Violences d’extrême droite en Israël

Comme on l’a appris ces derniers jours, des fanatiques religieux juifs et nationalistes israéliens s’en sont pris à une manifestation homosexuelle et à une famille palestinienne. Six personnes ont ainsi été poignardées lors de Gay Pride de Jérusalem par un militant juif ultra-orthodoxe, tandis qu’un jeune enfant palestinien est mort dans l’incendie de sa maison perpétré par des colons israéliens. Ce dernier acte a été qualifié de “terroriste” par Benyamin Netanyahou et plusieurs membres de son gouvernement, qui pourtant ne sont pas en reste s’agissant d’attiser les flammes nationalistes et racistes. D’ailleurs, deux adolescents palestiniens ont été tués par l’armée israélienne lors des manifestations qui ont suivi. Rappelons qu’Israël a aussi été en proie ces derniers mois à des manifestations de juifs éthiopiens manifestant contre les discriminations qu’ils subissent. Enfin, Arabes israéliens, militants de gauche et militants pour la paix sont eux aussi régulièrement victimes des attaques de l’extrême droite israélienne, comme le rappelle Memorial 98. Face à la haine, nous ne pouvons que souhaiter que convergent les luttes des groupes dominés de la société israélienne et que s’exprime en leur sein une vraie solidarité à l’égard des Palestiniens. En effet, seule la solidarité internationale permettra de sortir un jour d’un conflit qui n’en finit pas et qui contribue à augmenter le degré de violence globale au sein des sociétés concernées, dont sont d’abord victimes les groupes dominés : classes populaires, minorités ethniques, homosexuels, malades et handicapés, femmes et enfants.