Tag Archives: Jean Bricmont

Physicien belge, compagnon de route de Noam Chomsky, aujourd’hui défenseur des négationnistes et “idiot utile” de l’extrême droite.

Jean Bricmont s’interroge sur une éventuelle adhésion au Comité Orwell de Natacha Polony

Le 8 juillet dernier, Jean Bricmont s’interrogeait sur le Facebook du Gentil Virus Anthony Rêveur, un proche d’Etienne Chouard, sur une éventuelle adhésion au Comité Orwell, fondé à l’occasion des dix ans du “non” par la journaliste réactionnaire Natacha Polony, avec pour objectifs de promouvoir “ la liberté d’expression et le pluralisme des idées” et de défendre “la souveraineté populaire”. Sans commentaire… Cliquer pour agrandir :

2015-07-21_bricmont_comitéorwell

On rigole : Jean Bricmont dénonce l’impuissance de la gauche face à l’extrême droite

Jean Bricmont a donné hier soir une conférence à l’invitation d’Attac Bruxelles autour du thème “Pour une critique de la “nouvelle” gauche”. Selon l’annonce faite par l’association, il  est venu développer une analyse de la gauche post et anti-communiste selon laquelle cette gauche aurait commencé à émerger dans les années 60-70, se serait développée à partir des années 80, et aurait entièrement remplacé la “vieille gauche”, communiste ou social-démocrate classique. Cette nouvelle gauche aurait remplacé l’idée de lutte des classes et de socialisme par l’idéologie des droits de l’homme et des libertés individuelles et aurait substitué les ONG et les “associations” aux partis politiques. Aujourd’hui, cette nouvelle gauche serait dans une impasse totale face à la montée des “populismes” et de “l’extrême-droite”.” C’est vrai que Jean Bricmont s’y connaît en matière de fidélité aux idéaux de gauche et de lutte contre l’extrême droite ! C’est sans doute pour cela d’ailleurs qu’il se félicitait il y a deux jours, en citant RT (ex-Russia Today), des résultats de l’élection législative finlandaise qui a vu l’extrême droite arriver en deuxième position, ce qui va très probablement lui permettre  d’entrer au gouvernement.2015-04-22_Bricmont_Finlande

L’UJFP refuse de débattre avec Souhail Chichah

Michèle Sibony, porte-parole de l’Union juive française pour la paix (UJFP), vient de refuser de participer à un débat avec l’universitaire belge Souhaïl Chichah, réputé proche de Jean Bricmont et de Paul-Eric Blanrue (hagiographe de Robert Faurisson). Ce dernier a publié hier soir sur Facebook des échanges mails entre lui et Sibony, révélant que c’est suite à des alertes de ses partenaires belges que l’UJFP a finalement décliné cette invitation. Chichah s’était fait connaître en 2012 en perturbant un débat animé par Caroline Fourest à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et avait reçu suite à la polémique qui s’en était suivie les soutiens de Bricmont notamment, et plus discrètement de Blanrue. Fin 2010, il avait déjà fait polémique en tenant des propos ambigus sur le négationnisme dans cette même université : « Moi, la question du négationnisme, elle ne m’intéresse pas. D’ailleurs, je n’ai pas d’avis puisqu’il est interdit d’avoir un avis dessus ». Enfin, il vient il y a quelques jours d’accorder une interview au Cercle des Volontaires. Aujourd’hui, Chichah nie toute proximité avec Bricmont et attribue le refus de l’UJFP de débattre avec lui à une forme de racisme, dénonçant la “gauche gammée” (sic) et s’interrogeant : Le blanc doit-il seulement justifier son exclusion de l’indigène ?Quant à l’UJFP, si sa prudence est louable s’agissant de Chichah, on peut tout de même s’étonner qu’elle ne s’applique pas lorsqu’il s’agit de débattre avec des organisations réactionnaires musulmanes ou d’accorder des interviews à l’Agence Info libre. Rappelons aussi qu’en 2012 la section lyonnaise de cette association avait apporté son soutien à René Balme et que sa section lilloise avait reçu en conférence Jacob Cohen, tandis qu’un autre de ses porte-paroles, Pierre Stambul, a lui exprimé son soutien au site LeGrandSoir.info. Cliquer sur les images pour agrandir :

10271423_10153186810879561_4749139215382767385_o2015-04-03_chichah_ujfp_bricmont2015-04-03_chichah_gauche gammée2015-04-03_bricmont_chichah

