Tag Archives: Départementales 2015

Réponse à Yannick Herve

Sur le blog de Luttons contre le FN sur Mediapart, un droit de réponse attribué à Yannick Herve et posté par un autre propagandiste de l’UPR me cite abondamment et remet en cause la qualité de mon travail en s’appuyant toujours sur les mêmes calembredaines diffusées depuis plus de deux ans à mon sujet notamment par Le Grand Soir, l’UPR, Silvia Cattori ou Chantal Dupille dite Eva R. Luttons contre le FN, collectif dont je ne suis pas membre mais avec lequel il m’est arrivé de collaborer, révèle que Yannick Herve me considère comme “le Ulcan des antifa”, du nom de ce hacker franco-israélien proche de la Ligue de Défense juive (LDJ). Lui et ses amis peuvent toujours faire mine de s’étonner que je n’aie pas répondu au courriel qu’il ma adressé il y a quelques jours, mais il n’est pas dans mes habitudes de donner suite à des demandes émanant d’individus insultant mon travail et usant d’un tutoiement méprisant à mon égard. O. G.

11026353_1613081095571601_43087190_n

Toujours sur Yannick Herve, le candidat conspirationniste de l’UPR

Reprenant une partie de nos informations, nos amis de Luttons contre le FN ont publié un article de synthèse sur Yannick Herve, le candidat conspirationniste de l’UPR. On y apprend que celui-ci a emprunté à l’inénarrable Sylvain Baron l’idée de décrocher les drapeaux européens des bâtiments publics, idée qu’il a mise en pratique lors de sa campagne récente pour une législative partielle dans le Doubs en décrochant le drapeau européen de la mairie d’Audincourt, une opération médiatique relayée par I-Télé. Lors de cette élection qui s’est tenue en février, Yannick Herve a rassemblé 0,57 % des voix, tandis que le FN était arrivé en tête au premier tour avant de perdre de justesse face au PS au second.

Départementales : les candidats conspirationnistes de l’UPR

Le compte Twitter de critique de l’UPR @L_Obus2 signale captures d’écran à l’appui que l’UPR présente aux prochaines élections départementales quatre candidats affichant sur le réseau social Facebook des centres d’intérêt conspirationnistes. Il s’agit de Yannick Herve à Erstein dans le Bas-Rhin, de Frédérique Mourgues à Nîmes dans le Gard (voir ici), de Kemais Marzouk à Joué-Lès-Tours en Indre-et-Loire et d’Aurore Macé à Grandvillars dans le Territoire-de-Belfort (voir ici), ces deux derniers ayant notamment relayé des théories du complot relatives aux attentats contre Charlie Hebdo.