Tag Archives: Marxisme

Lutte des classes : quand Judith Bernard agite son hochet…

Judith Bernard, ex-disciple d’Etienne Chouard, a conservé de son enseignement sa fascination pour le tirage au sort comme mode de gouvernement. Voici ce qu’elle explique dans une interview publiée hier sur le site du Comptoir :

« Cette histoire d’absence de lutte des classes parmi les tirés au sort est complètement fausse. Prenons une assemblée constituante de mille personnes tirées au sort, par exemple. Statistiquement, elle comporte 90 % de personnes des classes dominées et 10 %, maximum, des classes dominantes. Ils vont devoir se prononcer sur beaucoup de sujets, par exemple le droit de propriété : doit-on le garder comme avant ? Doit-on rejoindre le sociologue Bernard Friot : oui à la propriété d’usage, non à la propriété lucrative ? Il est évident qu’il y aura discussion, et qu’il y aura une lutte des classes, organisée dans des conditions qui rendent possible une résolution. Les dominants s’y opposeront mais les dominés voudront négocier. Et ça va s’engueuler ! Et c’est ça, la lutte des classes, c’est la contestation du droit d’autrui. Mais là, la force du nombre va être restituée. Les dominés pourront se faire entendre par le vote de fin, au lieu que ce soit l’argent et la force des armes qui l’emportent, comme depuis des siècles. Dans une assemblée tirée au sort, la lutte des classes a lieu mais elle est purement argumentative. »

On voit de là le tableau : classes dominantes et classes dominées s’asseyant tranquillement autour d’une table pour “négocier” la longueur de la chaîne sans que, dans ce monde merveilleux, lesdits dominants ne cherchent à aucun moment à contester le vote de la majorité des dominés, si ce n’est de manière « purement argumentative », et tout en conservant, on le suppose, leur position de dominants. On croit rêver ! Mais on comprend la logique : Judith Bernard appartenant elle-même aux classes dominantes de la société, à savoir la bourgeoisie intellectuelle, elle n’a au fond aucun intérêt à l’abolition de ses privilèges de classe, aboutissement logique de la lutte des classes, qui ne saurait triompher sans heurts. C’est pourquoi il lui est nécessaire de désarmer l’hypothèse d’une révolution sociale, et c’est à cela que sert dans son discours le hochet du tirage au sort. (Source : comptoir.org/2015/07/08/judith-bernard-tirage-sort-poursuite-democratie/)

Pierre Tevanian débat avec Souhail Chichah

On se souvient que Michèle Sibony, porte-parole de l’UJFP, a décliné il y a quelques semaines une invitation de Souhail Chichah. Visiblement le philosophe Pierre Tevanian n’a pas fait preuve de la même prudence. Il a donc donné une conférence à Bruxelles en avril dernier à l’invitation du collectif Quart d’X et des Indigènes de Belgique autour du thème « Pourquoi la « gauche » a un problème avec l’Islam », qui a été filmée avec l’autorisation des organisateurs par le Cercle des Volontaires. Pierre Tevanian milite non seulement pour une prise en compte des problématiques religieuses par la gauche, mais aussi en faveur de la conclusion d’alliances avec des groupes ou individus porteurs de revendications à caractère religieux, voire pour une prise en charge par la gauche de certaines d’entre elles. C’est le sujet principal de son dernier livre, La Haine de la Religion : Comment l’athéisme est devenu l’opium du peuple de gauche (éditions La Découverte, 2013). Pour appuyer sa thèse, il n’a d’ailleurs semble-t-il pas hésité à falsifier une citation de Karl Marx afin de faire coller la pensée du philosophe communiste à la sienne. Un comble pour quelqu’un qui gère un site intitulé « Les mots sont importants »…

2015-05-07_tevanian_chichah_cdv

Ukraine : le mouvement antifasciste européen dans la tourmente ?

A l’heure où s’organise une campagne internationale pour la libération d’Alexandre Koltchenko, antifasciste de Crimée détenu arbitrairement par les autorités russes, divers individus et organisations se revendiquant de l’antifascisme tentent quant à eux d’organiser un soutien aux miliciens pro-russes du Donbass, aux côtés desquels combattent pourtant des militants d’extrême droite.

Fait religieux : où va le NPA ?

Pascal Morsu, militant du NPA, a publié à l’occasion de la polémique récente sur le meeting du 6 mars un texte très intéressant intitulé “Lutter contre TOUS les racismes” qui revient entre autres sur les vifs débats qui agitent en ce moment son parti autour de ces questions. Lui prend clairement position contre des alliances avec des groupes réactionnaires et contre toute banalisation du fait religieux au sein des mouvements marxistes et du NPA en particulier. Une position malheureusement loin de faire l’unanimité, si on en croit le fait qu’une réunion publique se tiendra le 18 mars à la librairie parisienne du parti, La Brèche, autour du thème “Les filles voilées parlent” en présence de Pierre Tevanian, Ndella Paye du collectif Mamans toutes égales et surtout Ismahane Chouder de PSM, au grand dam de nombre de militants. Tévanian et Chouder ont coordonné la rédaction d’un livre éponyme paru en 2008 aux éditions La Fabrique.

