Rémi Fraisse

Alors que le scandale de la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse à la Zad du Testet n’en finit pas de faire des remous, des usagers de l’encyclopédie en ligne Wikipedia ont proposé d’y consacrer un article. Or, cette proposition a été finalement refusée par la modération et la page effacée. Alors que deux critères essentiels pour la création d’un article sur Wikipedia sont la notoriété du sujet et le fait de pouvoir prouver les faits rapportés, l’article a été supprimé trois jours après sa création car apparemment trop “clivant” pour l’un des modérateurs et jamais rétabli depuis, alors que même la presse dominante ne semble plus à l’heure actuelle remettre en cause le déroulé des faits impliquant un tir de grenade en provenance des gendarmes mobiles.

Source : Discussion Wikipedia

Jean-Luc Mélenchon contre les “clochards d’extrême droite” du Testet

Jean-Luc Mélenchon a déclaré, à propos des militants radicaux présents au Testet et de la mort de Rémi Fraisse, juste après qu’on ait appris son décès (c’est nous qui soulignons, NDLR) :

“J’étais à la manifestation contre le barrage du Testet. J’y ai vu deux sortes de manifestants. […] De l’autre une petit groupe confus de clochards, de militants d’extrême-droite et, peut-être, de gens qui se disent anarchistes. […] Ce dont je suis certain c’est que l’extrême-droite s’y trouvait sous les cagoules. […] Celui qui m’a jetté du yaourt, un petit homme très malodorant et masqué, qui s’est enfui en courant après son exploit ridicule de gosse de riche qui jette de la nourriture, était déjà sévèrement aviné à l’heure à laquelle je suis arrivé, vers midi. […] A présent, il y a un mort. Je ne sais pas de qui il s’agit ni comment il est décédé. C’est triste et très défavorable pour le mouvement. […] Le pire serait que toute cette lutte se trouve résumée à cela. Cela ne doit pas nous détourner de continuer à soutenir ceux qui luttent sans les confondre avec une poignée de violents. »

En plus de se mettre en avant, de ne monter aucune compassion pour Rémi Fraisse et d’insulter une partie des manifestants en les assimilant sans aucune preuve à l’extrême droite, Jean-Luc Mélenchon traite l’un d’eux de « gosse de riche ». Rappelons qu’au moment des dernières Présidentielles, son patrimoine avait été évalué à 760 000 €, dont 720 000 € de biens immobiliers, qu’il touche 6 200 € net d’indemnités de député européen et s’était déclaré opposé à la transparence sur les revenus des élus.

Capture d'écran : Les Enragés
Capture d’écran : Les Enragés