Sylvain Baron nous répond

Dans un courriel envoyé cette semaine, Sylvain Baron du  journal confusionniste Le Poil à gratter nous demande un droit de réponse et nous menace de procès, pour une note de bas de page publiée il y a deux mois dans notre article sur l’Agence Info Libre, qui aurait eu selon lui pour objet d’ évoquer le fait que le Point, l’Express et le Monde parlaient bien trop du Front National pour que cela soit honnête.” Étrange lecture de notre enquête…

La note incriminée indiquait : « [Le M’Pep] compte parmi ses adhérents récents un autre proche de l’Agence Info Libre très actif sur Facebook : Sylvain Baron, directeur du journal bordelais Poil à gratter. Nationaliste, ce dernier tient régulièrement des propos homophobes et sexistes et remet en cause la responsabilité nazie dans le déclenchement de la Seconde guerre mondiale. »

Nous tenons à préciser que Sylvain Baron considère que le mariage homosexuel fait partie “des faux problèmes sur lesquels on détourne notre attention”1. S’agissant des femmes, il leur a lancé sur son site un appel à s’engager en politique dans lequel il les désigne d’un paternaliste “nos femmes”, où il explique que “c’est bien à l’instinct maternel des femmes qu’il est nécessaire de s’adresser, bien plus qu’à leur intérêt pour la politique” et qu’il conclut ainsi : “Mesdames, je ne vous demande pas de comprendre tout ce qui fait le terreau intellectuel de la dissidence qui souhaite nous sortir de l’U.E, l’euro et l’OTAN, mais de considérer qu’il est de votre devoir maternel de pousser vos hommes à l’insurrection, quitte à leur montrer l’exemple…”2. Chacun jugera du caractère sexiste ou non de ses propos…

S’agissant des responsabilités dans le déclenchement de la Seconde guerre mondiale, chacun jugera là encore du sérieux de son analyse. Il écrit aujourd’hui : “s’agissant du fait que les nazis seraient ou non responsables de la Seconde Guerre Mondiale, je ne le remets pas en question.” Pourtant, ce n’est pas ce qu’il disait sur Facebook il y a quelques mois :

baron_polognePour justifier ses propos, il n’a pas hésité non plus en une autre occasion à citer Marcel Déat, qui développait déjà en 1939 la théorie d’une manipulation britannique à l’origine de la déclaration de guerre, avant de devenir le collaborationniste que l’on sait3.

Croire qu’Hitler aurait pu ne pas attaquer la Pologne si cette dernière avait accepté de laisser transiter une autoroute et un chemin de fer allemands à travers son territoire relève au mieux de la naïveté, alors que tous les discours et actes d’Hitler entre 1933 et 1939 n’avaient eu de cesse de viser l’expansion à l’Est4. Quant à l’alliance militaire franco-polonaise, elle fut actée en 1921 et non “quelques jours avant” le déclenchement de la guerre.

Lire : L'alliance militaire franco-polonaise

L’alliance fut renouvelée en mai 1939, soit plusieurs mois avant le déclenchement de la guerre, en vue d’une aide en cas de conflit avec l’Allemagne, qui semblait de plus en plus inévitable, les ambitions d’Hitler ne connaissant plus de limites après l’Anschluss et la signature des Accords de Munich en 1938. Ce n’est cependant que le 4 septembre 1939, soit quatre jours après l’invasion allemande de la Pologne et un après sa propre déclaration de guerre à l’Allemagne que la France a ratifié le volet politique de ce traité, le rendant pleinement effectif. Toutefois, l’accord de 1921 avait alors toujours cours (il a pris fin avec la défaite de la France en 1940), celui de 1939 n’en étant que le prolongement.

Indépendamment de ces accords franco-polonais, le Royaume-Uni, décidé par l’échec quatre jours plus tôt des discussions tripartites France/Royaume-Uni/Union soviétique suivi par la signature dans la foulée du Pacte germano-soviétique, a conclu un pacte d’assistance mutuelle avec la Pologne le 25 août 1939. Or, comme on le sait, ni la France ni le Royaume-Uni n’ont vraiment respecté leurs engagements, ne lançant aucune offensive majeure à l’Ouest en vue de soulager les Polonais et ne leur offrant qu’une aide symbolique. Toutefois, c’est sur la base des accords de 1939 qu’une armée polonaise a pu être reconstituée en France après la défaite de la Pologne en octobre 1939.

