François Asselineau : “La Réunion, une terre française depuis toujours”

Pour François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine (UPR), l’île de la Réunion sur laquelle il s’est rendu récemment est une “terre française depuis toujours”. Voici la citation complète, tirée d’un communiqué vantant l’arrivée d’un 8000e adhérent issu de l’île :

“Il m’apparaît aussi comme un merveilleux symbole : car « la Réunion » porte bien son nom. Dans cette terre française depuis toujours, des Français de toutes les ethnies, de toutes les religions, de toutes les convictions, y vivent de façon harmonieuse, dans une « réunion » autour des grandes valeurs de la France et de la République.

Au fond, l’idéal de l’UPR est justement de « réunir » les Français du XXIe siècle autour de l’amour de la France et des idéaux d’égalité et de justice dont notre pays est porteur, et dont le modèle réunionnais est l’un des plus émouvants exemples.”

Alors que la France elle-même n’a pas été “française depuis toujours” (faut-il encore rappeler que les États et les nations tels que nous les connaissons sont des constructions historiques relativement récentes ?), c’est pourtant encore moins le cas de ses ex-colonies comme la Réunion, colonisée aux tournants des 17e et 18e siècles. Reprenant la propagande touristique, le leader de l’UPR, qui y a effectué un voyage récent, y a vu une société “harmonieuse”. Pourtant, derrière les clichés, comme dans toutes les sociétés issues de la colonisation et anciennement esclavagistes, les discriminations tant sociales que raciales ou de genre persistent aussi à la Réunion (un exemple parmi d’autres). François Asselineau est apparemment en très grande forme en ce moment, puisqu’il a aussi appelé ces jours derniers les éleveurs en colère, pourtant pour la plupart membres de la FNSEA et premiers bénéficiaires de la Politique agricole commune (Pac) à rejeter l’Union européenne comme cause de tous leurs maux, mais aussi les militants des autres partis politiques et notamment ceux du NPA, du MRC, de Debout la France et du FN à rejoindre l’UPR pour ne pas “se faire “syriser””.