A la rencontre des migrants et de leurs soutiens

Samedi, environ 1500 personnes ont manifesté à Paris pour défendre les droits des migrants. A cette occasion, nous avons recueilli la parole de certaines d’entre elles.

DSC_0337Parmi les cortèges les plus visibles, les Afghans réclamaient un toit et des papiers, mais aussi de pouvoir travailler dans la légalité. Nous avons également rencontré des Ethiopiens qui nous ont sensibilisés à la tragédie vécue par les Oromos, un peuple discriminé dont les terres font l’objet de visées spéculatrices encouragées par le gouvernement, dans le cadre de l’extension de l’aire urbaine d’Addis-Abeba. Sur les 90 millions d’Ethiopiens, environ la moitié sont Oromos. Plus de cent personnes sont mortes dans les vingts derniers jours précédant la manifestation de samedi, tandis que 25 000 sont actuellement emprisonnées, victimes de la répression touchant le mouvement anti-spoliation. Certaines ont été victimes de tortures. Alors que 11 millions d’habitants souffrent de la faim en Ethiopie, l’aide économique envoyée à la dictature pour lutter contre la pauvreté sert surtout à enrichir la clique au pouvoir, comme nous l’a expliqué ce manifestant (en anglais) :

DSC_0343Nous avons également rencontré un collectif d’inspecteurs du Travail qui luttent contre les discriminations entre Français et étrangers en matière de droit du Travail, en lien avec des collectifs de sans-papiers. Jérôme, militant à Sud Travail, nous a fourni des explications :

DSC_0362_01Enfin, un sans-papiers sénégalais nous a parlé de l’action qu’il mène dans le 20e arrondissement au sein du collectif Papiers, Liberté, Unité, Solidarité (Plus) qui réunit 137 personnes et travaille en lien avec le collectif antifasciste local, ainsi qu’avec le collectif de soutien aux migrants :

Et pour finir, quelques images supplémentaires de cette manifestation :

DSC_0239DSC_0257DSC_0325DSC_0291DSC_0363DSC_0420DSC_0374DSC_0377_02DSC_0441DSC_0447DSC_0499_01DSC_0462DSC_0486