Tag Archives: Aymeric Chauprade

Aymeric Chauprade est un “géopolitologue” qui s’est fait connaître dans les années 2000 par sa défense de thèses complotistes sur le 11-Septembre. Cela lui a valu d’être, début février 2009, privé de sa chaire au Collège interarmées de défense, sur une décision expresse du ministre de tutelle Hervé Morin. Proche des milieux de droite radicale et d’extrême droite, il a sauté le pas de l’engagement en politique en deveant conseiller de Marine Le Pen en 2010. Il est élu député européen Front national en 2014. Il collabore ou a collaboré à plusieurs médias classés très à droite, si ce n’est à l’extrême droite : la revue L’Afrique réelle de l’africaniste Bernard Lugan, La Nouvelle Revue d’Histoire fondée par Dominique Venner et Radio Courtoisie. Il anime par ailleurs depuis janvier 2010 le site internet Realpolitik.tv. Auparavant, il a soutenu la liste conduite par Philippe de Villiers lors des élections européennes de 2004. C’est aussi un proche de l’Action française, dont il aurait été membre du comité directeur en 2006 et 2007. Au sein du Front national, il promeut un rapprochement avec la droite et l’extrême droite israéliennes, ce qui n’est pas au goût de tout le monde et lui a valu de vives critiques au sein même de l’extrême droite, notamment de la part d’Alain Soral.

Jean Bricmont et Aymeric Chauprade au Forum public mondial “Dialogue entre les civilisations”

Ce 10 octobre, Jean Bricmont et Aymeric Chauprade ont participé sur l’île de Rhodes (Grèce) au Forum public mondial “Dialogue entre les civilisations” (World Public Forum “Dialogue of Civilizations”). Outre Chauprade et Bricmont, étaient invités à ce forum l’ex-députée conspirationniste américaine Cynthia McKinney ou encore John Laughland, directeur des études de l’Intitut de la démocratie et de la coopération, une officine pro-Poutine sise à Paris. Experts et représentants politiques du monde entier (dont Giorgos Tsipras, secrétaire général chargé des relations économiques internationales au ministère grec des Affaires étrangères, Ali Allawi, ancien ministre irakien du gouvernement par intérim consécutif à la chute de Saddam Hussein ou l’universitaire américain Richard Falk) s’y sont retrouvés pour discuter de l’avenir des zones nord africaine et d’Asie occidentale. Ce forum, soutenu par des instances internationales comme l’Unesco, est présidé par Vladimir Yakounine, aussi dirigeant de la Société Les chemins de fer russes et président de l’Union Internationale des Chemins de fer. On trouve aussi parmi ses membres éminents un ancien chancelier fédéral d’Autriche, Alfred Gusenbauer, et des chefs d’entreprises. Le forum est né en 2002 à l’initiative de représentants de Russie, d’Inde et de Grèce et se présente comme une réalisation pratique de la résolution “Agenda global pour le dialogue entre les civilisations” (“Global Agenda for Dialogue among Civilizations”) votée le 9 novembre 2001 par l’Assemblée des Nations unies sur une idée du président iranien Mohammad Khatami. En 2012, pour les dix ans du Forum, ce dernier lui avait d’ailleurs envoyé une adresse.

Document : 2015_Rhodes_Forum_Scientific_Program_web_light

Source : http://wpfdc.org

Le FN s’agite sur la scène internationale tandis que ses ex-militants peuplent les rubriques faits divers

Le Front national a récemment formé un groupe au parlement européen, avec plusieurs autres formations de droite nationaliste. Le site de France Télévisions revient sur les casseroles de certains de ses alliés. Financièrement, cette initiative devrait rapporter 4,5 millions d’euros de subventions annuels au parti d’extrême droite. Pendant ce temps, plusieurs ex-militants du FN ont continué de faire des vagues ces derniers temps : après l’élu brûleur de voitures, c’est au tour d’anciens membres du FN de Reims d’avoir été interpellés pour trafic d’armes. Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle, il y a quelques semaines, d’un autre ex-militant du Nord de la France, soupçonné d’avoir revendu des armes à Amedy Coulibaly. De son côté, un ex-candidat vient lui d’être condamné par le tribunal d’Angoulême pour violences conjuguales. En matière de politique internationale enfin, Marine Le Pen a effectué fin mai une visite au Caire, au cours de laquelle elle a rencontré des responsables musulmans et coptes et salué l’action de l’actuel gouvernement égyptien dirigé par Abdel Fattah Al-Sissi contre « le fondamentalisme ». Depuis le début de l’année, plusieurs centaines de personnes soupçonnées d’appartenir aux Frères Musulmans ont en effet été condamnés à mort en Egypte, au terme le plus souvent de procès bâclés, en plus des principaux dirigeants de cette organisation. Cette visite a été l’occasion pour Aymeric Chauprade, officiellement évincé du FN, de reprendre du service. En avril, c’est l’ancien premier ministre travailliste israélien Ehud Barak que Marine Le Pen a rencontré à l’improviste à New-York lors de la soirée de gala du magazine Time, qui l’a élue dans son palmarès des « 100 personnalités les plus influentes du monde ». D’après le magazine réactionnaire Valeurs actuelles, Barak lui aurait déclaré : « Je suis très heureux de vous rencontrer et je vous félicite pour votre action ». Les deux auraient convenu de se revoir à l’occasion, peut-être, d’un voyage de Marine Le Pen en Israël.

Retour sur le projet de nouveau parti d’Alain Soral et de Dieudonné

Tant Qu’Il Le Faudra !, le site de la Commission nationale antifasciste (Cnaf) du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), revient sur le projet annoncé par Alain Soral et Dieudonné de fonder un parti appelé “Réconciliation nationale”. Simple annonce ou perspective concrète ? Il est trop tôt pour le dire. Le site de la Cnaf rappelle en tout cas dans quelles conditions l’idée en est venue à Alain Soral, à savoir un conflit avec l’eurodéputé Front national et théoricien conspirationniste Aymeric Chauprade qui, face à la menace brandie du « fondamentalisme islamique sunnite », prône depuis août un rapprochement stratégique avec la droite israélienne. Comme le souligne Tant Qu’Il Le Faudra !, “c’en était trop pour Alain Soral, tenant d’un ancrage profond de l’extrême droite dans l’antisémitisme à connotation complotiste.” Depuis, le conflit entre les deux énergumènes et leurs partisans respectifs s’est envenimé, à coups d’insultes et de menaces.