Tag Archives: Nationalisme

Le nationalisme, qui peut prendre plusieurs formes et revêtir différents degrés, n’est pas, contrairement à ce qu’on pourrait croire, un monopole de la droite et de l’extrême droite. C’est à la fin du 19e siècle que les discours nationalistes ont commencé à pénétrer à gauche, jusqu’à représenter une orientation sans doute majoritaire en son sein, via en particulier le républicanisme, au détriment de l’internationalisme. Nous entendons par nationalisme les discours et idéologies mettant en avant le mythe national sous ses diverses formes (républicain, identitaire, etc.), qu’il s’accompagne ou non de discours racistes.

Michel Onfray : “tant que la France restera un pays judéo-chrétien, le vin sera libre”

Le pétainisme décomplexé deviendrait-il à la mode chez les réactionnaires ? Dans le numéro de novembre de La Revue du Vin de France, Michel Onfray était annoncé en “une” avec ce titre : “Le vin et l’identité française”. Il a fait cette sortie :

2015-12-13_onfray_rvf2Manque de chance pour lui, Emmanuel Berl, tout d’origine juive qu’il ait été, était en réalité le “nègre” de Philippe Pétain et l’extrait dont il parle est issu d’un discours prononcé le 25 juin 1940, alors que le maréchal était président du conseil mais non encore investi des pleins pouvoirs. Berl est également l’auteur du célèbre discours annonçant l’armistice. Or, par l’usage de la conjonction “alors que”, Onfray laisse entendre que la phrase “La terre ne ment pas” n’aurait rien à voir avec Philippe Pétain, ce que souligne la définition qu’il en donne juste après : “ce bon mot d’un brillant écrivain des villes”. Voici un exemple d’utilisation de ce “bon mot” par la propagande vichyste trouvée au Mémorial de Caen (cliquer pour agrandir) :DSC_0055_01

Ce n’est pas la première fois que Michel Onfray introduit un référence pétainiste dans un de ses discours. Plus loin, il précise son propos, suite à une question à la formulation douteuse de la revue sur le risque que l’islam pourrait faire courir au vin gaulois. Pour Onfray, “tant que la France restera un pays judéo-chrétien, le vin sera libre”. Et de rendre hommage à la période coloniale qui a permis l’introduction du vin en Algérie (à noter d’ailleurs que dans ce pays, du vin est toujours produit) :

onfray_rvf_judeochristianismeDans le même numéro, Onfray explique enfin n’avoir rien contre les vins biodynamiques, tant qu’ils sont bons :

onfray_rvf_biodynamieUne déclaration en contradiction avec son dernier livre, Cosmos, dans lequel il écrit : “Hélas, je n’ai jamais bu de vin issu de la biodynamie qui ne soit une exécrable piquette.”

Régionales : grâce à l’UPR, les conspirationnistes ont des candidats dans toutes les circonscriptions.

L’UPR a réussi a présenter des candidats dans toutes les circonscriptions pour les élections régionales. Cependant, malgré des tentatives de lifting visant à évincer les candidats les plus problématiques, le parti de François Asselineau reste fondamentalement complotiste, comme le rapporte Streetpress. Le site pro-Israélien Inglourious Basterds pointe aussi l’un de ses candidats en Midi-Pyrénées, Nicolas Mauriange, pour ses sympathies complotistes, dieudonnistes et soraliennes. Nous avons pu vérifier nous-mêmes que l’homme était par exemple un chaud partisan des théories du complot s’agissant du 11-Septembre et que contrairement aux consignes d’Asselineau, il n’a pleinement pas nettoyé son Facebook, puisqu’on y trouve encore de nombreux posts émanant de Dieudonné, d’Egalité et Réconciliation ou du Parti antisioniste. Quelques exemples parmi tant d’autres, pris sur le seul mois d’octobre 2014 :

