Tag Archives: Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

Négationnisme en Ukraine et réactions des propagandistes pro-russes : une belle leçon d’opportunisme

Début avril, les parlementaires ukrainiens ont pris une décision mettant sur le même plan nazisme et communisme, en interdisant toute forme d’expression de ces idéologies, et reconnaissant comme “combattants de la liberté” les collaborateurs locaux du régime nazi qui ont combattu à ses côtés dans des unités paramilitaires, alors même que l’Ukraine a été durement éprouvée par le Seconde guerre mondiale et a subi de plein fouet les massacres perpétrés par la division SS Das Reich (dont le bataillon Azov qui combat les pro-russes dans l’Est du pays a pourtant repris l’insigne) notamment dans la région de Kharkov. C’est pourquoi le Centre Simon Wiesenthal a condamné le caractère négationniste de cette décision, s’attirant bien malgré lui les félicitations des soutiens habituels de l’impérialisme russe (Les-crises.fr, LeGrandSoir.info, le PRCF), qui oublient au passage que le même Centre avait condamné quelques temps auparavant la tenue en Russie d’un meeting de l’extrême droite européenne (dont nous avions parlé ici) ainsi que la diffusion régulière de propagande antisémite par RT (ex-Russia Today). L’ironie est encore plus cinglante quand on sait que l’ONG a par le passé été régulièrement dénoncée par LeGrandSoir.info pour son soutien à Israël ou ses critiques d’Hugo Chávez. Via un communiqué signé Djordje Kuzmanovic, le Parti de Gauche (PG) a de son côté repris l’information pour condamner l’accueil réservé par François Hollande au président ukrainien Petro Porochenko, qui a été reçu il y a deux jours à L’Elysée. Kuzmanovic, qui n’hésite pas à manifester aux côtés de militants d’extrême droite en faveur de la politique de Poutine dans l’Est de l’Ukraine, y dénonce le fait qu’à ses yeux “la France n’a pas à suivre aveuglément les intérêts bellicistes des Etats-Unis. Ensuite la patrie des droits de l’homme ne saurait dérouler le tapis rouge pour un régime aussi criminel et négationniste. […] le Président de la République française aurait mieux fait de méditer le fait que l’aventurisme militaire de l’OTAN en Ukraine menace la paix en Europe.” A ce niveau, c’est l’hôpital qui se moque de la charité…

Annie Lacroix-Riz invitée à un salon du livre antifasciste

Le week-end dernier avait lieu à l’Ecole normale supérieure (ENS) un Salon international du livre antifasciste et des écrits de résistance à l’extrême droite, organisé par Riposte antifasciste, une organisation membre de la Conex (Coordination nationale contre l’extrême droite). Le site du PRCF y a annoncé le 3 avril une intervention d’Annie Lacroix-Riz pour le lendemain 4 avril, tout en publiant un programme sur lequel elle ne figurait pas. Nous avions donc, dans le doute, décidé de ne pas relayer cette information. Néanmoins, nous avons pu avoir depuis une copie du programme imprimé (cliquer sur les images ci-dessous pour agrandir) et Annie Lacroix-Riz y figure bien, en lieu et place de Valérie Igounet, historienne spécialiste du négationnisme. De même, sa présence a été annoncée sur Démosphère Paris, ce qui nous avait au départ échappé. Il est tout de même incroyable qu’une telle personnalité, en dépit de sa sympathie affichée pour certaines théories du complot, de ses tentatives pour réhabiliter Staline et de sa fréquentation assidue de cercles “anti-impérialistes” dans lesquels sont actifs divers militants d’extrême droite puisse encore apparaître comme une interlocutrice crédible lorsqu’il s’agit de parler d’antifascisme. A noter que le 3 avril, Lacroix-Riz était l’invitée des Jeunes communistes du Loir-et-Cher, à l’invitation desquels elle a donné à Blois une conférence autour du thème “Aux origines du carcan européen (1900-1960)”.

IMG-20150412-00552IMG-20150412-00550IMG-20150412-00551

 

 

 

Le M’Pep, retour sur une dérive

Le M’pep change officiellement de nom et d’orientation politique en devenant le Parti de la Libération nationale et de la Démondialisation, une formation qui « ne se place plus dans le clivage gauche-droite ». Mais le tournant droitier du mouvement dirigé par Jacques Nikonoff ne date pas d’hier…