Tag Archives: Bastamag

Quand Bastamag déroule le tapis rouge à Carlos Latuff…

Le caricaturiste brésilien Carlos Latuff était invité au Forum mondial des médias libres à Tunis, qui s’est déroulé dans le cadre du Forum social mondial. L’occasion pour Bastamag, site d’information à tonalité altermondialiste, de lui donner la parole dans une interview d’une rare complaisance publiée il y a deux jours sous le titre “Des caricaturistes dans « la ligne de mire » des censeurs se retrouvent à Tunis ». Latuff s’y plaint : “Sur la liberté d’expression, discutons justement des raisons pour lesquelles on ne peut pas dessiner Netanyahou sans être traité d’antisémite. Ce dessin m’a valu d’être désigné comme la troisième personnalité la plus antisémite du monde [par le Centre Simon Wiesenthal, basé à Los Angeles, en 2012]. Beaucoup de mes dessins ont été censurés et interdits en Europe, au Canada et aux États-Unis pour avoir critiqué l’apartheid israélien.” Or, ce que l’article de Bastamag ne mentionne pas, c’est que si Latuff est régulièrement classé parmi les propagandistes antisémites, c’est entre autres parce qu’il a remporté en 2006 le deuxième prix du Concours international de caricatures sur l’Holocauste organisé par le régime iranien et qu’il n’a jamais fourni d’explication satisfaisante quant à sa participation à cet événement. Ce concours de dessins négationnistes se voulait une réponse à l’affaire dite des caricatures, et il est donc particulièrement ironique de voir aujourd’hui Latuff deviser tranquillement sur un site web de gauche, sans être contredit, sur l’attentat ayant frappé Charlie Hebdo en janvier et expliquer, à propos des caricatures de Mahomet et du racisme anti-musulmans : “L’incitation à la haine ne relève pas de la liberté d’expression. L’enjeu, c’est de montrer du respect et d’avoir du sens commun.” Ironie d’autant plus cinglante que suite à ce tragique événement, Bastamag avait co-signé avec plusieurs médias dont Reporterre, Politis, le Huffington Post, Rue 89, @rrêt sur images et Mediapart un texte intitulé “Horreur, amitié, détermination” qui se concluait ainsi : “Nous continuerons notre travail d’information et de témoignage, avec encore plus de détermination et d’énergie que jamais.” Ici, le travail d’information et de témoignage aurait pourtant consisté à présenter honnêtement les polémiques entourant le travail de Carlos Latuff, et à l’inviter sans complaisance à s’expliquer à leur sujet.