Tag Archives: Nice

Christian Estrosi, opposant au FN ?

2015-12-11_estrosi_fnDu PS qui se retire fasse à lui pour faire barrage à Marion Maréchal-Le Pen en passant par différents médias, on nous présente aujourd’hui Christian Estrosi, candidat LR en Provence-Alpes-Côte d’Azur, comme une alternative crédible à l’extrême droite, alors que le FN est aux portes du pouvoir dans cette région. Pourtant, si Estrosi n’est pas au FN, il en partage un certain nombre d’idées. Rappelons quelques uns de ses faits d’armes : en 1991, l’actuel maire de Nice a déposé un projet de loi pour rétablir la peine de mort suite à un fait divers sordide. En 1998, il a voté contre le Pacs avant d’admettre avoir commis éune grave erreur de jugement”, ce qui ne l’empêche pas de s’abstenir lors du vote du projet de loi sur le mariage pour tous. En 2008, il a préconisé d’appliquer un droit du sol strict à Mayotte, pour contrer les demandes de naturalisations émanant de personnes ayant migré depuis les Comores et fantasmant une invasion possible de cette île par l’archipel, dans le cadre du conflit territorial qui l’oppose à la France. Au menu de sa gestion sécuritaire de la mairie niçoise, l’édiction ces dernières années d’arrêtés anti-SDF, anti Rroms et même anti-drapeaux étrangers. En revanche, Michel Onfray et Eric Zemmour sont les bienvenus à l’opéra municipal. S’agissant du FN, Estrosi n’a pas toujours été gêné de le fréquenter et le parti d’extrême droite aime ressortir régulièrement de vieilles photos pour le rappeler. Dans les années 1980, il a ainsi participé à une manifestation commune d’élus RPR et FN au moment de la crise de la grotte d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, avant de déclarer par la suite avoir été piégé par le déploiement de la banderole du parti frontiste. Et il y a deux jours, c’est le patriarche du clan Le Pen qui publiait sur Twitter une photo du jeune Estrosi en sa compagnie. Soulignons d’ailleurs qu’en 1998, l’actuel maire de Nice était partisan d’une alliance avec le FN pour gouverner la région Paca. Qu’il se présente aujourd’hui comme “un combattant de la première heure” contre le FN prête donc à rire…

Le-FN-ressort-une-photo-de-Christian-Estrosi-sous-une-banderole-du-Front-national

Pour Michel Onfray, “l’État peut garantir l’anarchie”

Michel Onfray a débattu à Nice avec Eric Zemmour le 5 juin dernier. Le débat, organisé par Le Point, était animé par Franz-Olivier Giesbert (FOG). Onfray, qui est encore souvent présenté comme un philosophe libertaire malgré ses nombreuses prises de position réactionnaires, y a tenu un discours républicain bon teint. En matière d’anarchisme, il a cité Pierre-Joseph Proudhon comme une référence (alors que ce dernier est loin, de tous les penseurs anarchistes, d’avoir eu la plus émancipatrice des pensées), dans un développement confondant les notions de libéralisme et d’anarchisme, une confusion qui est un grand classique chez les détracteurs du mouvement libertaire.  Pour FOG, “il y a un tel anarchisme chez Proudhon qu’on n’est pas très loin du libéralisme.” Ce à quoi Onfray à répondu être d’accord avec Zemmour sur le fait que le libéralisme était une catastrophe pour la France (“la France qui est dominée par une sorte de communisme mou puisqu’il y a 57% de dépenses publiques”, a jugé bon de rajouter FOG). Ainsi pour Onfray, le libéralisme est “le système dans lequel l’argent fait la loi […] Comme il fonctionne actuellement, le libéralisme est une contrainte de chaque jour, donc on a actuellement les inconvénients du libéralisme et pas les avantages. Alors mon libéralisme, effectivement il passe par la communauté, la coopération, la mutualité, la fédération, ce qui n’exclut pas l’État – ce sur quoi nous nous retrouvons tous les deux (avec Eric Zemmour, NDLR) – parce qu’il y a chez le dernier Proudhon, celui de Théorie de la propriété, cette idée que l’État peut garantir l’anarchie.” A l’entendre, on pourrait croire qu’on vit dans une sorte de dictature totalitaire dans laquelle l’État serait “en permanence présent pour nous dire ce qu’il faut faire personnellement”, jusque dans notre lit (véridique !). Lui préfère y opposer le fait que “l’État devrait garantir les libertés que nous devrions pouvoir construire sur un mode autogestionnaire”. En voilà un drôle de libertaire qui prône l’appel à l’État pour construire l’anarchie ! Parmi les autres absurdités développées ce jour-là par Onfray, une théorie du complot s’agissant du référendum sur le traité de Maastricht : “A mon avis, je ne suis pas sûr mais j’ai presqu’une hypothèse : on peut même imaginer que les Français avaient voté contre et que le cynisme de Mitterrand aurait rendu possible une erreur de calcul, comme ça s’est fait aux États-Unis avec George Bush.” Une affirmation applaudie par la salle. Et enfin, il a regretté que les leaders de gauche de l’après-Mai-68 (Marchais, Mitterand, Krivine, Badinter, Chevènement selon lui) n’aient pas dit à l’époque quelque chose comme : “il y a des valeurs à gauche qui font qu’on doit pouvoir proposer [des choses] pour le travail, pour la famille et même pour la patrie s’il faut prendre ces instances-là.” Ce qui ne l’a pas empêché de comparer à la fin du débat une prétendue “islamisation” de la France à la collaboration, avec les acquiescements de Zemmour. Fermez le ban !