BDS France et Génération Palestine boycottent à leur tour l’Agence Info libre

On se souvient qu’il y a quelques mois le collectif BDS Toulouse refusait à l’Agence Info libre le droit de couvrir ses manifestations. Ce sont aujourd’hui la campagne BDS France ainsi que le collectif Génération Palestine qui demandent au site confusionniste de retirer la vidéo d’un reportage les concernant et qui a été tournée le 26 mars dernier devant l’Université Paris-1. Reprenant le texte publié par le collectif toulousain, les deux organisations parisiennes expliquent que “l’extrême droite et ses alliés desservent notre cause et veulent s’en servir” et soulignent de plus l’angle problématique choisi par l’AIL, digne de n’importe quel média sensationnaliste :

“Concernant le 26 mars dernier, c’est déjà votre titre qui en dit long sur votre intérêt pour la campagne de boycott que nous menons. « Face à face entre la LDJ et BDS devant L’Université Paris 1 » : vous mettez donc dos à dos le groupuscule violent LDJ (que vous connaissez pourtant bien pour avoir eu affaire à eux), et les militants de la campagne BDS. De plus, dans ce titre et le court article qui accompagne la vidéo, vous mettez en avant ce « face à face » et non l’objet de la conférence, faisant ressorti le côté « sensationnel » pour « buzzer », faire du clic… N’est-ce pas là un des reproches que vous faites aux médias « mainstream » ? Si c’est votre conception de l’ « Info Libre », permettez-nous de nous en passer.”

Une initiative qui n’a bien évidemment pas plu à l’Agence Info Libre qui a répondu hier en continuant de nier tout lien avec l’extrême droite et en s’offusquant : “Nous pensions que l’hystérie du comité BDS 31 (largement dénoncée par la base militante) n’était que circonscrite à la région toulousaine… Mal nous en a pris !” Parallèlement cependant, Le Cercle des Volontaires continue de pouvoir sans problèmes filmer des débats à la librairie Résistances tenue par Olivia Zemor, la dirigeante du collectif Europalestine qui, bien que marginalisé au sein du mouvement pro-palestinien, est toujours toléré dans les manifestations des soutien au peuple palestinien ou contre le racisme.