Tag Archives: Grenoble

Jean Bricmont remercie la police d’avoir protégé sa conférence à Grenoble

Jean Brimont a publié ce statut sur Facebook il y a deux heures :

2015-04-02_bricmont_policeUne occasion d’apprendre que l’association conspirationniste ReOpen911 entretient elle aussi d’excellents rapports avec les services de renseignement de la police, si on en croit l’un de ses plus fidèles défenseurs, Blue Rider, venu commenter à la suite de ce message :

2015-04-02_bricmont_bluerider

Malgré les protestations, l’invitation de Jean Bricmont à l’université Grenoble-1 est maintenue

2015-03-31_universitégrenoble1L’invitation demain de Jean Bricmont à l’université de Grenoble-1 suscite des protestations à la fois sur Facebook (y compris de la part d’un enseignant, Yves Markowicz) et sur Indymedia Grenoble (cliquer pour agrandir les conversations). Si l’université demande aux éventuels contradicteurs de venir mercredi lui poser vos questions, avec toute la rigueur argumentative que nécessite un tel débat sur le réseau social, un commentateur qui se présente comme “Un-e membre du Cortecs”, indique sur le site militant qu’à ses yeux “Bricmont n’a jamais été proche du fascisme, il suffit de lire ses ouvrages du 1er au dernier (dont près d’une dizaine co-signés avec des auteurs Juifs probablement atteint de cécité violente si c’était le cas).” On notera au passage l’argumentaire douteux qui consiste à mettre en avant les co-auteurs d’origine juive de Jean Bricmont pour arguer du caractère insoupçonnable de ce dernier en matière de collusions avec des antisémites… De son côté, le blog de Memorial 98 note avec justesse 2015-03-31_indygrenoble que “quant à son avis réel sur les thèses négationnistes, il est transparent : en effet, Bricmont, bien loin de respecter une soit-disant « neutralité », emploie constamment les mots-clefs de la rhétorique antisémite et négationniste” et que par cette invitation, l’université Joseph Fourier contribue à “mettre au même niveau la recherche historique et le mensonge le plus éhonté, la charlatanerie et la science.” Le collectif antiraciste conclut :

“Évidemment, les antiracistes n’ont rien à faire dans un « débat » avec un polémiste qui donne du « cher ami » aux antisémites comme Paul-Eric Blanrue, et qui s’épanche à longueur d’année dans les médias d’extrême-droite. La seule question posée par l’invitation faite à Jean Bricmont est celle de la banalisation des défenseurs des néo-nazis négationnistes au sein de ce qui est censé être un lieu de savoir et de culture. Le négationnisme n’est pas une opinion, c’est une oppression directe des victimes de racisme et d’antisémitisme, et l’Université n’a pas à être le relais de ses propagandistes à peine masqués. C’est pourtant ce qui se passe aujourd’hui à Grenoble.” 

Quant à Jean Bricmont, il continue de dénoncer sur Facebook “la police de la pensée”

2015-04-03_bricmont_policedelapensée

2015-03-31_indygrenoble

Jean Bricmont invité à débattre de la liberté d’expression à l’université Grenoble-1

L'affiche annonçant l'événement. (Cliquer pour agrandir)
L’affiche annonçant l’événement. (Cliquer pour agrandir)

Mercredi 1er avril (non ce n’est pas une blague), Jean Bricmont sera l’invité d’un séminaire sur la liberté d’expression qui se tiendra dans les locaux de l’université Joseph Fourier-Grenoble 1 à l’initiative du CorteX (cortecs.org), qui se décrit lui-même comme “un collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences”. Le physicien belge est invité dans le cadre d’un cycle consacré au thème « Connaissances censurées ? Sciences et liberté d’expression », au cours duquel sont auparavant intervenus le journaliste Denis Robert ainsi que les documentaristes Sophie Robert et Patric Jean et qui est sponsorisé par la Maison des Sciences de l’Homme (MSH). L’intervention de Jean Bricmont se fera en deux temps : en début d’après-midi, il interviendra sur “Le délit d’opinion et la liberté d’expression en France”, avant de donner le soir une conférence autour du thème “Science et liberté d’expression : de Voltaire à Chomsky”. Voilà qui promet, sachant que le cheval de bataille de Jean Bricmont en matière de liberté d’expression concerne la défense des seuls négationnistes. Il est tout de même inquiétant qu’un collectif rationaliste hébergé par une université donne la parole, sur un tel sujet, à un tel individu, pourtant réputé pour son peu de rigueur quand il parle d’histoire, de politique ou de sujets relevant des sciences humaines et sociales en général et qui est capable de déclarer, s’agissant de liberté d’expression dans les sciences, que « Même en Allemagne nazie on pouvait discuter de la physique juive » (sic), reprenant à son compte une expression hitlérienne. A noter que le collectif de modération d’Indymedia Grenoble a accepté de publier ce rendez-vous, annoncé par un message qualifiant CorteX de “collectif universitaro-flibustier” (re-sic) et le dernier livre de Jean Bricmont, La République des censeurs, de “livre dérangeant et imparable” (re-re-sic).