Tag Archives: Pegida

Pegida est l’acronyme désignant les Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (en allemand : Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes). C’est un mouvement allemand anti-musulmans et anti-immigrés fondé en octobre 2014. Pegida est surtout influent en Saxe, et singulièrement dans la ville de Dresde. Partout où il sévit, il fait l’objet d’une vive opposition de la part de militants antiracistes et antifascistes. En janvier 2015, la démission de son leader Lutz Bachmann qui s’était grimé en Hitler entraîne une crise interne qui pourrait sonner le glas du mouvement.

Hier, une manifestation anti-migrants a réuni 70 personnes à Calais

Hier, le collectif “Sauvons Calais” a réuni environ 70 manifestants, qui ont scandé des slogans anti-migrants et anti-islam derrière une grande banderole “remigration”, suite à un appel sur les réseaux sociaux de Loïc Perdriel, qui se proclame représentant de Pegida en France. Le journal Nord-Littoral raconte :

“Quelques Calaisiens, des membres de différents mouvements identitaires ou nationalistes venus de Lille, de Picardie, de Bordeaux et même de Marseille, sont venus manifester contre l’immigration et l’islam, ou bien ce qu’ils appellent plus communément le « génocide des blancs ». Selon eux, la politique d’immigration du gouvernement doit aboutir, à termes, à la « disparition pure et simple de la race blanche ». « On n’est pas des fachos ou des racistes », scandent certains, mais « on ne veut pas des migrants ».« L’islam dehors », « Les migrants dehors, on est chez nous », ont-ils pu entonner à tue-tête lors de leur défilé boulevard Jacquard. « On va devenir une minorité dans notre propre pays », assure un militant bordelais. Pas de racisme d’après eux, mais l’un des chefs de file de la manifestation de déclarer tout de même : « Je suis islamophobe et fier de l’être, je hais l’islam ».”

Face à eux, une trentaine de militants antiracistes ont protesté contre la tenue de cette manifestation de haine. Vo

Allemagne : Akif Pirinçci, la nouvelle coqueluche de Pegida

Lutz Bchmann et Akif Pirinçci à la tribune de Pegida. (D. R.)
Lutz Bachmann et Akif Pirinçci à la tribune de Pegida. (D. R.)

Toujours en Allemagne, le mouvement Pegida, que l’on croyait moribond il y a quelques mois, revient en force. Lundi dernier, 15 000 à 18 000 personnes ont défilé dans les rues de Dresde pour son premier anniversaire. Une manifestation qui a marqué le grand retour de Lutz Bachmann, son controversé leader. Cette mobilisation a aussi été l’occasion de découvrir Akif Pirinçci, écrivain allemand d’origine turque homophobe, sexiste et anti-migrants. L’homme avait déjà soutenu par le passé que les Turcs et les musulmans avaient pour but de tuer les hommes allemands et de violer les femmes allemandes pour se reproduire, expliquant sur le site Die Achse des Guten (L’axe du Bien) que “la plupart des violeurs aujourd’hui en Europe sont musulmans” (source : achgut.com/dadgdx/index.php/dadgd/article/das_schlachten_hat_begonnen). Lundi, il a fait encore plus fort lors de la manifestation de Pegida en ayant regretté la fermeture des camps nazis, quelques semaines après qu’une polémique ait justement éclaté dans le pays concernant l’hébergement de migrants et de SDF dans une annexe de l’ancien camp de concentration de Dachau. Le Monde relate la scène :

“L’invité vedette, Akif Pirinçci, un écrivain allemand d’origine turque a en effet regretté la disparition des camps nazis. Un délit passible, selon certains juristes, de trois à cinq ans de prison. Après avoir évoqué les réfugiés – qu’il appelle « envahisseurs » –, Akif Pirinçci s’en est pris à un maire (CDU) qui aurait conseillé à un habitant hostile à l’ouverture d’un foyer pour réfugiés de quitter le pays puisqu’il n’en partageait pas les valeurs. « Il y aurait bien sûr d’autres alternatives. Mais malheureusement, les camps de concentration ne fonctionnent plus », a déploré l’orateur, sous les applaudissements.”

Depuis cette sortie, le romancier a vu ses livres retirés des programmes de publication et s’est fait lâcher par son webmaster, qui a exprimé dans une lettre ouverte sa “honte” d’avoir contribué à la diffusion de sa pensée, très prisée par l’extrême droite. Un temps hors ligne, le blog a cependant repris du service.

