Tag Archives: Charlie Hebdo

Célèbre hebdomadaire satirique français dont la ligne éditoriale a fait l’objet de diverses polémiques ces dernières années, notamment suite à la publication le 8 février 2006 de caricatures du prophète musulman Mahomet tirées d’un journal conservateur danois, le Jyllands-Posten. Charlie Hebdo a été la cible d’un attentat meurtrier fomenté par deux militants islamistes le 7 janvier 2015 au cours duquel il a perdu neuf de ses collaborateurs dont les dessinateurs Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski et l’économiste Bernard Maris. Cet attentat et ses suites ont soulevé une vague d’émotion dans le monde entier, et fait l’objet de nombreuses spéculations du côté des théoriciens du complot.

Bruxelles : rassemblement d’anti-impérialistes borgnes le 23 mai dernier

Le 23 mai dernier, un rassemblement “Pour la Paix au Yémen” a eu lieu devant le Parlement européen à Bruxelles. Il était animé par Bahar Kimyongür (proche collaborateur de Michel Collon) et organisé par le militant bachariste Omran Alkhatib. Etaient entre autres présents Jean Bricmont, Elie Hatem (Front national et Action française) et Ali Al-Hamed (directeur du Centre pour les droits humains en Arabie Saoudite venu exprès semble-t-il de Washington).  Le tout était sans surprise couvert par Le Cercle des Volontaires, qui en a profité pour interviewer Hatem, qui est aussi l’avocat de Yahia Gouasmi du Parti antisioniste (qui se prétend désormais descendant de Mahomet), au sujet du procès intenté par son client au dessinateur Luz et à Charlie Hebdo pour la couverture “Tout est pardonné” qui a suivi les attentats de janvier.

2015-05-27_cdv_yémen_bruxelles

Michel Collon et Saïd Bouamama en tournée dans le Nord-Pas-de-Calais

Demain à Roubaix (Nord), Michel Collon et Saïd Bouamama donneront une conférence autour du livre de Collon Je suis ou je ne suis pas Charlie ? (éditions Investig’Action), à l’invitation du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP) et des Jeunes Communistes de Lille. Le 16, les mêmes, qui sont visiblement en tournée promotionnelle, sont intervenus à la Fête L’Humain d’abord, organisée à Avion (Pas-de-Calais) par le Front de Gauche et le PCF et lors de laquelle sont également intervenus des cadres de la CGT locale.

Quand Bastamag déroule le tapis rouge à Carlos Latuff…

Le caricaturiste brésilien Carlos Latuff était invité au Forum mondial des médias libres à Tunis, qui s’est déroulé dans le cadre du Forum social mondial. L’occasion pour Bastamag, site d’information à tonalité altermondialiste, de lui donner la parole dans une interview d’une rare complaisance publiée il y a deux jours sous le titre “Des caricaturistes dans « la ligne de mire » des censeurs se retrouvent à Tunis ». Latuff s’y plaint : “Sur la liberté d’expression, discutons justement des raisons pour lesquelles on ne peut pas dessiner Netanyahou sans être traité d’antisémite. Ce dessin m’a valu d’être désigné comme la troisième personnalité la plus antisémite du monde [par le Centre Simon Wiesenthal, basé à Los Angeles, en 2012]. Beaucoup de mes dessins ont été censurés et interdits en Europe, au Canada et aux États-Unis pour avoir critiqué l’apartheid israélien.” Or, ce que l’article de Bastamag ne mentionne pas, c’est que si Latuff est régulièrement classé parmi les propagandistes antisémites, c’est entre autres parce qu’il a remporté en 2006 le deuxième prix du Concours international de caricatures sur l’Holocauste organisé par le régime iranien et qu’il n’a jamais fourni d’explication satisfaisante quant à sa participation à cet événement. Ce concours de dessins négationnistes se voulait une réponse à l’affaire dite des caricatures, et il est donc particulièrement ironique de voir aujourd’hui Latuff deviser tranquillement sur un site web de gauche, sans être contredit, sur l’attentat ayant frappé Charlie Hebdo en janvier et expliquer, à propos des caricatures de Mahomet et du racisme anti-musulmans : “L’incitation à la haine ne relève pas de la liberté d’expression. L’enjeu, c’est de montrer du respect et d’avoir du sens commun.” Ironie d’autant plus cinglante que suite à ce tragique événement, Bastamag avait co-signé avec plusieurs médias dont Reporterre, Politis, le Huffington Post, Rue 89, @rrêt sur images et Mediapart un texte intitulé “Horreur, amitié, détermination” qui se concluait ainsi : “Nous continuerons notre travail d’information et de témoignage, avec encore plus de détermination et d’énergie que jamais.” Ici, le travail d’information et de témoignage aurait pourtant consisté à présenter honnêtement les polémiques entourant le travail de Carlos Latuff, et à l’inviter sans complaisance à s’expliquer à leur sujet.

Théories du complot : deux articles qui valent le détour

Deux articles qui datent un petit peu mais méritent d’être signalés : la réponse de l’auteur de la vidéo tournée le jour de l’attentat sur le toit de Charlie Hebdo au blogueur Hicham Hamza du site Panamza qui l’accuse de l’avoir trafiquée, ainsi qu’une recension par le site Conspiracy Watch des premières réactions complotistes à l’attentat de Copenhague.

