A propos des réactions des Indivisibles et de Caroline Fourest

Du côté des organisations plus institutionnelles, Les Indivisibles ont répondu sans surprise sur Streetpress en annonçant qu’ils se rendraient à ce meeting sans vraiment émettre de réserves quant à la participation d’organisations réactionnaires. En revanche, nous ne nous reconnaissons pas dans leurs accusations visant à attribuer à celles et ceux qui le critiquent des propos trahissant une “tendance à rhabiller ce meeting du costume des affreux barbares islamo-communautaro-fascistes” et autres qualificatifs du même acabit. A l’inverse, l’essayiste Caroline Fourest a de son côté sans surprise non plus critiqué sur son blog la tenue de ce meeting, mais en mettant en cause y compris son mot d’ordre anti-sécuritaire, alors que ce serait selon elle le “terrorisme” qui serait premier responsable du “climat de guerre” dénoncé dans l’appel à cette réunion, quand il n’y aurait “pas assez” de policiers pour “nous protéger”. Nous ne pouvons bien entendu pas être en accord avec cette analyse, les violences policières faisant sauf exception chaque année dans un pays comme la France bien plus de victimes que le “terrorisme”, quand bien même elles sont largement moins médiatisées et font en général l’objet d’une grande complaisance de la part de l’institution judiciaire. Il est pour nous tout aussi urgent de combattre les politiques sécuritaires, le racisme sous toutes ses formes, le sexisme et les réactionnaires de tous poils.