2015-12-05_mauriange_er 2015-12-05_mauriange_pas 2015-12-05_mauriange_dieudonné 2015-12-05_mauriange_quenelleSource : theinglouriousbasterds.com/la-brigade-juive-et-les-basterds-vous-presentent-nicolas-mauriange-bds-theorie-du-complot-et-negationnisme/

Retour sur la 9e journée de Synthèse nationale

Le 11 octobre dernier a eu lieu la 9e journée de Synthèse nationale, organisée par la webrevue éponyme. S’y sont notamment retrouvés Roger Holeindre (Parti de la France), Jérôme Bourbon (directeur de Rivarol), Pierre Cassen (Riposte laïque), Pierre Vial (théoricien identitaire et chroniqueur à Rivarol), Richard Roudier (Ligue du Midi), Hugues Bouchu (Ligue francilienne), l’essayiste Philippe Randa, Gabriele Anidolfi (théoricien nationaliste-révolutionnaire italien), Carl Lang (Parti de la France), ainsi qu’un revenant, Serge Ayoub, qui était devenu discret depuis l’assassinat de Clément Méric et y a présenté “un projet pour fixer les Africains en Afrique”. L’événement se plaçait sous le mot d’ordre volé au mouvement altermondialiste “Un autre monde est possible” (cliquer pour agrandir) :

synthèsenationale
Il a été couvert par TV Libertés et le site ForumSi, qui suit de près l’actualité des nationalistes italiens et se présente comme animé par des “nationalistes français totalement ouverts à l’idée impériale européenne”. Le dernier numéro de Rivarol y a été distribué gratuitement. Ce mois-ci sont prévus plusieurs événements du même genre. Hier devait par exemple se tenir le Congrès européen du Gud qui devait notamment accueillir des représentants d’Aube Dorée (Grèce) ou de Casapound (Italie), mais aussi, justement, Gabriele Anidolfi. Nous ignorons cependant s’il a pu se dérouler, compte tenu des événements récents. Le 21 novembre est en tout cas prévu un “forum de la dissidence” organisé par la Fondation Polemia, et le week-end suivant une table ronde de Terre et Peuple. La vigilance reste donc de mise.

Sources : synthesenationale.hautetfort.com/la-9e-journee-de-synthese-nationale/ ; forumsi.fr/2015/10/ixeme-journee-nationaliste-et-identitaire-precision-pour-les-camarades-de-synthese-nationale.html

Déchaînement de violence fasciste hier à Pontivy

Hier, le parti d’extrême droite breton Adsav a manifesté contre les migrants, réunissant 150 personnes à Pontivy (Morbihan) au cri de “Breton, ouvre les yeux, ferme ta frontière !” Une manifestation sous haute tension, après les attentats de vendredi. Et ça n’a pas manqué : une fois encore, l’extrême droite nous a montré son vrai visage en lynchant un passant d’origine maghrébine. Des voisins en ont témoigné sur France Bleu, comme cette commerçante située à proximité des lieux du drame : “non loin de notre magasin, un monsieur d’origine maghrébine a été pris par le col. six personnes l’ont mis à terre. C’était un défoulement sur lui. C’était déchirant, on ne pouvait pas lui porter assistance. Plus loin c’était exactement pareil. C’était de la violence et de la haine. On voyait qu’on était cerné dans la rue principale. Tous les magasins se sont fermés au fur et à mesure. On avait l’impression qu’on était en état de siège. C’était terrible, terrible… C’est une haine, une haine… Il y avait des jeunes mais aussi des quadragénaires. Ils disaient à la police et à la gendarmerie “on va les tuer, ils n’ont rien à faire ici”. Vraiment c’est la haine.” Un autre habitant a témoigné du désarroi des passants et du climat de terreur qui a régné hier dans la petite ville bretonne : “Les gens couraient, les gens criaient, c’était la panique.”

La manifestation de Pontivy relayée sur Twitter par le média identitaire Breizh Info.
La manifestation de Pontivy relayée sur Twitter par le média identitaire Breizh Info.