De plus, soulignons que tout au long des années 1930, les services d’espionnage français travaillaient avec leurs homologues polonais : ils ont notamment fournit à ces derniers les codes et modes d’emploi d’Enigma, et c’est le travail des mathématiciens polonais sur cette machine dans les années 1930 (travail repris et poursuivi ensuite par les Britanniques) qui a amplement contribué au décryptage des transmissions allemandes, instrument essentiel de la victoire ultérieure des alliés. Cette histoire a été relatée par l’ex-agent secret Paul Paillole dans son livre Notre espion chez Hitler5. Paillole y souligne également l’aveuglement des dirigeants français face aux menaces de plus en plus précises du Troisième Reich y compris contre la France et le Royaume-Uni, et ce en dépit des renseignements de première main obtenus quant à ses préparatifs de guerre depuis l’arrivée des nazis au pouvoir.

Dans le cadre de la concurrence des impérialismes et face à un régime aussi agressif que celui d’Hitler, la France n’aurait sans doute pas pu à terme rester en dehors du conflit : dès l’écriture de Mein Kampf le futur dictateur proférait des menaces très claires à son encontre. Par contre, on peut noter que Français comme Britanniques auront jusqu’au bout repoussé l’échéance, s’écrasant devant Hitler tant au moment de la remilitarisation de la Rhénanie qu’au moment des Accords de Munich. Mais la Pologne elle-même, qui était à l’époque gouvernée par une dictature militaire, a pu jusqu’à un certain degré et en dépit des craintes d’une agression de son voisin offrir certains gages aux nazis, notamment au moment de la crise des Sudètes en 1938.

Et que dire de ce rappel du caractère germanophone de Dantzig, alors que précisément les nazis ont mis en avant l’argument de l’existence d’une minorité germanophone pour revendiquer le corridor de Dantzig afin de relier ce territoire au reste du Troisième Reich ? Sans compter l’existence des protocoles secrets du Pacte germano-soviétique, effectivement signé, lui, quelques jours avant le déclenchement du conflit (le 23 août 1939), qui prévoyaient la limite des zones d’influence de l’Allemagne nazie et de l’URSS en cas de réorganisation territoriale et y incluaient la Pologne, preuve s’il en était de la volonté de ces deux impérialismes de s’approprier à terme le territoire de ce pays. De fait, cet accord fut mis en application après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne le 1er septembre 1939.

Enfin, nous aimerions savoir qui sont les “patrons Américains” censés être aux commandes de ce site.

Nous voulons bien publier son droit de réponse afin que chacun puisse se faire une idée du sérieux des propos de ce militant eurosceptique naviguant entre l’UPR qu’il a quitté et le M’Pep qu’il a rejoint.


Bonjour, 

Vous avez publié un article très confusionniste pour évoquer le fait que le Point, l’Express et le Monde parlaient bien trop du Front National pour que cela soit honnête.A moins qu’il ne s’agissait comme d’habitude de faire des amalgames parfaitement foireux sur de petits médias alternatifs et sans le sou car donnant la parole à tous les courants de pensée sans parti pris comme c’est le devoir d’un journaliste.Toujours est il qu’en annotation de ce torchon, vous avez pris soin de signifier à mon sujet que :

 
  1. […] “Il compte parmi ses adhérents récents un autre proche de l’Agence Info Libre très actif sur Facebook : Sylvain Baron, directeur du journal bordelais Poil à gratter. Nationaliste, ce dernier tient régulièrement des propos homophobes et sexistes et remet en cause la responsabilité nazie dans le déclenchement de la Seconde guerre mondiale.”

Des propos homophobes et sexistes, ben voyons et tant qu’on y est je mange les petits enfants, égorge les petits chats et me déguise en Casper pour aller pendre des immigrés la nuit sur les platanes. Vous n’hésitez plus à inventer des histoires pour déverser votre fiel sur les gens.

Ensuite vous prétendez que je suis nationaliste, ce que je peux concéder, quoi que je ne mette pas le même sens que vous sur le mot. Mais on vous demandera pas de méditer au nationalisme à la sauce Bolivarienne, c’est de toute façon pas assez proche des idées néoconservatrices Américaines pour vous plaire.

