Le M’Pep change de nom et confirme son virage à droite

Le M’Pep (Mouvement politique d’Emancipation populaire) vient d’annoncer changer son nom en Parti de la Libération nationale et de la Démondialisation, ayant pour « objectif » de promouvoir « un socialisme pour le XXIe siècle », suivant la formule chère à Hugo Chávez. Pourtant, alors que cette formation – qui devient ainsi officiellement un parti – semblait jusque là se reconnaître dans la gauche, elle renonce aujourd’hui à cette attache, estimant que la gauche « ferme la seule voie, la souveraineté nationale, qui permettrait de sortir de l’impasse dans laquelle notre pays se trouve. » Elle annonce donc que désormais elle « ne se place plus dans le clivage gauche-droite », bien qu’elle entende toujours « s’engager clairement dans la défense des classes dominées » et répète qu’elle « veut la fin du capitalisme ». Fondé en 2008 notamment par un ex-dirigeant d’Attac, Jacques Nikonoff, qui a à plusieurs reprises ces dernières années affiché son soutien à Nicolas Dupont-Aignan, le M’Pep avait également tenté un rapprochement avec l’UPR de François Asselineau en 2012, en compagnie d’autres formations comme le PRCF ou les « Clubs Penser la France ». Avec ces deux organisations, il fait partie aujourd’hui du CNR-Rue (Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne). Cette annonce ne vient donc que confirmer un virage droitier entamé depuis longtemps.