Eric Hazan : « La police avec nous ! »

Le 14 juillet dernier, Judith Bernard a publié sur son site Hors-Série un débat entre Frédéric Lordon et Eric Hazan enregistré le 27 novembre 2014 au Lieu-Dit à Paris. Hazan l’a conclu ainsi, pour le plus grand bonheur de Lordon qui n’a pas eu à le dire :

“Un de mes points de divergences avec les camarades du Comité invisible – j’essaye de leur montrer le lumière mais ils ne veulent pas la voir : c’est une erreur totale de prendre les forces de l’ordre – la police – comme un tout homogène et de la figer en lui montrant qu’on lui voue une haine indiscriminée. Quel rapport y-a-t-il entre les Bac – les brigades anti-criminalité qui sont des cowboys racistes immondes et les types de trois (sic), les petites patrouilles sur le boulevard de Belleville où il y a souvent un Arabe et une femme qui vont… Heu… Allez, chasser, empêcher de travailler les vendeurs de maïs grillé. Ce n’est pas les mêmes ! Il faut jouer la contradiction à l’intérieur des forces de l’ordre. la défection des forces de l’ordre a toujours été le moment critique des insurrections, celle où elles sont passées du côté victorieux. Et quand il n’y a pas de défection des forces de l’ordre, l’insurrection est massacrée, comme ça a été le cas en juin 1948 où la garde mobile a massacré l’insurrection, comme ça a été le cas pour l’insurrection spartakiste où les Freikorps, qui étaient des mercenaires, ont massacré l’insurrection. Il faut dire : “la police avec nous !””

Ainsi selon Eric Hazan, il n’est pas pertinent de juger l’action de la police à l’aune de sa fonction sociale, qui est d’être le bras armé de l’Etat et du capital. Il y aurait donc d’après lui des bons flics, ce qui ne font “que” chasser (gentiment ?) les vendeurs à la sauvette (des pauvres d’origine étrangère) des quartiers populaires de Paris et qui se distingueraient par leur côté black-blanc-beur (faut-il en conclure que cela leur permettrait d’échapper à tout racisme et sexisme, eux qui chassent tout aussi bien les migrants du quartier de Belleville, parmi lesquels de nombreuses femmes prostituées chinoises ?), à opposer aux brutes racistes de la Bac. Étonnante analyse, pour quelqu’un qui édite tout  la fois le Comité invisible ou des proches des Indigènes de la République, entre autres choses.

L’été, période propice aux expulsions

On le sait, l’été est une période propice aux expulsions. Paris-Luttes Infos a publié il y a quelques jours un compte-rendu relatant ce qu’il advient des personnes expulsées et de leurs affaires, ici avec l’exemple du squat des Francs-Tireurs à la Courneuve, expulsé le 2 juillet dernier. A quelques jours de la rentrée, les familles Rroms et Roumaines qui vivaient elles aussi depuis sept ans dans un bidonville, toujours à la Courneuve, dans lequel s’était organisée une vie collective, ont elles aussi été sans ménagement jetées à la rue, tandis que dans le courant de l’été, c’est un camp de migrants à Rennes qui a été visé par une procédure d’expulsion, subissant en sus une attaque fasciste. Nous ignorons le nombre d’expulsions locatives, qui ont égalment lieu au printemps et en été. Avant-hier, le collectif de mal logés des Baras an quant à lui occupé un nouveau lieu sur la commune des Lilas, mais craint une expulsion imminente. Face à ces violences, seule la solidarité paiera.

Des documents inédits sur la sphère Soral

Streetpress vient de publier des documents inédits qui permettent de mieux appréhender le fonctionnement d’Égalité et Réconciliation, la formation d’Alain Soral. Au menu : extraits de livres de compte, d’échanges mails, stratégie sur Wikipedia, craintes de dissolution, etc. Cet article annonce la parution ce mercredi du livre de Robin d’Angelo et Mathieu Molard, Le système Soral – Enquête sur un facho business, aux éditions Calmann-Lévy.systèmesoral

Décès d’Emmanuel Ratier : le ban et l’arrière ban de l’extrême droite au Père Lachaise

Le 25 août dernier, Emmanuel Ratier, éditeur de la revue Faits et Documents et directeur de la librairie Facta, est décédé. REFLEXes était présent à l’enterrement de ce documentaliste de l’extrême droite, qui se revendiquait de l’héritage de l’antisémite Henri Coston et entretenait un vaste réseau d’influence, comme le rappelle le site antifasciste :

“Cette dimension réticulaire de l’action d’Emmanuel Ratier s’est d’ailleurs parfaitement manifestée par l’éclectisme des personnes que l’on pouvait apercevoir hier sur le parvis du funerarium du Père Lachaise : de Jean-Marie Le Pen à Frédéric Chatillon, d’Alain Soral à Aymeric Chauprade, de Pierre Vial à Henri de Lesquen, toutes les chapelles de l’extrême droite étaient représentées par leurs figures dirigeantes, à l’exception des Identitaires et du FN marinisé. Ceci ne porte d’ailleurs pas forcément de signification, les responsables de ces mouvements ayant pu faire parvenir des messages de sympathie à la famille.”