D’autres témoignages sont parvenus à France 3 : Georges-Yves Guillot, délégué à la vie associative de la ville, a ainsi expliqué à la chaîne que des bombes agricoles ont explosé dans les rues et que ces explosions ont provoqué des mouvements de foule dans le centre-ville : “certains magasins ont fermé leurs rideaux et ont mis à l’abri leurs clients et quelques passants, afin qu’il n’y ait plus personne dans les rues.” Une autre commerçante a confirmé qu’elle a dû fermer son bar pendant 1h30 : “vu ce qui s’était passé la veille à Paris, il y a eu un mouvement de panique: une dame est venue reprendre ses esprits chez moi, elle était choquée.” Des échauffourées ont également éclaté avec des contre-manifestants. Dans Libération, Ronan Le Gall, responsable local d’Adsav, a justifié le lynchage par le fait que le passant victime aurait voulu contester la présence de l’extrême droite dans la rue : “Quant au Maghrébin en question, il a d’abord pris à partie nos militants. Il aurait pu être martien, il aurait dérouillé pareil.” Qu’on se le dise, voilà ce qui risque d’arriver à quiconque s’oppose à ce genre de mouvement… Déjà le 7 novembre, des militants d’Adsav et des gens se revendiquant des Bonnets rouges avaient manifesté devant le parlement de Rennes, affichant une banderole “Bretagne souveraine” :

La manifestation du 7 novembre à Rennes vue par un militant d'Adsav. Les slogans peuvent se traduire par : "Vive la Bretagne libre et indépendante", "Les Français dehors" et "Plutôt la mort que la souillure" (merci au lecteur qui nous a apporté ces précisions), la souillure visant ici sans nul doute les étrangers ou perçus comme tels, au vu de l'état d'esprit de ces gens. Le drapeau blanc à croix noire ou Kroaz Du est le drapeau breton préféré de l'extrême droite locale. (Cliquer pour agrandir)
La manifestation du 7 novembre à Rennes vue par un militant d’Adsav. Les slogans peuvent se traduire par : “Vive la Bretagne libre et indépendante”, “Les Français dehors” et “Plutôt la mort que la souillure” (merci au lecteur qui nous a apporté ces précisions), la souillure visant ici sans nul doute les étrangers ou perçus comme tels, au vu de l’état d’esprit de ces gens. Le drapeau blanc à croix noire ou Kroaz Du est le drapeau breton préféré de l’extrême droite locale. (Cliquer pour agrandir)

Pendant que les fascistes sont autorisés à défiler, nombre de manifestations sont en revanche interdites, comme celles que voulaient faire les opposants iraniens à Paris contre la venue du président de la République islamique d’Iran Hassan Rohani, ainsi que que des actions de soutien avec les migrants. Consulter notre recensement des événements d’extrême droite prévus ce mois-ci.

Document : lire un témoignage que nous avons reçu suite à la publication de cet article : témoignagepontivy.pdf

 

Ukraine : le retour des fascistes français partis combattre au Donbass

Certains des Français partis combattre au Donbass sont désormais rentrés, dont un de leurs leaders, Victor Alfonso Lenta, militant d’extrême droite et ancien militaire. Sur le plateau de la webTV conspirationniste MetaTV, ce dernier est revenu sur son aventure guerrière, en compagnie du présentateur Tepa et d’Alain Benajam, du Réseau Voltaire. Édifiant.

