Face à Kokopelli, solidarité avec Les Enragés

Nos camarades des Enragés ont repris il y a quelques jours deux articles documentés critiquant l’association de semences paysannes Kokopelli. Cela leur vaut d’être attaqués par un des dirigeants de cette organisation, Ananda Guillet, qui emploie un ton paranoïaque pour suggérer que le blog antifasciste pourrait être payé par l’industrie semencière :

“J’ai rédigé la présente réponse à l’article des Enragés, ou prétendus tels, qui inondent Kokopelli de calomnies et de diffamations, à partir de leur site internet […]. Au prime abord, je me suis dit que ce site était un site de l’opposition contrôlée à la solde de l’industrie semencière et de leurs complices politiques. Cependant, en règle générale, les articles de l’opposition contrôlée font part d’un minimum de cohérence, contrairement à celui-là, afin de mieux toucher la cible. En effet, l’industrie semencière a les moyens de se payer des journalistes qui rédigent des articles un tantinet mieux ficelés que ce tissu de sornettes.”

Alors que les textes diffusés par Les Enragés s’inquiètent de la diffusion par cette association de contenus mystiques et conspirationnistes qui sont une porte d’entrée vers l’extrême droite, Guillet extrapole et en conclut qu’on dénonce ses membres comme étant des militants d’extrême droite, tout en nous ressortant la rengaine désormais connue : “nous ne sommes ni de droite, ni de gauche” :

“Alors pourquoi s’attaquer à Kokopelli, à Pierre Rabhi, à Vandana Shiva et à tous les autres cités ? Serions-nous tous issus de l’extrême droite ?!? Est-ce bien cela ? L’auteur semble témoigner d’une définition, pour le moins très personnelle, des concepts “d’extrême droite” ou  “de droite radicale”. Il semblerait, même, que tout ce qui n’est pas à l’aune de sa compréhension soit automatiquement classé dans la case “extrême droite”. Nous subissons de très nombreuses attaques chez Kokopelli, souvent de la part des industriels semenciers, ou de l’état lui-même, mais c’est bien la première fois que nous sommes considérés comme partisans de “l’extrême droite”. J’inviterais, donc, l’auteur à venir nous rencontrer, dans notre ferme en Ariège, afin de discuter de la vie ensemble – et non pas de politique, car personnellement, je vomis avec force ce système politique miteux et abject – afin qu’il puisse se rendre compte, en son âme et conscience, que nous ne sommes affiliés à aucun parti politique – qu’il soit de droite, de centre, ou de gauche ou de n’importe quoi d’autre, d’ailleurs…”

Parmi les mensonges véhiculés pour répondre aux Enragés, le zélé militant de Kokopelli écrit : “Là encore, il va falloir que l’auteur m’explique, par quel tour de passe-passe, il associe Pierre Rabhi aux Jardins de Gaïa. Personnellement, je ne vois absolument pas le rapport.” C’est donc sans doute sous l’effet d’un puissant produit hallucinogène qu’en nous rendant sur le site de de cette boutique partenaire de Kokopelli nous avons pu trouver ce genre de contenus annoncés en “une” (cliquer pour agrandir)  : 2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2

Notons que parmi les articles proposés par les Jardins de Gaïa, on trouve les produits biodynamiques Demeter.

Face à tant de mauvaise foi, nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité avec Les Enragés.