REFLEXes note en conclusion que “le coup est dur pour l’extrême droite radicale qui perd, deux ans après le suicide de Dominique Venner, l’une de ses figures les plus essentielles.” Sur le même sujet, on peut lire, sur le même site, le portrait qu’il avait consacré en 2002 à Emmanuel Ratier, “Méfaits et Documents”.

A lire chez Les Enragés, un dossier sur Sea Shepherd

Les Enragés proposent un dossier très complet sur Sea Shepherd et son leader, Paul Watson, qui analyse de manière détaillée ses liens avec diverses mouvances réactionnaires. Outre son amitié avec Brigitte Bardot, Watson a eu pour mentor David Foreman, membre du Parti républicain et fondateur de l’association Earth First! (la Terre d’abord) dont une des antiennes est le racisme anti-migrants, une thématique partagée par son élève. En France, l’association de défense des animaux est aussi très liée aux réseaux de Pierre Rabhi, avec qui elle partage une rhétorique empreinte de mysticisme.

Bernard Langlois, son soutien au Yéti et ses élans réactionnaires

Un lecteur (merci à lui) nous a signalé les flatteries de Bernard Langlois, fondateur de Politis, a l’endroit du blogueur confusionniste Le Yéti, hébergé par le site du journal. Langlois assume partager les analyses de haute volée proposées sur la situation internationale par le Yéti, pourtant connu pour sa complaisance avec divers régimes autoritaires, dont celui de Vladimir Poutine en Russie, celui de Bachar Al-Assad en Syrie et celui des mollahs en Iran. Voici ci-dessous la quintessence de la conversation, publiée sous un article intitulé “Comment l’Occident prépare une 3e guerre mondiale perdue d’avance contre ses “barbares””. On y lit Bernard Langlois donner du “cher Yéti” au blogueur et opérer la chasse aux “trolls” (cliquer pour agrandir) :

2015-08-26_yéti_langlois_1 2015-08-26_yéti_langlois_2 2015-08-26_yéti_langlois_3 2015-08-26_yéti_langlois_42015-08-26_yéti_langlois_5A noter que trois jours après cet échange sur le blog du Yéti, Bernard Langlois assurait sur son propre blog la promotion d’un roman de David Desgouilles, membre de la rédaction du Causeur dont on retrouve aussi la signature sur Atlantico ou Le Comptoir (source : politis.fr/En-entrant-Nafissatou,31455.html). Pour rappel, Bernard Langlois avait participé en 1992 au n°12 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist. Erreur de parcours ? Le doute est permis, puisqu’il rendait encore hommage à l’intellectuel d’extrême droite sur Twitter en 2013 (cliquer pour agrandir) :

2015-08-26_langlois_debenoist1 2015-08-26_langlois_debenoist2

International : quelques faits marquants de ce mois d’août

Sur la scène internationale, ce mois d’août a été marqué par la reprise du programme de nucléaire civil au Japon, en dépit de l’opposition de la population et peu de temps après les célébrations des soixante-dix ans des bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki (voir aussi ici et ), alors que les effets de Fukushima ne cessent de se faire sentir (voir aussi ici). En Grèce, le gouvernement de Syriza n’a pas tenu le choc de l’après-référendum et de ses reculades, et face à la fronde des députés de l’aile gauche de  Syriza qui ont lancé une nouvelle formation politique, Unité populaire, Alexis Tsipras a dû démissionner, déclenchant très probablement des élections anticipées dans les semaines à venir. En Hongrie enfin, le gouvernement de Viktor Orban a profité de l’été pour faire bâtir par l’armée un mur anti-migrants de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie. Pendant ce temps, Daesh et Boko Haram continuent leurs exactions, du commerce d’esclaves sexuelles (voir aussi, pour rappel, ici, et ) à la destruction de biens culturels en passant par la persécution des homosexuels et des massacres en tous genres (voir aussi ici), tandis que la Turquie, en pleine crise politique et face à la menace de l’Etat islamique, a choisi de relancer sa guerre contre les Kurdes du PKK, alors que ceux-ci sont au premier rangs de ceux qui combattent l’organisation djihadiste.

Russie : lourdes condamnations pour Alexandre Koltchenko et Oleg Sentsov

10995610_1677680795793908_3091674201233652150_oLe réalisateur Oleg sentsov et le militant antifasciste Alexandre Koltchenko, citoyens ukrainiens enlevés lors de l’occupation de la Crimée par la Russie et détenus depuis par les autorités de ce pays, ont été condamnés aujourd’hui respectivement à vingt ans et dix ans de prison sur la base d’accusations fallacieuses de “terrorisme”. Ces condamnations ont été dénoncées au niveau international par l’Ukraine, l’Union européenne et les Etats-Unis. Pour rappel, nous avons suivi ces derniers mois les mobilisations en faveur des deux hommes, en France et à l’étranger, qui devraient continuer.