Podemos nomme Thomas Piketty conseiller économique

Pablo Iglesias et Thomas Piketty lors d'une précédente rencontre en janvier à Madrid. (Source : El Economista)
Pablo Iglesias et Thomas Piketty lors d’une précédente rencontre en janvier à Madrid. (Source : El Economista)
Podemos, la formation espagnole alliée de Syriza et du Front de Gauche, vient de nommer Thomas Piketty à son  “comité international d’experts” dans le but de construire son programme économique pour les élections de décembre prochain. Cet économiste, auteur du best-seller Le Capital au 21e siècle (Seuil, 2013) qui porte sur les inégalités, a réussi l’exploit de devenir la coqueluche à la fois d’une certaine gauche critique et des dirigeants du monde entier, dont Barack Obama, qui l’a reçu suite à la parution de son livre. En 2005, Piketty avait fondé, à la demande de Dominique de Villepin alors premier ministre, l’Ecole d’économie de Paris, en vue derivaliser avec la London School of Economics. Proche du Parti socialiste, il est membre du comité d’orientation scientifique de l’association « À gauche en Europe », fondée par Michel Rocard et Dominique Strauss-Kahn et a soutenu Ségolène Royal puis François Hollande (qu’il critique aujourd’hui) lors des deux dernières élections présidentielles. Pour ajouter à son caractère subversif, il avoue sans gêne n’avoir “jamais vraiment essayé” de lire Le Capital de Marx, auquel le titre de son livre fait pourtant explicitement référence, trouvant ce livre “très difficile” (ce qui ne l’empêche pas d’en discuter certains aspects, souvent à l’emporte-pièces, dans son propre ouvrage). Qu’un tel “expert”, qui ne fait que pointer certains “excès” du capitalisme sans jamais remettre en cause ce dernier, puisse être nommé conseiller de Podemos, voilà qui n’augure rien de bon pour le futur programme économique de ce parti. Du coup, on attend avec impatience de connaître les noms des autres membres de ce “Comité international d’experts”. Lors de sa visite récente à Paris, lors de laquelle il a fait cette annonce, Pablo Iglesias, le leader de Podemos, a également rencontré Jean-Luc Mélenchon mais aussi les “frondeurs” du Parti socialiste. Il a ainsi déclaré : “Nous voulons nous asseoir avec tout le monde, et en particulier avec ceux qui viennent de la famille socialiste et qui ne sont pas d’accord avec les orientations de cette famille ces dernières années”.