Allemagne : Alternative für Deutschland se radicalise, copiant Pegida

Le dernier congrès du parti eurosceptique et conservateur allemand Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne – AFD) a vu l’aile libérale représentée par son fondateur Bernd Lucke être évincée à la tête du parti par une frange beaucoup plus dure, caractérisée notamment par un discours anti-migrants, représentée par Frauke Petry, élue à la tête de la formation avec 60% des voix, signant l’issue d’une crise interne qui dure depuis plusieurs mois. La tendance représentée par Petry prône un durcissement de la politique d’asile ou un renforcement du contrôle des frontières, à tel point que certains observateurs, comme le site Blick nach Rechts (BNR) qui étudie l’extrême droite, n’hésitent pas à comparer son programme à celui de Pegida. Le site relate, pour donner une idée de la teneur des débats, qu’Albert Glaser, candidat au poste de vice-président, considère par exemple que l’Union européenne est un projet de “gauche radicale”. Son concurrent Peter Streichan considère lui les Verts (die Grünen) comme une “troupe pédophile défendant le fascisme du genre” et surnomme le premier ministre vert du Bade-Wurtemberg “Kretschmann, le Pol Pot gangster”. Bien entendu, l’immigration correspond pour lui à une “invasion”. De son côté, un candidat au bureau fédéral (Bundesschiedsgericht) du parti a estimé que Barack Obama était un “nègre de quota”. Enfin l’eurodéputé AFD Marcus Pretzell s’est demandé si l’AFD était plutôt un parti anti-euro ou une sorte de Pegida. Il a trouvé la réponse : “c’est les deux, et bien plus encore”.