A l’appel du Siel, l’extrême droite s’est réunie hier à Paris pour soutenir Viktor Orbán

Hier après-midi, le Siel (Souveraineté Indépendance et Libertés), une formation d’extrême droite, a réuni environ 200 personnes devant l’ambassade de Hongrie pour soutenir la politique xénophobe du gouvernement de ce pays, dirigé par Viktor Orbán. Sur une petite tribune bordée d’une banderole “Les nôtres avant les autres”, se sont tenus des discours de Karim Ouchikh (président du Siel), de Christian Vanneste (RPF), de Charles Beigbeder, de Frédéric Pichon (vice-président du Siel), de François Billot de Lochner (Liberté politique). L’essayiste Roland Hureaux en a profité pour se féliciter de l’intervention russe en Syrie. La présence de l’écrivain Renaud Camus, de Pierre Cassen ou de Christine Tasin a également été relevée sur certains comptes Twitter et dans la presse, tandis qu’une allocution du journaliste Christian Combaz a été lue. Dans la foule, plusieurs membres de La Dissidence, dont Vincent Vauclin, avaient répondu présents, mais aussi Electre, l’actrice porno d’extrême droite. Cliquer sur les images pour les agrandir :DSC_0025_01_bisCSC_0026_bisLe 24 septembre dernier, le Siel avait déjà organisé une manifestation qui avait réuni plusieurs centaines de personnes devant l’ambassade d’Allemagne contre la politique d’accueil des migrants annoncée par Angela Merkel, lors de laquelle étaient apparemment aussi présents des membres de Riposte laïque et une équipe de TV Libertés. Lors de de ce rassemblement, le cirque tzigane Romanès situé juste en face avait vu son entrée bloquée et ses membres avaient dû supporter de nombreuses insultes anti-Rroms. C’est pourquoi hier, une cinquantaine de personnes se sont réunies à son appel pour le soutenir, alors qu’il subit par ailleurs régulièrement depuis plusieurs semaines les foudres d’associations de riverains ainsi que des dégradations et vols de matériel. Le 27 novembre prochain, le Siel organisera encore un rassemblement à Bordeaux   avec Riposte laïque, Résistance républicaine et Vigilance halal. Soulignons que le Siel est un parti membre du Rassemblement Bleu Marine, et démontre à lui seul que cette coalition de formations gravitant autour du FN n’a aucun scrupule à accueillir et à côtoyer des militants radicaux. Par contre-coup, cela démontre que contrairement à ce que ne cessent de répéter ses stratèges en communication mais aussi de nombreux analystes extérieurs, non, le FN n’a pas “changé”. Enfin, notons que parallèlement, Génération identitaire a encore occupé hier le toit d’un centre d’hébergement pour migrants à Triel-sur-Seine (Yvelines), tandis que  des militants de Terre et Peuple et de la Ligue du Midi ont défilé à Perpignan, en marge d’une manifestation en faveur de la langue catalane organisée par des formations de gauche et séparés d’elles par un cordon de policiers. Pendant ce temps, le mouvement belge Nation manifestait contre les migrants à Mouscron (Belgique), tandis que Carl Lang et Thomas Joly tenaient une conférence de presse à Pouilly-en-Auxois (Cote-d’Or) après l’interdiction de la manifestation du Parti de la France. Consulter notre recensement des événements d’extrême droite prévus ce mois-ci.

Pour Jacques Sapir, une frontière, c’est comme la membrane d’un protozoaire

Jacques Sapir a encore publié le 22 octobre dernier un éloge des frontières, partant du principe que la question de leur légitimité ne se posait pas : “La véritable question n’est pas est-on pour ou contre des frontières, mais à quoi ces frontières doivent-elles servir.” Dans ce texte intitulé “Frontières, mondialisation, souveraineté”, l’économiste enchaîne les poncifs :

“La frontière est en réalité la condition de la démocratie. C’est elle qui permet de relier la décision collective et la responsabilité. […] C’est la frontière qui met l’étranger voulant vivre dans un autre pays devant le choix de s’intégrer ou d’être privé de droits politiques. Elle est une séparation entre l’intérieur et l’extérieur, séparation sans laquelle aucune organisation, et je rappelle qu’un Etat est une organisation, ne saurait – tout comme tout être vivant – exister. Même les protozoaires ont une membrane qui les isole de leur environnement. Une frontière doit donc jouer le rôle d’un filtre laissant passer certaines choses, et bloquant certaines autres. Aussi, la question des frontières pose celle du protectionnisme.”