Jean Bricmont remercie la police d’avoir protégé sa conférence à Grenoble

Jean Brimont a publié ce statut sur Facebook il y a deux heures :

2015-04-02_bricmont_policeUne occasion d’apprendre que l’association conspirationniste ReOpen911 entretient elle aussi d’excellents rapports avec les services de renseignement de la police, si on en croit l’un de ses plus fidèles défenseurs, Blue Rider, venu commenter à la suite de ce message :

2015-04-02_bricmont_bluerider

Malgré les protestations, l’invitation de Jean Bricmont à l’université Grenoble-1 est maintenue

2015-03-31_universitégrenoble1L’invitation demain de Jean Bricmont à l’université de Grenoble-1 suscite des protestations à la fois sur Facebook (y compris de la part d’un enseignant, Yves Markowicz) et sur Indymedia Grenoble (cliquer pour agrandir les conversations). Si l’université demande aux éventuels contradicteurs de venir mercredi lui poser vos questions, avec toute la rigueur argumentative que nécessite un tel débat sur le réseau social, un commentateur qui se présente comme “Un-e membre du Cortecs”, indique sur le site militant qu’à ses yeux “Bricmont n’a jamais été proche du fascisme, il suffit de lire ses ouvrages du 1er au dernier (dont près d’une dizaine co-signés avec des auteurs Juifs probablement atteint de cécité violente si c’était le cas).” On notera au passage l’argumentaire douteux qui consiste à mettre en avant les co-auteurs d’origine juive de Jean Bricmont pour arguer du caractère insoupçonnable de ce dernier en matière de collusions avec des antisémites… De son côté, le blog de Memorial 98 note avec justesse 2015-03-31_indygrenoble que “quant à son avis réel sur les thèses négationnistes, il est transparent : en effet, Bricmont, bien loin de respecter une soit-disant « neutralité », emploie constamment les mots-clefs de la rhétorique antisémite et négationniste” et que par cette invitation, l’université Joseph Fourier contribue à “mettre au même niveau la recherche historique et le mensonge le plus éhonté, la charlatanerie et la science.” Le collectif antiraciste conclut :

“Évidemment, les antiracistes n’ont rien à faire dans un « débat » avec un polémiste qui donne du « cher ami » aux antisémites comme Paul-Eric Blanrue, et qui s’épanche à longueur d’année dans les médias d’extrême-droite. La seule question posée par l’invitation faite à Jean Bricmont est celle de la banalisation des défenseurs des néo-nazis négationnistes au sein de ce qui est censé être un lieu de savoir et de culture. Le négationnisme n’est pas une opinion, c’est une oppression directe des victimes de racisme et d’antisémitisme, et l’Université n’a pas à être le relais de ses propagandistes à peine masqués. C’est pourtant ce qui se passe aujourd’hui à Grenoble.” 

Quant à Jean Bricmont, il continue de dénoncer sur Facebook “la police de la pensée”

2015-04-03_bricmont_policedelapensée

2015-03-31_indygrenoble

Jean Bricmont invité à débattre de la liberté d’expression à l’université Grenoble-1

L'affiche annonçant l'événement. (Cliquer pour agrandir)
L’affiche annonçant l’événement. (Cliquer pour agrandir)

Mercredi 1er avril (non ce n’est pas une blague), Jean Bricmont sera l’invité d’un séminaire sur la liberté d’expression qui se tiendra dans les locaux de l’université Joseph Fourier-Grenoble 1 à l’initiative du CorteX (cortecs.org), qui se décrit lui-même comme “un collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences”. Le physicien belge est invité dans le cadre d’un cycle consacré au thème « Connaissances censurées ? Sciences et liberté d’expression », au cours duquel sont auparavant intervenus le journaliste Denis Robert ainsi que les documentaristes Sophie Robert et Patric Jean et qui est sponsorisé par la Maison des Sciences de l’Homme (MSH). L’intervention de Jean Bricmont se fera en deux temps : en début d’après-midi, il interviendra sur “Le délit d’opinion et la liberté d’expression en France”, avant de donner le soir une conférence autour du thème “Science et liberté d’expression : de Voltaire à Chomsky”. Voilà qui promet, sachant que le cheval de bataille de Jean Bricmont en matière de liberté d’expression concerne la défense des seuls négationnistes. Il est tout de même inquiétant qu’un collectif rationaliste hébergé par une université donne la parole, sur un tel sujet, à un tel individu, pourtant réputé pour son peu de rigueur quand il parle d’histoire, de politique ou de sujets relevant des sciences humaines et sociales en général et qui est capable de déclarer, s’agissant de liberté d’expression dans les sciences, que « Même en Allemagne nazie on pouvait discuter de la physique juive » (sic), reprenant à son compte une expression hitlérienne. A noter que le collectif de modération d’Indymedia Grenoble a accepté de publier ce rendez-vous, annoncé par un message qualifiant CorteX de “collectif universitaro-flibustier” (re-sic) et le dernier livre de Jean Bricmont, La République des censeurs, de “livre dérangeant et imparable” (re-re-sic).

