Un cas extrême : Grégory Pasqueille, passé de la défense des sans-papiers au néo-nazisme

Grégory Pasqueille, un militant qui a gravité pendant des années dans diverses mouvances de la gauche altermondialiste et radicale (No Sarkozy Day, Indignés, Anonymous) ainsi qu’auprès de certains libertaires parisiens, et qui, n’ayons pas peur des mots, a gangréné de nombreux mouvements, avait été pointé dès l’époque des Indignés par des militants antifascistes pour ses accointances avec divers individus et organisations de la mouvance conspirationniste qu’il contribuait à rameuter lors des manifestations et rassemblements. Depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir, et parce que son seul leitmotiv politique consiste à s’opposer au président en place, il est passé d’une haine viscérale de Nicolas Sarkozy qui le poussait à s’engager à gauche, y compris aux côtés des sans-papiers, à une haine non moins irrationnelle de Hollande qui l’a poussé à rejoindre la Manif pour Tous (et à détourner le concept de “copwatch” à son profit), puis à sympathiser avec les franges les plus radicales de l’extrême droite, de Soral aux Identitaires, et même carrément aux  néo-nazis. Pasqueille, qui a été mis en cause dans l’affaire du hashtag #Unbonjuif en octobre 2012 puis pour avoir créé sur Facebook une page “Déporter un sioniste” en janvier 2014 (sur laquelle il livrait à la vindicte des personnes identifiées par lui comme juives ainsi que des militants antifascistes et qu’il a réouverte il y a peu), vient encore de créer un énième profil sur le célèbre réseau social. On vous en livre ci-dessous deux captures d’écran, pour la postérité (cliquer pour agrandir). A noter que son profil Twitter, @GregAnar5962, est à l’avenant : un concentré de haine à l’état pur.

pasqueille-proposracistes14

2015-06-27_pasqueille_hitler

Grégory Pasqueille pose aux cpotés d'Yvan Benedetti devant Le Cheval noir, rendez-vous de l'extrême droite calaisienne, lors du meeting anti-migrants du Parti de la France le 7 juin dernier.
Grégory Pasqueille pose au côté d’Yvan Benedetti devant Le Cheval noir, rendez-vous de l’extrême droite calaisienne, lors du meeting anti-migrants organisé par le Parti de la France et le collectif Sauvons Calais le 7 juin dernier.

Le hareng de Bismarck, ou le poison nationaliste

L’initiative communiste ouvrière (ICO) propose une critique du dernier livre de Jean-Luc Mélenchon. L’organisation marxiste analyse :

Le Hareng de Bismarck (le poison allemand) est le titre du dernier livre de Jean-Luc Mélenchon. Si dans quelques interview, il tempère à peine son propos pour dire qu’il n’a rien contre les Allemands, dans le fond, ce n’est pas seulement contre Angela Merkel ou la bourgeoisie allemande que se dirige sa plume, mais bien contre tous les Allemands, riches ou pauvres, bourgeois ou prolétaires. […] Un tel pamphlet serait risible s’il s’agissait d’une rédaction bâclée d’un lycéen ayant dû subir l’intégrale de Derrick en VO pendant ses cours d’allemand ; de la plume d’un politicien ayant malheureusement une certaine influence dans les cercles de ceux qui veulent changer ce monde, elle instille le poison du nationalisme.”

Mélenchon insiste beaucoup dans son livre sur une “domination allemande” sur l’Europe, dont pâtirait à ses yeux l’économie française. Or, souligne l’ICO, “s’il est vrai que l’Union Européenne est tout sauf égalitaire, la France est, avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne, une des principales puissances impérialistes dans cette union. La France qui dispose d’un des plus puissants complexe militaro-industriel, qui envoie ses troupes au Mali et ailleurs, dont les multinationales comme Bolloré, Total ou Areva contrôlent des pays entiers, serait donc « un pays dominé » ?” A contrario de l’union internationale des prolétaires prônée par Marx, “Toute une partie de la thèse de Mélenchon revient à opposer non pas les prolétaires et les bourgeois, les ouvriers et les patrons, mais les « Français » aux retraités allemands. […] faut-il rappeler qu’en Allemagne comme en France ou ailleurs, la grande majorité des retraités sont des ouvriers et employés en retraite ? L’ouvrier en retraite de Volkswagen est-il l’ennemi de l’ouvrier de PSA ?” Dans une interview à Politis, le leader du Parti de gauche a même été jusqu’à envisager de remplacer “l’Europe allemande” par une “Europe française”. Impérialisme, quand tu nous tiens…

"Prolétaires de tous les pays, unissez-vous" : un beau slogan pour répondre à Jean-Luc Mélenchon
“Prolétaires de tous les pays, unissez-vous” : un beau slogan à opposer à Jean-Luc Mélenchon

Rassemblement confusionniste demain à Nantes

Parmi les mouvements tous plus loufoques les uns que les autres qui rêvent d’un “coup d’Etat citoyen” pour le 14 juillet, Carnet de bord d’un antifa signale le groupe Facebook “Rassemblement national des personnes indignées”, qui compte organiser demain sur le cours Saint-Pierre à Nantes un événement baptisé “Les 99% font la fête”. Ce groupe affiche une ligne citoyenniste qui prône ouvertement l’alliance des contraires et diffuse des vidéos de Quenel+, la webTV de Dieudonné. Son discours est légaliste, transclassiste et son invitation ouverte “aux mouvements dissidents”, terme par lequel s’auto-désigne désormais toute une partie de l’extrême droite (cliquer pour agrandir) :2015-06-27_indignés_nantes3

2015-06-27_indignés_nantes2Bienvenue, oui, mais pas à tout le monde :2015-06-27_indignés_nantes

Où se place donc le curseur pour déterminer si une personne est “perturbante” ? La prétendue tolérance de ce mouvement semble donc atteindre rapidement ses limites et on sait d’expérience que les tentatives pour déterminer ce qui relèverait de la normalité ou de la “déviance”, en particulier dans le champ social, sont le propre des sociétés autoritaires et des régimes répressifs.