A l’appui de son propos, Sapir cite le livre Eloge des frontières de Régis Debray, qu’il analyse comme suit : “On voit que le propos est large. Il faut en tenir compte. Sans l’existence de frontières la distinction entre l’invitant et l’invité cesserait d’exister.” Notons qu’on retrouve une analyse très similaire dans le livre Nos Limites écrit par les anciens Veilleurs Gaultier Bès, Marianne Durano et Axel Nørgaard Rokvam. Vous pensiez que les frontières étaient la cause des drames en Méditerranée et ailleurs ? Que nenni ! Au contraire, c’est grâce à elles qu’on peut accueillir les réfugiés : “Dès lors [sans les frontières, ndlr] ne pourrait plus être pensée l’obligation morale qu’il y a à accueillir un étranger poursuivi par un pouvoir tyrannique sur son sol natal, obligation qui – il faut le rappeler – existe dans la déclaration des Droits de l’Homme et dans le préambule de la Constitution en France.” C’est aussi elles qui permettent l’internationalisme (décidément, que de vertus cachées !) : “C’est l’existence de frontières, parce qu’elle permet l’existence de nations, qui permet l’internationalisme et non, comme le confondent beaucoup aujourd’hui, un a-nationalisme, une généralisation du statut d’apatride pour tous.” On reconnaîtra ici en creux une rhétorique très inspirée de l’extrême droite. Sapir poursuit : “Mais, parler de frontière est une autre manière de parler de la souveraineté.” Et se contredit : “C’est donc une notion [la souveraineté, ndlr] qui s’enracine profondément dans une vision de gauche de la société. […] De ce point de vue, et contrairement à ce que d’aucuns écrivent, il n’existe pas de souverainisme « de gauche » ou « de droite ».” Alors, de gauche ou de droite les notions de souveraineté et de souverainisme ? Une chose est sûre : “Il existe des opinions, de droite ou de gauche, tenues par des souverainistes. Mais, l’ensemble des « anti-souverainistes » sont en réalité des gens que l’on peut qualifier comme « de droite » car ils se prononcent contre les bases mêmes de la démocratie.” Anarchistes, sociaux-démocrates, ultra-libéraux, même combat ? Qu’on se rassure cependant : “le retour des Nations n’implique nullement celui du nationalisme et du bellicisme.” Ouf !

Source : russeurope.hypotheses.org/4402

Allemagne : le magazine Compact organise son congrès annuel

Headerbanner_Konferenz2-702x336

Aujourd’hui à Berlin, le magazine complotiste et souverainiste de Jürgen Elsässer Compact organise son colloque annuel à guichets fermés (les 1000 places ont été vendues  trois jours auparavant), autour du thème “Liberté pour l’Allemagne”. Au programme : nationalisme, soutien à Vladimir Poutine et théories du complot. Parmi les invités, plusieurs conspirationnistes : Thierry Meyssan, l’Américain F. William Engdahl, l’ancien ministre fédéral allemand et membre du SPD Andreas von Bülow. Un discours de l’Américain Ron Paul – qui est un libertarien de tendance paléoconservateur membre du Parti républicain – est annoncé comme point d’orgue de la journée. Elsässer, qui est une ancien maoïste, a écrit un des textes fondateurs du mouvement antideutsch au début des années 1990, avant de devenir dans les années 2000 un théoricien du conspirationnisme, ce qui l’a conduit à adopter des positions de plus en plus réactionnaires, jusqu’à fréquenter des personnalités d’extrême droite. Ainsi, Compact a reçu en 2013 Béatrice Bourges du Printemps français pour sa conférence annuelle qui était consacrée à la famille, au cours de laquelle elle s’est faite chahuter par des contre-manifestants. Ce jour-là était aussi présents l’économiste allemand et membre du SPD  Thilo Sarrazin, qui a été exclu du directoire de la Deutsche Bank en 2010 pour des propos racistes, ou encore une représentante du parti souverainiste Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne) et une autre de Russie Unie, le parti de Poutine (voir, en allemand, ici et ). L’année dernière, c’est le député français Claude Goasguen qui a pris part à l’événement, autour du thème “Paix avec la Russie”, où était également présent Vladimir Yakounine. Autre habitué de ces rendez-vous : John Laughland, de l’officine pro-Kremlin basée à Paris Institut de la Démocratie et de la Coopération.

