Tag Archives: Hongrie

A l’appel du Siel, l’extrême droite s’est réunie hier à Paris pour soutenir Viktor Orbán

Hier après-midi, le Siel (Souveraineté Indépendance et Libertés), une formation d’extrême droite, a réuni environ 200 personnes devant l’ambassade de Hongrie pour soutenir la politique xénophobe du gouvernement de ce pays, dirigé par Viktor Orbán. Sur une petite tribune bordée d’une banderole “Les nôtres avant les autres”, se sont tenus des discours de Karim Ouchikh (président du Siel), de Christian Vanneste (RPF), de Charles Beigbeder, de Frédéric Pichon (vice-président du Siel), de François Billot de Lochner (Liberté politique). L’essayiste Roland Hureaux en a profité pour se féliciter de l’intervention russe en Syrie. La présence de l’écrivain Renaud Camus, de Pierre Cassen ou de Christine Tasin a également été relevée sur certains comptes Twitter et dans la presse, tandis qu’une allocution du journaliste Christian Combaz a été lue. Dans la foule, plusieurs membres de La Dissidence, dont Vincent Vauclin, avaient répondu présents, mais aussi Electre, l’actrice porno d’extrême droite. Cliquer sur les images pour les agrandir :DSC_0025_01_bisCSC_0026_bisLe 24 septembre dernier, le Siel avait déjà organisé une manifestation qui avait réuni plusieurs centaines de personnes devant l’ambassade d’Allemagne contre la politique d’accueil des migrants annoncée par Angela Merkel, lors de laquelle étaient apparemment aussi présents des membres de Riposte laïque et une équipe de TV Libertés. Lors de de ce rassemblement, le cirque tzigane Romanès situé juste en face avait vu son entrée bloquée et ses membres avaient dû supporter de nombreuses insultes anti-Rroms. C’est pourquoi hier, une cinquantaine de personnes se sont réunies à son appel pour le soutenir, alors qu’il subit par ailleurs régulièrement depuis plusieurs semaines les foudres d’associations de riverains ainsi que des dégradations et vols de matériel. Le 27 novembre prochain, le Siel organisera encore un rassemblement à Bordeaux   avec Riposte laïque, Résistance républicaine et Vigilance halal. Soulignons que le Siel est un parti membre du Rassemblement Bleu Marine, et démontre à lui seul que cette coalition de formations gravitant autour du FN n’a aucun scrupule à accueillir et à côtoyer des militants radicaux. Par contre-coup, cela démontre que contrairement à ce que ne cessent de répéter ses stratèges en communication mais aussi de nombreux analystes extérieurs, non, le FN n’a pas “changé”. Enfin, notons que parallèlement, Génération identitaire a encore occupé hier le toit d’un centre d’hébergement pour migrants à Triel-sur-Seine (Yvelines), tandis que  des militants de Terre et Peuple et de la Ligue du Midi ont défilé à Perpignan, en marge d’une manifestation en faveur de la langue catalane organisée par des formations de gauche et séparés d’elles par un cordon de policiers. Pendant ce temps, le mouvement belge Nation manifestait contre les migrants à Mouscron (Belgique), tandis que Carl Lang et Thomas Joly tenaient une conférence de presse à Pouilly-en-Auxois (Cote-d’Or) après l’interdiction de la manifestation du Parti de la France. Consulter notre recensement des événements d’extrême droite prévus ce mois-ci.

La dernière de Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon, encore, sur la crise migratoire, il y a deux jours : “Après avoir transformé la Grèce en protectorat, le gouvernement allemand veut désormais punir les États européens qui ne se plient pas à ses exigences.” Question : ces États européens que Mélenchon prétend défendre incluent-ils ceux qui mènent des politiques directement inspirés de l’extrême droite comme celui de Viktor Orban en Hongrie ?

Source : jean-luc-melenchon.fr/2015/09/15/migrants-leurope-allemande-dicte-ses-ordres/

International : quelques faits marquants de ce mois d’août

Sur la scène internationale, ce mois d’août a été marqué par la reprise du programme de nucléaire civil au Japon, en dépit de l’opposition de la population et peu de temps après les célébrations des soixante-dix ans des bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki (voir aussi ici et ), alors que les effets de Fukushima ne cessent de se faire sentir (voir aussi ici). En Grèce, le gouvernement de Syriza n’a pas tenu le choc de l’après-référendum et de ses reculades, et face à la fronde des députés de l’aile gauche de  Syriza qui ont lancé une nouvelle formation politique, Unité populaire, Alexis Tsipras a dû démissionner, déclenchant très probablement des élections anticipées dans les semaines à venir. En Hongrie enfin, le gouvernement de Viktor Orban a profité de l’été pour faire bâtir par l’armée un mur anti-migrants de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie. Pendant ce temps, Daesh et Boko Haram continuent leurs exactions, du commerce d’esclaves sexuelles (voir aussi, pour rappel, ici, et ) à la destruction de biens culturels en passant par la persécution des homosexuels et des massacres en tous genres (voir aussi ici), tandis que la Turquie, en pleine crise politique et face à la menace de l’Etat islamique, a choisi de relancer sa guerre contre les Kurdes du PKK, alors que ceux-ci sont au premier rangs de ceux qui combattent l’organisation djihadiste.