Départementales : les candidats conspirationnistes de l’UPR

Le compte Twitter de critique de l’UPR @L_Obus2 signale captures d’écran à l’appui que l’UPR présente aux prochaines élections départementales quatre candidats affichant sur le réseau social Facebook des centres d’intérêt conspirationnistes. Il s’agit de Yannick Herve à Erstein dans le Bas-Rhin, de Frédérique Mourgues à Nîmes dans le Gard (voir ici), de Kemais Marzouk à Joué-Lès-Tours en Indre-et-Loire et d’Aurore Macé à Grandvillars dans le Territoire-de-Belfort (voir ici), ces deux derniers ayant notamment relayé des théories du complot relatives aux attentats contre Charlie Hebdo.

Liberté d’expression, racisme, théories du complot… Une revue de presse

Radio Vosstanie a consacré son émission du 24 janvier à la question de la liberté d’expression, notamment suite à une polémique ayant récemment eu lieu dans les milieux libertaires à propos de d’Alexis Escudero (intellectuel réactionnaire promu par certaines personnes dans ces milieux) et plus largement suite aux questions soulevées sur ce sujet par l’attentat contre Charlie Hebdo et ses suites. De son côté l’émission « Lundi matin » sur Radio libertaire, a su également traiter intelligemment de ce sujet, dans le cadre d’une émission diffusée le 19 janvier dernier et consacrée plus largement à la profusion de propos racistes qui ont suivi ces attentats. Et afin justement de tenter d’en finir avec les visions caricaturales de l’islam propagée tant par les fanatiques religieux que par les racistes de tous poils, nous vous conseillons également la lecture d’une interview de Sophie Makariou, conservatrice au Musée du Louvre, parue sur le site de L’Obs le 17 janvier sur l’histoire des représentations de Mahomet, qui sont présentes dans de nombreux manuscrits des siècles passés. Enfin, la période étant propice à la confusion et au retour sur le devant de la scène des théories du complot, on lira avec profit un article récent du Naufrageur qui revient sur l’histoire du Réseau Voltaire, complété par un article consacré à Boris Kagarlitsky, théoricien marxiste réactionnaire présent dans les mouvements sociaux.

Jean-Loup Amselle : « On assiste à une racialisation du débat politique »

Nous donnons la parole à l’anthropologue Jean-Loup Amselle, auteur d’un livre sorti récemment sur le confusionnisme politique, Les nouveaux rouges-bruns – Le racisme qui vient (éditions Lignes). Nous l’avons rencontré début janvier, au lendemain de l’attentat qui a frappé Charlie Hebdo.

Charlie Hebdo : tour d’horizon des sites complotistes

Rue89 propose un tour d’horizon des principaux sites diffuseurs de théories du complot au sujet des attentats récents. A côté des classiques conspirationnistes tels que Wikistrike, Stop Mensonges, le Réseau Voltaire, Panamza ou Les Moutons enragés, l’extrême droite est sans surprise très bien représentée dans ce panel, avec Media-presse-info, Egalité et Réconciliation ou encore Alter Info. Pour chacun de ses sites, Rue89 dresse un court historique et indique qui les anime, quand il est possible de le savoir.

L’école, Charlie et les autres : entrer dans la boîte noire des classes

Aggiornamento Hist-Géo, un site de réflexion et d’échanges entre professeurs d’histoire-géographie, a publié une série de témoignages de professeurs sur les réactions de leurs élèves aux événements récents, qui ont le mérite de montrer un paysage plus nuancé que ce qu’on a pu en lire dans certains médias. Le site rappelle notamment ce fait fondamental : « Il est certain que des élèves ont tenu parfois des propos relevant d’un scepticisme complotiste hyperbolique. Cela s’est produit, un peu partout en France – et pas seulement dans les établissements de quartiers dits « sensibles » ou « prioritaires ». Mais, très probablement, des propos islamophobes ont été formulés, à tout le moins pensés, par d’autres – or, c’est symptomatique : on n’en a pas entendu parler ! » Il rappelle également que « les professeurs n’ont pas découvert cette semaine que des élèves – des enfants, des adolescents – pouvaient tenir des propos violents, à l’occasion antisémites. C’est forts de cette expérience que des professeurs ont décidé de faire, comme d’habitude, leur métier. » Parmi les interrogations soulevées par ces professeurs, celle de l’intérêt pédagogique d’une minute de silence, car « à solenniser uniformément une émotion qui ne se commande pas, on produit inutilement et mécaniquement des oppositions », ce qu’un professeur résume ainsi : « je ne vois pas comment une manifestation d’émotion pourrait relever de l’injonction à la ressentir. » Loin de tout manichéisme, ces enseignants insistent en revanche sur la portée d’une relation pédagogique privilégiant dialogue et respect des sentiments de chacun, car « [c’]est toujours une relation humaine, traversée d’affects, de sentiments, dont les fils sont toujours à reprendre, obstinément. »