Jean Bricmont invité par Egalité et Réconciliation

BRICMONT ER PICARDIE 21 03 2015Le 21 mars, Jean Bricmont donnera à Amiens une conférence à l’invitation d’Égalité et Réconciliation Picardie sur le thème “Liberté d’expression ou tyrannie des bonnes intentions ?” Rappelons, parmi ses nombreux faits d’armes, une tribune intitulée “Comment ne pas se défendre des accusations d’antisémitisme” et parue le 10 août 2014 sur le site Arrêt sur Info géré par Silvia Cattori, dans laquelle le physicien belge soutenait que la notion d’antisémitisme ne répondrait pas à une définition claire et précise. Se faisant, il remettait indirectement en cause l’existence même de cette forme de racisme dirigée contre les Juifs. “Si l’antisémitisme c’est « détester les juifs pour ce qu’ils sont et pas pour ce qu’ils font » (ou que certains d’entre eux font), il faudrait donner des exemples de gens rentrant dans cette catégorie, c’est-à-dire de gens qui auraient les opinions qu’ils ont sur les juifs indépendamment des actions d’Israël, de celles des organisations communautaires, des campagnes de haine menée (sic) au nom de l’antiracisme etc. Et comment démontrer une telle accusation ?”, faisait-il mine de s’interroger. Ironie du sort, le 21 mars sera la journée internationale de lutte contre le racisme.

Vincent Reynouard condamné à deux ans de prison ferme pour négationnisme

Nous évoquions le négationniste Vincent Reynouard il y a quelques jours. Ce dernier vient d’être condamné à deux ans de prison par le tribunal de Coutances (Manche) pour avoir diffusé sur Internet une vidéo de propagande négationniste condamnant les voyages scolaires à Auschwitz comme un “embrigadement au nom du « devoir de mémoire ». Dans cette vidéo, il utilisait l’image de jeunes normands ayant participé à des commémorations. Toutefois, fait assez inédit s’agissant d’une condamnation pénale, le parquet a fait appel d’une condamnation jugée trop sévère et non conforme à la loi, qui prévoit au maximum un an de prison et/ou 45 000 euros d’amende. Ce n’est pas la première fois que Vincent Reynouard est condamné à de la prison ferme pour des faits similaires. Il a en effet pris l’habitude de diffuser sa propagande auprès de musées, de mairies et de lycées. Pour le reste, ses sites sont toujours en ligne. En 1997, il avait été révoqué de l’éducation nationale pour avoir développé ses thèses auprès de ses élèves et stocké des documents négationnistes dans un ordinateur, alors qu’il enseignait les mathématiques au lycée de Honfleur (Calvados). Vincent Reynouard est toujours soutenu par Jean Bricmont notamment, au nom de la défense de la liberté d’expression.

Jean Bricmont exclu de la présidence d’honneur de l’Afis ?

Depuis 2006, Jean Bricmont était président d’honneur de l’Association française pour l’information scientifique (Afis), une association rationaliste de lutte contre la pseudo-sciences, après l’avoir présidée de 2001 à 2006. D’après nos informations, il aurait été mis fin à cette fonction en début d’année suite à des protestations de membres de l’Afis contre ce statut accordé à Jean Bricmont, en raison des prises de positions politiques plus que problématiques de ce dernier. Et en effet, son nom n’apparaît plus en tant que président d’honneur dans l’organigramme de l’Afis présenté sur son site web, alors qu’il y était encore en fin d’année dernière. Cependant, Jean Bricmont est toujours cité comme membre du comité de parrainage scientifique de l’association. Par le passé, l’Afis avait fait l’objet de polémiques initiés par des militants anti-OGM comme Combat Monsanto, Marie-Monique Robin ou Jacques Testart quant au manque de transparence supposé de certains de ses animateurs concernant leurs liens avec l’entreprise Monsanto et le soutien apporté par eux à la promotion des OGM, y compris dans les publications de l’Afis. Il est également courant de lire sur le site de l’association des prises de position en faveur de l’énergie nucléaire.