Gauche radicale, marxisme et question religieuse : une revue de presse

Sur le problème du rapport de la gauche radicale à la question religieuse et à l’islam en particulier, plusieurs contributions ont attiré récemment notre attention, notamment un article très fouillé datant de 2005 et republié en janvier de la revue Ni Patrie Ni Frontières et un texte à tonalité pamphlétaire publié par le militant marxiste proche de Lutte ouvrière Yann Kindo. Même si nous pouvons avoir quelques divergences avec les auteurs, notamment en termes de vocabulaire, ces deux textes invitent à réfléchir à cette problématique trop souvent éludée dans les milieux libertaires et de gauche radicale. De plus, tant Ni Patrie Ni Frontières que Yann Kindo proposent d’autres textes de fond s’agissant du concept d’islamophobie (voir ici et ), du rapport de la gauche radicale à l’islam politique notamment au Royaume-Uni (voir par exemple ici) mais aussi dans certains pays de culture islamique dont l’Iran et la Palestine (voir ) ainsi que s’agissant des idées développées par Marx et certains de ses successeurs sur la question religieuse (voir ici et ) qui permettent, pour ceux qui le les connaîtraient pas, de mieux situer leurs analyses récentes dans le contexte plus large d’une pensée marxiste qui refuse de se renier, préférant parler de lutte des classes plutôt que de questions identitaires. Et toujours à lire sur ce sujet, l’excellent texte de Germinal Pinalie sur les identitaires de gauche.

Jean-Loup Amselle : « On assiste à une racialisation du débat politique »

Nous donnons la parole à l’anthropologue Jean-Loup Amselle, auteur d’un livre sorti récemment sur le confusionnisme politique, Les nouveaux rouges-bruns – Le racisme qui vient (éditions Lignes). Nous l’avons rencontré début janvier, au lendemain de l’attentat qui a frappé Charlie Hebdo.

Les identitaires de gauche

Germinal Pinalie, militant internationaliste et penseur marxiste critique, vient de publier sur son blog la note d’intention d’un livre en cours de rédaction, Le paradigme identitaire. Il y propose une généalogie de ce qu’il appelle les “identitaires de gauche”, exemples historiques à l’appui.  Extraits :

“Et on touche ici à l’essentiel : une partie de ce qui fonde la thématique identitaire contemporaine vient de l’intérieur de l’histoire intellectuelle et politique de la gauche. Non pas au sens où il y aurait une continuité théorique unique de la gauche, et qu’en plus celle-ci serait complice de l’identitarisme, ce qui serait absurde, mais au sens où plusieurs tendances ou courants historiques de la politique d’émancipation ont, à divers moments historiques, validé des thématiques identitaires culturelles, nationales, religieuses, ethniques ou raciales. […] Les identitaires de gauche ont en commun avec la droite et l’extrême-droite ce paradigme qui confère aux réalités que Marx avait désignées comme des constructions historiques le statut de caractéristiques intrinsèques, de véritables essences des individus. Pour des raisons à chaque fois différentes qu’il faudra analyser, ils prennent pour argent comptant ce dont Marx a expliqué la valeur très relative.”

Une brochure à lire : Comment renverser les Illuminatis ?

Le Groupe d’action pour la recomposition de l’autonomie prolétarienne (Garap) a traduit en français une brochure démontant la théorie du complot illuminati. Que l’on partage ou non le parti-pris marxiste des auteurs, surtout développé dans la deuxième moitié de la brochure, force est de constater que les trois premiers chapitres, qui reviennent sur l’histoire de cette théorie du complot et sur les raisons qui la rendent inopérante dans le cadre d’une perspective de lutte sociale, sont à lire absolument pour quiconque souhaite un éclairage sur ces questions. Nous vous invitons donc à consulter cette brochure sur le site du Garap, disponible également sous forme de PDF. Également sur le site du Garap, un texte de démontage des discours du PRCF et d’Annie Lacroix-Riz.


Antisémitisme et Palestine : mise au point de l’OCML

L’Organisation communiste marxiste-léniniste – Voie prolétarienne (OCML-VP) vient de publier un communiqué dénonçant la présence de discours ou d’individus antisémites parmi les soutiens à la cause palestinienne. Ce petit groupe maoïste rappelle que « Les antisémites disent soutenir le peuple palestinien. Ils le font sur des bases qui ne sont pas celle de la Révolution palestinienne qui dès 1970 reconnaissait que dans l’Etat futur les Juifs palestiniens – actuellement Israéliens – ont les mêmes droits, à condition naturellement qu’ils rejettent le chauvinisme sioniste et raciste et qu’ils acceptent de vivre comme des Palestiniens dans la nouvelle Palestine » Après le BDS Toulouse qui a exclu l’Agence Info Libre de ses actions, cette initiative, quoique limitée, est un très bon signe d’une prise de conscience de ce problème au sein du mouvement pro-Palestinien français.