Une critique du dossier du Monde diplomatique sur le conspirationnisme

Conspiracy Watch propose une critique du dossier du Monde diplomatique de ce mois consacré au conspirationnisme, ouvert par un article de l’économiste Frédéric Lordon.  L’Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot souligne en particulier les limites d’une critique qui épargne son propre camp s’agissant du Diplo et, s’agissant de Lordon, de celles d’une critique faisant du conspirationnisme une sorte de mode de défense maladroit du “peuple” contre les “dominants”, à voir comme un « symptôme de la dépossession politique et de la confiscation du débat public ». Problème : nombre de dominants usent eux-même dans leurs discours de théories du complot. Comme le souligne Conspiracy Watch, “les exemples sont légion de « dominants » qui usent précisément du conspirationnisme à des fins de confiscation du pouvoir. C’est là le point aveugle de la réflexion de F. Lordon. A aucun moment il n’interroge la propension des régimes autoritaires et des démagogues à se servir de la théorie du complot comme d’un alibi politique en même temps que d’un redoutable instrument de violence symbolique.” Sur le même sujet, on peut aussi relire la critique faite par le collectif Luftmenschen à l’article de Frédéric Lordon, suite à sa première publication en 2012.