Tag Archives: Parti de Gauche (PG)

Parti politique français fondé en 2009, à l’initiative notamment de Jean-Luc Mélenchon. Le Parti de Gauche est une des deux principales composantes du Front de Gauche, avec le Parti communiste français (PCF).

Le Grand Soir présent au “Remue-méninges” du Parti de Gauche toulousain

C’est Maxime Vivas qui s’en vante lui-même sur le site du Grand Soir : “Le dimanche 30 août 2015 de 9 h à 10h15, un des ateliers du Remue-méninges du Parti de gauche réunissait à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, devant un public nombreux, Danielle Simonnet, responsable nationale du PG et ex-candidate à la mairie de Paris, Sara Serrano, représentante de la Tuerka (télé de Podemos) Frédéric Lemaire d’Acrimed et d’Attac et moi-même pour Le Grand Soir.” Rappelons que Danielle Simonnet s’est illustrée dernièrement en accordant une interview à RT (Russia Today). Quant à Acrimed, qui participera le 11 septembre prochain à Lyon à un débat sur les médias et l’extrême droite organisé par le collectif Vigilance 69 contre l’extrême-droite, elle compte toujours parmi ses militants Laurent Dauré, cadre de l’UPR. Le Grand Soir sera aussi encore présent cette année à la Fête de L’Humanité, pour participer à des débats sur Cuba et le Venezuela. (Cliquer pour agrandir)2015-09-02_lgs_pg

Danielle Simmonet (FdG) dénonce Sapir mais cite RT

Danielle Simonnet, conseillère Front de Gauche de Paris, sur twitter le 25 août dernier :

Danielle Simonnet 25082015C’est bien d’expliquer que son programme n’a rien à voir avec celui du Front national. Mais le faire une interview accordée à Russia Today (RT), média russe pro-Poutine, dont le régime est pourtant connu pour ses liens avec l’extrême droite française et européenne avec laquelle RT est spécialement complaisante, n’est-ce pas un peu “Irresponsable” ?

A lire sur Mondialisme.org : “Idéologues et militants du social-chauvinisme”

A lire sur Mondialisme.org, un long dossier de Ni Patrie Ni Frontières qui revient sur l’histoire et l’actualité du social-chauvinisme et dresse un panorama de ses idéologues et militants. Voici sa présentation :

“Le « social-chauvinisme » est une vieille expression polémique utilisée durant la Première Guerre mondiale par les socialistes marxistes internationalistes (Lénine, Luxembourg, etc.) pour dénoncer les sociaux-démocrates qui soutenaient leurs bourgeoisies nationales respectives en usant d’une phraséologie pseudo-radicale… Aujourd’hui on retrouve le même type d’arguments sociaux-patriotes chez :

– des intellectuels (Todd, Lordon, Michéa, Ariès , les équipes du « Monde diplomatique » et de « Politis », à gauche mais aussi les mêmes arguments nationalistes chez des républicains de droite, Taguieff, Finkielkraut, etc.)

– et des organisations (ATTAC, PCF, Parti de Gauche, MPEP, etc.).

Les membres de cette mouvance :

– critiquent « l’oligarchie » (vieux concept d’extrême droite), la dictature de la finance et la Bourse (idem) ;

– ils prônent un capitalisme industriel, productif, national et un Etat fort menant une politique keynésienne d’indépendance nationale, sans oublier, bien sûr, la défense des PME « bien de chez nous ».

Pour ce faire, ils s’affublent d’un masque critique, anticapitaliste ou altermondialiste, toujours chauvin.

Démystifier ces discours et ces organisations est essentiel dans une période où la compétition économique entre les Etats européens ne fait qu’attiser les régionalismes, les nationalismes, et la xénophobie sous toutes ses formes.”

Jean-Luc Mélenchon, Pierre Larrouturou et Susan George répondent (encore) à l’Agence Info libre

Plusieurs personnalités de gauche ont accordé une interview à l’Agence Info libre lors de la manifestation parisienne du 2 juillet en soutien au peuple grec : Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Susan George (Nouvelle Donne, Attac) et un militant d’Ensemble!.