Source : compact-online.de/4-compact-konferenz-fuer-souveraenitaet-2015/

Grande pétition rouge-brune pour la sortie de la France de l’Otan

Comité Valmy (bis) : parallèlement à ses sorties anti-migrants, le Comité Valmy vient de lancer une énième pétition confusionniste pour la sortie de la France de l’Otan, intitulée “Pour la dénonciation par la France du traité de l’Atlantique Nord et le retrait de ses Armées du commandement intégré”. Cet “appel pluraliste” a été signé par un ensemble de groupuscules souverainistes et d’anti-impérialistes campistes de gauche comme de droite aux noms évocateurs : Collectif Résistance et renouveau gaullien, Mouvement pour un socialisme du 21ème siècle, Association France – Corse , Comité pour une Nouvelle Résistance – CNR, Association NordSudPatrimoineCommun, Mouvement Républicain de Salut Public, Comaguer, Editions Démocrite, Association Espace Che Guevara Bolbec 76210, Cercle des Patriotes optimistes. Parmi les signatures individuelles, on compte plusieurs anciens hauts gradés de l’armée ou d’anciens ambassadeurs, mais aussi Thierry Meyssan, Raphaël Berland (Cercle des Volontaires), la négationniste Ginette Skandrani, Bruno Drweski et plusieurs de ses amis (Jean-Pierre Page, Yves Vargas), les larouchistes Jacques Cheminade et Christine Bierre, l’inévitable Pierre Lévy de BRN-Ruptures, l’hagiographe de Staline Dominico Losurdo, la complotiste Chantal Dupille dite Eva R-esistons, le blogueur Lucien Pons (du Comité pour une Nouvelle Résistance), Bassam Tahhan, le couple Moumbaris (d’anciens militants de l’ANC qui se définissent comme “marxiste-léniniste-staliniste”), Yannick Herve (ex-UPR, qui signe en tant que “souverainiste de gauche”), la journaliste de Sputnik News Françoise Compoint, le journaliste d’extrême droite Jean-Michel Vernochet, le blogueur cégétiste Jacques Tourteaux, le blogueur Christian Hivert qui tout en se disant “communiste libertaire” anime le site “anti-antifa” mouvementautonome.com, François Belliot (collaborateur du Réseau Voltaire et d’Arrêt sur Info, qui signe en tant qu’ “homme de lettres”), le Comité anti-impérialiste mais aussi des militants communistes, gaullistes, du PRCF, de l’UPR, du Front de Gauche, de Nouvelle Donne, du Mouvement du 14-Juillet ou du M’Pep (ils signent encore sous cette dénomination). Des sites et blogs ont également adjoint leur signature, dont Wikistrike, le Réseau Voltaire, Planète non violence (tous trois complotistes), Palestine Solidarité (site “antisioniste” publiant des négationnistes), La Pensée libre (revue animée par Bruno Drweski), La Voix de la Libye (site kadhafiste de Ginette Skandrani), etc. Le Comité Valmy est un habitué du genre : on se souvient en particulier de son “Appel à faire cesser l’agression contre la Syrie et à refuser la participation de la France à celle-ci” initialement paru en 2012 et republié récemment, sous lequel on retrouvait le même mélange moisi.