Effet boomerang

Cliquer pour agrandir.
Cliquer pour agrandir (encodage Confusionnisme.info)

Les partisans du mouvement du 14-Juillet ne savent décidément plus quoi inventer pour se faire remarquer. Dernier exemple en date : le Nantais Bruno Le Floch (Debout les Francais) nous apprend à lever une barrière d’autoroute, en prévision de “l’ultimatum” envoyé par le “gouvernement provisoire” du “Conseil national de transition” aux sociétés d’autoroutes, en vue d’obtenir la gratuité de la circulation sur leurs réseaux à partir du 26 juillet prochain (quoique d’autres fixent cet ultimatum au 26 juin : avant de prétendre gouverner, il va falloir se mettre d’accord sur ce genre de détail). Manifestement, sa technique n’est pas encore vraiment au point…

Rendez-vous antifasciste à Metz ce samedi

manifantifametz

Pour protester contre l’implantation d’un local d’extrême droite en Lorraine, la Taverne de Thor, et suite à plusieurs agressions homophobes, une manifestation antifasciste aura lieu à Metz ce samedi. Plus d’informations sur le site de la CNT. Voir aussi l’analyse du site Gauche de Combat. L’historien William Blanc viendra y démonter le mythe identitaire de Charles Martel.

Rassemblement ce soir à Paris contre le massacre de 42 personnes par Daesh à Kobanê

Photo Ornella Guyet
Photo Ornella Guyet

Le Conseil démocratique kurde en France (CDKF) appelle à manifester ce soir vendredi 26 mai à 18 heures place de la République à Paris, pour protester contre le massacre de 42 personnes à Kobanê par des troupes infiltrées de l’État islamique. Lire son communiqué sur Facebook ou sur le site de L’Humanité, ainsi que les précisions apportées par Paris-Luttes.info.

Crise à Nouvelle Donne : démissions en masse

Nous avons à plusieurs reprises constaté le caractère problématique de certains aspects de la ligne politique du parti Nouvelle Donne. Il semble que plusieurs de ses responsables en aient tiré les conclusions qui s’imposent, en présentant dimanche leur démission. Parmi la soixantaine de démissionnaires, on compte la députée (ex-écologiste) Isabelle Attard et le porte-parole Joseph Boussion, ainsi que, plus anecdotiquement, Benjamin Ball (ex-Indignés). Amers, ils écrivent dans une tribune publiée sur Mediapart que “nous savons, chacun à notre niveau, que Nouvelle Donne ne changera rien à la vie politique ». Des pratiques autoritaristes sont également dénoncées : « Nous avons constaté que “faire de la politique autrement” s’est transformé en dogme d’exclusion […] par ceux qui ne veulent, finalement, pas faire de politique du tout. »

Civitas fait un bide en soutien aux chrétiens d’Orient

D’après nos informations, Civitas, qui avait pourtant annoncé une montée nationale avec organisation de transports par cars, n’a réuni que 250 personnes pour sa manifestation en soutien aux chrétiens d’Orient samedi dernier, dont un bon tiers de partisans de Bachar Al-Assad emmenés par leur porte-parole Omran Alkhatib, qui a défilé en tête du cortège. Cette manifestation a néanmoins été suivie par plusieurs personnalités : des ex du Front national (Marie d’Herbais, Jany Le Pen, Alexandre Simonnot), Thibault De Chassey du Renouveau français, Florian Rouanet de l’association des Amis de Pierre Sidos (successeure de l’Oeuvre française), Elie Hatem (Action française, FN), Bernard Seiller (vice-président du Mouvement pour la France). Alain Escada, secrétaire général de Civitas, était en outre entouré de Marion Sigaut et du père Michel Lelong (défenseur de Maurice Papon). La manifestation a entre autres été couverte par Vincent Lapierre d’ERTV et par L’Agence Info libre. Détail amusant : si le site du Parti de la France 31 a parlé lui de plusieurs centaines de manifestants, ce qui est déjà très exagéré, ce nombre est devenu “plusieurs milliers” sous la plume des rédacteurs de Synthèse nationale qui le relaient (cliquer sur les images pour agrandir).

2015-06-26_pdf31_civitas2015-06-26_synthèsenationale_civitas

Rappelons que Alkhatib et Hatem ont également été aperçus à Bruxelles le 23 mai dernier en compagnie de Jean Bricmont et de Bahar Kimyongür lors d’un rassemblement “pour la paix au Yémen”.

Les louvoiements de Bruno Drweski entre le PCF et l’extrême droite

On retrouve le nom de Bruno Drweski dans de très nombreuses initiatives anti-impérialistes. Personnage discret, cet universitaire n’en entretient pas moins un important réseau d’influence tant à gauche (et notamment auprès de militants communistes) qu’à l’extrême droite. Non content de théoriser le confusionnisme politique, il le met en pratique.