L’extrême droite et l’écologie

L’intérêt d’une certaine extrême droite pour l’écologie a des origines anciennes. Le partage de thématiques communes favorise les ponts avec d’autres courants de l’écologie, notamment à gauche, qui tendent malheureusement à se développer largement depuis quelques années, au cœur même de nos mouvements. Petit tour d’horizon de la mouvance

La Décroissance par l’incohérence ?

Au fil des mois, le journal La Décroissance semble prendre une orientation de plus en plus confusionniste et droitière. Le point sur ses drôles d’accointances avec des penseurs réactionnaires ou le rédacteur en chef d’une une revue proche de la Nouvelle Droite.

Le M’Pep, retour sur une dérive

Le M’pep change officiellement de nom et d’orientation politique en devenant le Parti de la Libération nationale et de la Démondialisation, une formation qui « ne se place plus dans le clivage gauche-droite ». Mais le tournant droitier du mouvement dirigé par Jacques Nikonoff ne date pas d’hier…

Ecologie, Monnaie… Le clan Rabhi à l’avant-garde de la confusion

Gabriel Rabhi, fils de Pierre, commence peu à peu à se faire une place au sein de la complosphère, et affiche sans honte ses sympathies pour l’extrême droite. Beaucoup plus discret, son frère David partage les mêmes idées sur Facebook. Sans aller aussi loin, leur père est connu pour développer une pensée réactionnaire et mystique, sous couvert d’humanisme, qui rencontre un grand succès dans les milieux écologistes. Le confusionnisme, une tradition chez les Rabhi ?

Revue de presse de la mi-décembre 2014

Sur la thématique du confusionnisme, plusieurs contributions ont attiré notre attention cette semaine. Émanant du groupe libertaire d’Ivry-sur-Seine, on écoutera avec profit deux émissions diffusées sur Radio libertaire sur cette thématique, basées sur nos travaux et sur ceux de la revue Ni Patrie Ni Frontières, ici et . Y est entre autres abordé le cas de Cyril Bennasar, ex-compagnon de route de l’anarchisme devenu chroniqueur et écrivain nationaliste, anti-immigrés et misogyne pour le site et la revue Causeur. Sur le site de la Commission nationale antifasciste du NPA, on lira une interview de deux groupes antifascistes russes, What We Feel et Moscow Death Brigade, qui remettent les pendules à l’heure sur la façon dont il convient d’analyser la situation en Ukraine, à l’heure où les nationalistes des deux bords l’instrumentalisent à leur profit, ainsi qu’une brochure sur les extrêmes droites françaises depuis 1945. Sur le site de La Horde, on retiendra ce « Petit rappel sur ce qu’est Le Cercle des Volontaires », utile à l’heure où ce site tente de se refaire une virginité en faisant mine de prendre ses distances avec Alain Soral. Enfin, on ne peut se passer de lire le dernier opus de Ni Patrie Ni Frontières paru en octobre et intitulé « Increvables négationnistes ! » sur l’antisémitisme libertaire et d’ultragauche de 1948 à nos jours, appuyé sur des documents de première main qui y sont reproduits à titre documentaire.

Complaisance avec Etienne Chouard : Judith Bernard persiste et signe

Mise en cause par une militante du Mouvement pour la 6e République (M6R) dont elle est adhérente pour sa complaisance pour Etienne Chouard, Judith Bernard, animatrice d’une émission sur @rrêt sur images et partisane du tirage au sort, persiste et signe, affirmant notamment qu’ « il n’y a pas trace chez Etienne Chouard de la moindre orientation antisémite, homophobe, sexiste”.

L’Agence Info Libre, organe de propagande présentable de l’extrême droite

Alors que les blogs et sites confusionnistes se comptent par milliers, quelques uns sortent du lot et parviennent à toucher une plus grande audience. C’est le cas de l’Agence Info Libre (AIL) qui, issue de la mouvance extrême droitière et conspirationniste, est désormais largement relayée dans les milieux militants de gauche. Pourtant, malgré un lifting réussi, ses animateurs n’ont jamais renoncé à leurs anciennes idées et profitent de leur site vitrine pour leur donner une allure respectable.