L’hommage controversé de Jean-Luc Mélenchon à Charles Pasqua

Jean-Luc Mélenchon a encore créé la polémique à gauche en rendant hommage à Charles Pasqua ce matin sur France Info. Même si l’édile du Front de Gauche a rappelé le meurtre de Malik Oussekine par la police pasquaïenne, il a aussi souligné la participation à la Résistance de l’ancien ministre et déclaré avoir vu en lui “un républicain qui n’avait pas peur”, notamment face aux Américains. Une déclaration qualifiée de “bel hommage” par le journaliste Jean-François Achilli, qui ne s’y est pas trompé. Après sa participation en 2012 à la remise de la légion d’hommeur de Patrick Buisson et ses louanges au “grand industriel” Serge Dassault, après ses déclarations ces derniers mois saluant le “courage” de Nicolas Dupont-Aignan ou la “cohérence intellectuelle” de  Nicolas Sarkozy et félicitant Florian Philippot d’avoir exclu Jean-Marie Le Pen du FN, cela devient décidément une habitude chez Jean-Luc Mélenchon de rendre hommage à des personnalités de droite. Silence assourdissant en revanche du côté de François Asselineau, qui n’a à notre connaissance toujours pas salué la mémoire de l’ancien ministre de l’Intérieur. Il faut dire qu’il tient, depuis qu’il a fondé l’UPR, à faire oublier sa proximité passée avec Charles Pasqua.

Jean-Luc Mélenchon partage le site complotiste Réseau International

Jean-Luc Mélenchon a partagé cette nuit un lien vers Réseau International, site de “réinformation” sur l’actualité internationale à tonalité complotiste et pro-Poutine qui publie notamment les écrits de Silvia Cattori, de Paul Craig Roberts ou d’Hicham Hamza et conseille de visiter les “sites incontournables” que sont Wikistrike, Les Moutons enragés, Le Réseau Voltaire, La Voix de la Russie ou même Egalité et Réconciliation. A noter que parmi ceux qui y occupent une place de choix, on compte Résistance-politique.fr, un site soviéto-Mao-nostalgique animé par des militants du PCF lillois, dont le dénommé Capitaine Martin, collaborateur du Grand Soir. Enfin, la page “A propos” de Réseau international rend hommage aux travaux de Marc-Edouard Nabe et de Thierry Meyssan.

2015-05-18_mélenchon_réseauinternational3réseauinternational_liens réseauinternational_auteursPage de liens et liste des auteurs de RéseauInternational.net. (Cliquer sur les images pour agrandir)

Quand Mélenchon félicite Philippot…

Il y a trois jours, Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé à “Télé Matin” (France 2) sur l’éviction de Jean-Marie Le Pen du FN : «Je félicite Florian Philippot de nous avoir débarrassés de ce vieux fasciste, parce que nous n’y étions pas arrivé, mais lui y est arrivé. Donc félicitations à M. Florian Philippot. » Immédiatement après, il a poursuivi en dénonçant le “bobard” du cadre du FN, accusé de reprendre les idées du programme du Front de Gauche. Quelques jours auparavant, c’est le PS que le Parti de Gauche accusait de lui voler ses idées, ceci sur fond de crise interne.

Négationnisme en Ukraine et réactions des propagandistes pro-russes : une belle leçon d’opportunisme

Début avril, les parlementaires ukrainiens ont pris une décision mettant sur le même plan nazisme et communisme, en interdisant toute forme d’expression de ces idéologies, et reconnaissant comme “combattants de la liberté” les collaborateurs locaux du régime nazi qui ont combattu à ses côtés dans des unités paramilitaires, alors même que l’Ukraine a été durement éprouvée par le Seconde guerre mondiale et a subi de plein fouet les massacres perpétrés par la division SS Das Reich (dont le bataillon Azov qui combat les pro-russes dans l’Est du pays a pourtant repris l’insigne) notamment dans la région de Kharkov. C’est pourquoi le Centre Simon Wiesenthal a condamné le caractère négationniste de cette décision, s’attirant bien malgré lui les félicitations des soutiens habituels de l’impérialisme russe (Les-crises.fr, LeGrandSoir.info, le PRCF), qui oublient au passage que le même Centre avait condamné quelques temps auparavant la tenue en Russie d’un meeting de l’extrême droite européenne (dont nous avions parlé ici) ainsi que la diffusion régulière de propagande antisémite par RT (ex-Russia Today). L’ironie est encore plus cinglante quand on sait que l’ONG a par le passé été régulièrement dénoncée par LeGrandSoir.info pour son soutien à Israël ou ses critiques d’Hugo Chávez. Via un communiqué signé Djordje Kuzmanovic, le Parti de Gauche (PG) a de son côté repris l’information pour condamner l’accueil réservé par François Hollande au président ukrainien Petro Porochenko, qui a été reçu il y a deux jours à L’Elysée. Kuzmanovic, qui n’hésite pas à manifester aux côtés de militants d’extrême droite en faveur de la politique de Poutine dans l’Est de l’Ukraine, y dénonce le fait qu’à ses yeux “la France n’a pas à suivre aveuglément les intérêts bellicistes des Etats-Unis. Ensuite la patrie des droits de l’homme ne saurait dérouler le tapis rouge pour un régime aussi criminel et négationniste. […] le Président de la République française aurait mieux fait de méditer le fait que l’aventurisme militaire de l’OTAN en Ukraine menace la paix en Europe.” A ce niveau, c’est l’hôpital qui se moque de la charité…

