Tag Archives: Hervé Juvin

Arte invite Hervé Juvin, économiste d’extrême droite

Hier soir, le “28 Minutes” d’Arte, émission de débat qui suit son journal, a couvert la question de  l’afflux de migrants en Europe, en s’appuyant sur l’exemple de Calais. En plateau notamment, aux côtés de Denis MacShane (ex-ministre du gouvernement de Tony Blair chargé des affaires européennes entre 2002 et 2005) et d’Emmanuel Blanchard (président de Migreurop), Hervé Juvin, présenté comme “économiste et essayiste”. Hors, si la présentatrice Elisabeth Quin a bien précisé en présentant ce dernier qu’il considérait l’immigration comme une “invasion”, à aucun moment il n’a été indiqué ses liens avec l’extrême droite,  précision qui aurait pourtant éclairé les téléspectateurs sur certaines de ses remarques. En effet, Juvin est connu pour ses liens avec l’extrême droite, et singulièrement avec le Bloc identitaire, dont il est une des références intellectuelles. Sur le plateau d’Arte, il a tenu des propos complaisants notamment vis-à-vis du régime de Kadhafi en Libye, qualifié de “verrou efficace” contre l’immigration, a exprimé ses craintes d’un “appel d’air” suite à l’accord franco-britannique sur ce problème et sa “pensée pour les habitants de Calais, je pense que le gouvernement de la France doit penser d’abord à la France et aux Français, et je pense que la vie de ceux qui vivent au contact direct est simplement insupportable.” Or, la formulation de la question à laquelle répondait ici Hervé Juvin laisse peu de doute quant à la connaissance qu’avait la présentatrice Elisabeth Quin de l’orientation politique de l’économiste : “Hervé Juvin, je suppose que vous ne ressentez pas le même contentement que votre voisin Denis MacShane quant à la visite et l’empathie qu’a manifesté Manuel valls pour les migrants (sic) ?” Dès lors, pourquoi ne pas l’avoir mentionné ? Et pourquoi l’avoir invité, surtout dans le cadre d’une émission qui a par ailleurs consacré deux sujets à la dénonciation de l’extrême droite, dont l’un aux divers propos polémiques tenus par Roger Helmer, député européen du parti souverainiste britannique Ukip ? Sur le plateau, seul Emmanuel Blanchard a protesté contre les propos pro-Kadhafi de Juvin et relevé le caractère connoté du  concept de “sans-frontiérisme” que ce dernier a utilisé après avoir exprimé sa prudence s’agissant de la notion de xénophobie. Il est à noter que le “28 Minutes” n’est pas diffusé au même moment en Allemagne, il l’est pendant la nuit qui suit sa diffusion française, vers quatre heures du matin. Quant à Hervé Juvin, s’il s’exprime régulièrement dans d’autres grands médias (Le Monde, Le Figaro, L’Expansion, Les Échos, BFM Business…), il est surtout relayé par des sites d’extrême droite comme FdeSouche, la Fondation Polémia ou Realpolitik.tv, un site fondé par Aymeric Chauprade sur lequel il tient une chronique.

Jean-Pierre Chevènement en plein naufrage…

Après avoir quitté samedi son Mouvement républicain et citoyen (MRC) pour “reprendre sa liberté” (sic), Jean-Pierre Chevènement, qui se dit « en dehors des logiques partisanes » entend désormais tendre la main aux « républicains de l’autre rive ». L’ex-ministre a expliqué au Parisien que selon lui “le clivage gauche-droite ne correspond plus à la réalité” et que “ce qui est en jeu c’est le redressement de la construction européenne à partir de ses nations et sur la base d’un projet « d’Europe européenne », pour reprendre l’expression du général de Gaulle.” Il rêve d’un grand rassemblement des “républicains” de tous bords, de Jean-Luc Mélenchon à Nicolas Dupont-Aignan. Selon Le Figaro, Dupont-Aignan a répondu que «C’est un point positif pour le combat des patriotes», et qu’il “serai[t] content de l’accueillir”. Jean-Luc Mélenchon en revanche affirme que si “M. Chevènement aurait sa place au Front de gauche”, il n’est pas question d’envisager la moindre alliance avec Dupont-Aignan, “qui a une vision beaucoup plus nationaliste”. Chevènement pourra toujours se rabattre sur l’UPR… De toute façon, cela fait longtemps que celui qui dénonçait en son temps les “sauvageons” des quartiers populaires n’a plus aucune constance politique. On sait notamment qu’il a opéré ponctuellement des rapprochements avec des franges de la droite et même de la droite radicale, par exemple lors du colloque du 10 décembre 2012 organisé par sa Fondation Res Publica (et qu’il animait) autour du thème “Les Etats émergents: vers un basculement du monde?” lors duquel se sont retrouvés, outre des chercheurs et des ambassadeurs, Jean-Pierre Raffarin et surtout Hervé Juvin, à l’époque déjà connu pour sa proximité avec le Bloc identitaire. La même année, le 17 avril, Chevènement était également intervenu lors du premier “Café Fils de France”, organisé par Fils de France, un think-tank de “musulmans patriotes” proche d’Egalité et Réconciliation, qui avait relayé affiche-cafe-avril1-83f16l’événement. Suite à son départ du MRC, le Front national ne s’y est en tout cas pas trompé, publiant un communiqué élogieux à son égard qui a tout d’une porte ouverte (voir ici : frontnational.com/2015/06/chevenement-demissionne-du-mrc-plutot-que-de-fermer-sa-gueule/)…