S’agissant du fait que les nazis seraient ou non responsables de la Seconde Guerre Mondiale, je ne le remets pas en question.Je dis simplement que l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale prend sa source dans le Traité de Versailles et la partition de l’Allemagne perdante. Ce qui va créer le terreau au rêve de revanche des AllemandsLes Britanniques ont conspiré (oui, vous pouvez m’insulter de conspirationniste, je sais que ça vous fera plaisir) pour que les Polonais refusent le couloir de Dantzig proposé par les autorités Allemandes de l’époque, afin de relier par autoroute et voie de chemin de fer, la ville indépendante de Dantzig (et germanophone à 95 %) enclavée en Pologne, à Berlin.

Les autorités polonaises se sentant soutenues par les Anglais et les Français (qui se conduisirent comme des caniches serviles auprès des britanniques) refusèrent constamment à l’Allemagne cette proposition qui était plutôt bénéfique dans le sens où l’Allemagne ne revendiquait pas le bout de territoire entre Dantzig et la frontière Allemande et proposait de prendre à sa charge les travaux d’infrastructures autoroutières et ferroviaires, et laisser la Pologne en jouir librement.

Hitler a finit par perdre patience et a donc envahi la Pologne avec qui les Français ont conclu un traité d’alliance militaire quelques jours avant.

Est ce que quelqu’un qui prône la paix empêche d’une part la diplomatie de fonctionner, et ensuite s’engage sur un conflit ? Je ne crois pas personnellement.

Toujours est-il que si l’Allemagne est la primo-responsable du déclenchement de la guerre, nous avions la possibilité, nous Français, de ne pas déclarer la guerre à l’Allemagne et nous contenter de renforcer notre défense.

Les affaires entre l’Allemagne et la Pologne ne nous regardaient pas.

Merci de communiquer ce droit de réponse sous 48 h, à défaut, je déposerais plainte pour diffamation, copie d’écran à l’appui.

Bisous à Ornella Guyet et à ses patrons Américains.

Sylvain Baron


A (re)lire sur Confusionnisme.info :

Le M’Pep, retour sur une dérive
L’Agence Info Libre, organe de propagande présentable de l’extrême droite
Le journal Le Poil à Gratter publie un article négationniste
Sylvain Baron toujours aussi brillant
1 000 millions de 1 000 sabords !


  1. sylvain-baron.blogspot.fr/2013/12/lettre-de-france-au-peuple-italien.html A noter que Sylvain Baron a participé à la manifestation d’extrême droite Jour de Colère le 26 janvier 2014 aux côtés des FFI 2.0 de feu le quenellier Erick Bozz Mary. De nombreux slogans racistes et homophobes y ont pourtant été scandés. 

  2. sylvain-baron.blogspot.fr/2014/09/mesdames-vos-enfants-sont-en-danger-de.html Mise à jour, 13 juin 2015 : Dans un article proposant Marie-France Garaud comme candidate à la présidence de la République, Baron écrit : “Il se trouve que Marie-France Garaud est une femme. Or je pense que les Français (y compris chez les hommes) seraient plutôt désireux d’être gouvernés par une femme, pour peu que celle-ci ne soit évidemment pas la première sotte venue.” Mais sans doute ne faut-il voir aucun sexisme dans cette phrase non plus ,et on ne doute pas que Baron aurait écrit la même chose s’agissant d’un homme… sylvain-baron.blogspot.fr/2015/06/pourquoi-faut-il-que-marie-france.html 

  3. Compte Facebook de Sylvain Baron, 3 septembre 2014. 

  4. D’autant qu’il ne s’agissait pas forcément d’une autoroute traversant le territoire polonais, mais d’une autoroute traversant le territoire de celui des deux États qui perdrait un plébiscite sur l’appartenance territoriale du corridor de Dantzig. Or, c’est ce plébiscite, qu’il espérait bien gagner, qu’Hitler revendiquait d’abord, l’autoroute n’étant qu’un prétexte pour tenter de rendre acceptable aux yeux du monde une condition que la Pologne, risquant d’y perdre son seul accès à la mer Baltique, ne pouvait bien évidemment pas accepter. 

  5. Nouveau Monde éditions, 2011 (réédité en livre de poche en 2013).