Allemagne : Alternative für Deutschland se radicalise, copiant Pegida

Le dernier congrès du parti eurosceptique et conservateur allemand Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne – AFD) a vu l’aile libérale représentée par son fondateur Bernd Lucke être évincée à la tête du parti par une frange beaucoup plus dure, caractérisée notamment par un discours anti-migrants, représentée par Frauke Petry, élue à la tête de la formation avec 60% des voix, signant l’issue d’une crise interne qui dure depuis plusieurs mois. La tendance représentée par Petry prône un durcissement de la politique d’asile ou un renforcement du contrôle des frontières, à tel point que certains observateurs, comme le site Blick nach Rechts (BNR) qui étudie l’extrême droite, n’hésitent pas à comparer son programme à celui de Pegida. Le site relate, pour donner une idée de la teneur des débats, qu’Albert Glaser, candidat au poste de vice-président, considère par exemple que l’Union européenne est un projet de “gauche radicale”. Son concurrent Peter Streichan considère lui les Verts (die Grünen) comme une “troupe pédophile défendant le fascisme du genre” et surnomme le premier ministre vert du Bade-Wurtemberg “Kretschmann, le Pol Pot gangster”. Bien entendu, l’immigration correspond pour lui à une “invasion”. De son côté, un candidat au bureau fédéral (Bundesschiedsgericht) du parti a estimé que Barack Obama était un “nègre de quota”. Enfin l’eurodéputé AFD Marcus Pretzell s’est demandé si l’AFD était plutôt un parti anti-euro ou une sorte de Pegida. Il a trouvé la réponse : “c’est les deux, et bien plus encore”.

Allemagne : le retour de Pegida ?

Après avoir souffert de profondes dissensions internes, le mouvement raciste Pegida recommence à grossir dans la ville de Dresde, en Allemagne. Il y a réuni 6200 partisans lundi dernier, chiffre en hausse par rapport à début février mais en net recul comparé à son plus gros succès, lorsqu’il avait réunit 25 000 personnes le 12 janvier. Selon Libération qui cite la radio Mitteldeutschen Rundfunks, une centaine de manifestants racistes s’en seraient pris lundi à un camp de soutien aux réfugiés, scandant “Dehors ! Dehors !” A noter enfin que la manifestation Pegida annoncée le 28 février à Newcastle (Royaume-Uni) a fait un flop, ne réunissant que 375 personnes face à 2000 contre-manifestants.

Allemagne : Pegida à bout de souffle

Comme on pouvait s’y attendre, le mouvement Pegida semble à bout de souffle. Seules 2 000 personnes ont défilé à Dresde lundi dernier, des chiffres bien inférieurs à ceux de ces derniers mois. En revanche, une manifestation est annoncée à Newcastle (Royaume-Uni) le 28 février prochain à l’initiative d’un collectif “Pegida UK”, qui ne semble remporter pour le moment qu’un succès mitigé sur le réseau social Facebook sur lequel il a été annoncé. Rappelons que la tentative par Riposte laïque d’importer ce mouvement xénophobe en France il y a quelques semaines a lamentablement échoué.

Le glas de Pegida ?

Selon plusieurs médias dont Le Monde, Le Figaro et Courrier International (qui cite le tabloïd allemand Bild), le mouvement raciste Pegida qui manifeste depuis octobre contre l’immigration et les musulmans dans les villes allemandes serait en passe d’exploser. Après la démission le 21 janvier de son leader Lutz Bachmann qui s’était grimé en Hitler, c’est au tour de sa successeuse Kathrin Oertel de jeter l’éponge, sur fond de conflits internes opposant ses partisans à ceux de Bachmann.

Memorial98 publie une synthèse sur Pegida

Alors que Riposte laïque a tenté sans succès – son rassemblement ayant été interdit – d’introduire ce week-end le modèle Pegida en France, le site Memorial98 publie une longue synthèse sur l’histoire et l’état de ce mouvement en Allemagne, rédigée par un antifasciste allemand. Y est dressé un portrait de Melanie Dittmer, activiste allemande âgée de 36 ans que Riposte laïque avait prévu d’inviter à prendre la parole. Militante depuis vingt ans à l’extrême droite, elle a récemment tenu des propos ambigus sur le génocide des Juifs par les nazis. Confirmant les informations que nous avions reçues il y a quelques temps d’autres sources, l’article de Memorial98 confirme que l’implantation locale de ce mouvement est inégal, et que son emprise se fait surtout sentir en Saxe, et singulièrement dans la ville de Dresde, pour des raisons propres au contexte historique et politique local. A noter qu’on apprend à l’instant la démission en Allemagne du président de Pegida, Lutz Bachmann, qui s’est déguisé en Hitler. Ancien braqueur, ce pourfendeur des immigrés prétendument délinquants est encore sous le coup de poursuites en Allemagne pour détention de cocaïne.

Allemagne : Pegida mis en échec

Certains médias glosent beaucoup sur l’ampleur du mouvement raciste Pegida en Allemagne, qui tous les lundis organise dans différentes villes des rassemblements contre “l’islamisation”. Pourtant, comme le rappelle le site Failfaf, il convient de relativiser grandement l’importance de ce mouvement, qui se voit opposer une vive résistance de la part des antifascistes, au moins dix fois plus nombreux. Seule exception : Dresde, où les manifestants de Pegida ont été jusqu’à 18 000 il y a quelques jours, ce qui peut s’expliquer par le contexte politique à l’Est et son statut de ville martyre de la Seconde Guerre mondiale, aujourd’hui encore exploité par l’extrême droite. Cependant, nous ne savons pas si tous les manifestants qui s’y regroupent proviennent bien de cette ville ou si des transports sont organisés depuis d’autres endroits en Allemagne pour pouvoir gonfler les rangs. Quant aux tentatives d’exportation du mouvement à l’étranger, et notamment en France, elles connaissent pour le moment un échec patent.