Au lieu de répondre aux critiques, Alexis Corbière préfère manier l’insulte.

Alexis Corbière nous accuse sur Twitter d’utiliser un « vocabulaire » traduisant une « haine du PG » qui serait « digne de l’extrême droite ». On aimerait bien savoir lequel, mais en attendant, le blog antifasciste Les Morbacks Véners, lui aussi mis en cause, lui fait une réponse et en profite pour dresser le portrait de Djordje Kuzmanovic, responsable national du parti de gauche pour les questions de défense, membre du bureau national, qui est déjà depuis plusieurs années un propagandiste complotiste sur les questions internationales. Comme nous le rappelle en outre un lecteur, Alexis Corbière, prompt à expliquer qu’il ne débat pas avec l’extrême droite et qu’il considère qu’on n’a pas à faire sa promotion sur des sites Internet de gauche, ne met pas toujours en application ses belles idées : ainsi, son site affiche un lien vers Gauche de Combat, qui a une ligne plutôt confusionniste de part les sources qu’il promeut. D’autre part, il conserve parmi ses amis sur Facebook Ariane Walter, ex-militante du Front de Gauche et conspirationniste. Enfin, il a débattu le 18 mai 2013 avec Annie Lacroix-Riz sur la montée de l’extrême droite, débat filmé et mis en ligne par un militant de l’UPR, avec en introduction le logo de ce parti. On pourrait aussi rappeler la présence à la commission Amérique latine du PG d’un collaborateur du Réseau Voltaire, Romain Migus ; le fait que les militants PG s’étant présentés avec Balme aux dernières municipales n’ont jamais été exclus mais sont partis d’eux-mêmes après les élections ; le fait que Jean-Luc Mélenchon lui-même n’a jamais renié ses sympathies pour Legrandsoir.info et ses animateurs ; le fait que le FdG ait manifesté à Paris contre la guerre en Syrie le 29 août 2013 aux côtés de La Dissidence, de Ginette Skandrani, de Viktor Dedaj du Grand Soir ou de Jonathan Moadab, etc. Un tel aveuglement laisse pantois…

Comment justifier l’hommage rendu à Nicolas Sarkozy par Jean-Luc Mélenchon ?

Tout le monde aura remarqué la dernière sortie de Jean-Luc Mélenchon sur Nicolas Sarkozy, le 2 décembre sur BFM TV : « C’est un homme qui a assumé une ligne de droite, qui maintenant en matière sociale paraît plus modéré que François Hollande […]. Donc oui, pour le débat a va être une bonne chose de voir quelqu’un qui a une cohérence intellectuelle. […] La vie politique gagne à avoir des protagonistes de haut niveau, croyant en ce qu’ils disent […]. Il vaut mieux ça que des mollassons et des ectoplasmes dont on ne sait pas ce qu’ils pensent […]. » Des propos étonnament indulgents avec l’ex-Président, surtout lorsqu’on se souvient de ce que ce dernier a déclaré la veille à l’émission « Mots croisés » de France 2 : « Je me demande encore comment il peut se trouver un journaliste pour parler du Front national comme de l’extrême droite ? Elle (sic) a le programme économique de Monsieur Mélenchon. Ca lui plaît l’extrême gauche. Donc je dis à nos électeurs : si vous voulez le programme de Jean-Luc Mélenchon, votez pour le Front national. » Interrogé par @rrêt sur Images, Alexis Corbière a eu bien du mal à justifier les propos du leader du PG après la sortie insultante de Sarkozy, affirmant qu’il s’agissait de dire que le PG/FdG préférait un adversaire clairement marqué à droite que des gens se disant de gauche en appliquant une politique de droite, mais refusant de reconnaître que les propos de Jean-Luc Mélenchon allaient bien au-delà de ce seul cadre. Rendre hommage à des personnalités de droite deviendrait-il une habitude chez Mélenchon ?