Tag Archives: Europalestine

La complotiste Diana Johnstone à la Librairie Résistances

Hier, la journaliste complotiste Diana Johnstone était l’invitée de l’association Capjpo-Europalestine et de la librairie Résistances à Paris. Jean Bricmont lui a apparemment rendu une petite visite (cliquer pour agrandir) :2015-10-23_bricmont_johnstone1Johnstone, qui écrit régulièrement sur Counterpunch (une sorte de Grand Soir américain), s’est faite remarquer en écrivant que lors des élections de 2012 en France, tous les candidats et « en particulier » Marine Le Pen étaient de gauche, hormis Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Eva Joly, de droite car soumis selon elle à la finance. Dans le même article paru sur Counterpunch, elle regrettait le manque de couverture médiatique de François Asselineau. Accusée en 2005 par le Guardian de relativiser l’importance du massacre de Srebrenica, elle a répondu que « le nombre de victimes n’avait pu être établi scientifiquement » et en accusant les médias de « simplifier et de dramatiser » un événement qu’elle se refuse à qualifier de génocide. En 2009 enfin elle accusait, toujours dans Counterpunch, les black blocks d’être “objectivement” des provocateurs au service de la police, et renvoyait dos à dos autorités et organisateurs dans la violence (pourtant surtout due à la répression) qui a marqué le rassemblement et la manifestation anti-Otan à Strasbourg.

Sources : counterpunch.org/2012/04/24/disillusion-with-the-euro-and-europe/ ; archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.chomsky.info%2Fonchomsky%2F20051031.htm ; theguardian.com/world/2005/nov/23/warcrimes.comment ; counterpunch.org/2009/04/07/nato-strasbourg-and-the-black-block/

Retour sur “Tel Aviv sur Seine” et “Gaza Plage”

Toujours en ce mois d’août, la mairie de Paris a choisi d’honorer, à travers la ville de Tel-Aviv, l’État d’Israël, un an après l’opération meurtrière menée contre Gaza. La sécurité de l’événement, baptisé « Tel Aviv sur Seine », était selon plusieurs médias assurée en partie par la Ligue de Défense juive (LDJ), un groupuscule ultra-nationaliste juif d’extrême droite. S’il était légitime de protester contre la tenue de cet événement visant à promouvoir un État colonialiste, il est dommage cependant qu’une nouvelle fois, la mobilisation à gauche se soit faite à la remorque de l’association Europalestine, pourtant connue pour l’ambiguïté de son discours « antisioniste », pour ses sympathies pour le Hamas, pour sa proximité avec la galaxie Dieudonné et pour son soutien, sous prétexte de lutte contre la LDJ, à des gens comme Jonathan Moadab ou Ginette Skandrani. A cette occasion, un représentant de cette association a d’ailleurs déclaré, selon le quotidien de gauche israélien Haaretz cité par Courrier International, que Tel Aviv sur Seine était organisé « parce que les Juifs contrôlent les politiques français ». Sans surprise, ce rassemblement qui portait le nom de « Gaza Plage » a été filmé par Le Cercle des Volontaires, qui y a entre autres interviewé Wikicrate des Citoyens constituants. Ce dernier a d’ailleurs pris la parole à la tribune, aux côtés de Mgr Gaillot, des avocats Jean-Louis Chalanset (avocat de George Ibrahim Abdallah) et Gilles Devers ainsi que d’Olivia Zemor. Le Parti des Indigènes de la République et les Désobéissants de Xavier Renou étaient aussi de la partie. Dans le même temps, le groupuscule néo-fasciste La Dissidence française de Vincent Vauclin a également mené sa propre opération de protestation sur les quais de Seine, en compagnie du Mouvement populaire Nouvelle Aurore (MPNA). Ensemble, les deux groupuscules, qui ont déployé une grande banderole « La France contre la République » afin de dénoncer « La république des partis, des loges et des lobbies » et de « défi[er] ouvertement le Régime cosmopolite qui ne représente ni la France, ni les Français » n’ont toutefois réuni qu’une dizaine de militants, dont l’un arborait un t-shirt faisant la promotion du salut nazi. Ils ont vite été arrêtés par la police pour un bref contrôle d’identité.

La fine bande de La Dissidence française, qui se définit comme l'"avant-garde de l’insurrection qui vient", lors de son action contre Tel Aviv sur Seine. (Source : /la-dissidence.org. Cliquer pour agrandir)
La fine bande de La Dissidence française, qui se définit comme l’ “avant-garde de l’insurrection qui vient”, lors de son action contre Tel Aviv sur Seine. (Source : /la-dissidence.org. Cliquer pour agrandir)

BDS France et Génération Palestine boycottent à leur tour l’Agence Info libre

On se souvient qu’il y a quelques mois le collectif BDS Toulouse refusait à l’Agence Info libre le droit de couvrir ses manifestations. Ce sont aujourd’hui la campagne BDS France ainsi que le collectif Génération Palestine qui demandent au site confusionniste de retirer la vidéo d’un reportage les concernant et qui a été tournée le 26 mars dernier devant l’Université Paris-1. Reprenant le texte publié par le collectif toulousain, les deux organisations parisiennes expliquent que “l’extrême droite et ses alliés desservent notre cause et veulent s’en servir” et soulignent de plus l’angle problématique choisi par l’AIL, digne de n’importe quel média sensationnaliste :

“Concernant le 26 mars dernier, c’est déjà votre titre qui en dit long sur votre intérêt pour la campagne de boycott que nous menons. « Face à face entre la LDJ et BDS devant L’Université Paris 1 » : vous mettez donc dos à dos le groupuscule violent LDJ (que vous connaissez pourtant bien pour avoir eu affaire à eux), et les militants de la campagne BDS. De plus, dans ce titre et le court article qui accompagne la vidéo, vous mettez en avant ce « face à face » et non l’objet de la conférence, faisant ressorti le côté « sensationnel » pour « buzzer », faire du clic… N’est-ce pas là un des reproches que vous faites aux médias « mainstream » ? Si c’est votre conception de l’ « Info Libre », permettez-nous de nous en passer.”

Une initiative qui n’a bien évidemment pas plu à l’Agence Info Libre qui a répondu hier en continuant de nier tout lien avec l’extrême droite et en s’offusquant : “Nous pensions que l’hystérie du comité BDS 31 (largement dénoncée par la base militante) n’était que circonscrite à la région toulousaine… Mal nous en a pris !” Parallèlement cependant, Le Cercle des Volontaires continue de pouvoir sans problèmes filmer des débats à la librairie Résistances tenue par Olivia Zemor, la dirigeante du collectif Europalestine qui, bien que marginalisé au sein du mouvement pro-palestinien, est toujours toléré dans les manifestations des soutien au peuple palestinien ou contre le racisme.