Le mouvement du 14 Juillet affiche décidément de grandes ambitions…

Un certain Jean-Paul, porte parole du mouvement du 14 juillet, vient de déclarer à l’antenne de la radio conspirationniste Ici et Maintenant qu’il faudrait deux millions de personnes pour que leur plan fonctionne ! Quant à Bruno Le Floch, il reste persuadé que les forces répressives vont leur céder le passage le jour du 14-Juillet, tandis que Baron évoque une petite divergence avec la Démosophie d’Eric Fiorile, lui reprochant d’être favorable à un régime parlementaire. Baron lui souhaite quelque chose de beaucoup plus autoritaire : « On ne peut pas gouverner avec un régime parlementaire, dit-il. Les autorités constituées telles que l’armée et la police pour les organes les plus régaliens de la France ont besoin d’une autorité unique incarnée par une personne unique, c’est une nécessité, c’est une obligation. » Cette émission est formidable : dans un exceptionnel élan de pluralisme, les représentants du fameux conseil national de transition se succèdent par téléphone à la libre antenne. Parmi les points abordés : la mise en place de “commissaires du peuple” pour contrôler les hauts fonctionnaires ou les contacts qui auraient soi-disant été pris au sein de l’armée et des forces de l’ordre pour qu’elles rejoignent le mouvement. Et ce qui est amusant, c’est que même l’animateur a l’air sceptique… De son côté, Jean-Jacques Yvars, le porte parole du mouvement chargé des relations presse, tentait péniblement il y a deux jours de préciser dans le forum dédié les objectifs de cette journée : “Contrairement à d’autres, le CNT n’organise pas la moindre manifestation en date du 14 juillet 2015, mais un mouvement citoyen, d’où le nom de Mouvement du 14 juillet. Ce n’est pas du tout la même chose. L’un des objectifs est de s’installer à l’extérieur des lieux ciblés et d’y passer plusieurs jours (et nuits), avec des tentes, de la nourriture et tout ce qu’il faut pour tenir le plus longtemps possible.”